« Grâce à sophia, j’ai consulté le cardiologue à temps »

01 mars 2019

« J’avais oublié mon cœur »

« Côté cardiaque, je ne m’inquiétais pas. J’avais subi en 1992 une dilatation sur ma coronaire droite et pour moi c’était réglé. Je ne souffrais pas : pas d’essoufflement à l’effort, pas de palpitations, donc j’avais oublié mon cœur », explique-t-il. Pourtant à chaque contact téléphonique, l’infirmier-conseiller en santé du service sophia lui recommande de passer un électrocardiogramme car avec un diabète le risque de développer une maladie du cœur et des vaisseaux sanguins est plus important. 

« Au début, j’ai trouvé cela un peu pénible, mais au bout du troisième appel, certainement pour montrer ma bonne volonté, j’ai décidé de consulter un cardiologue. »

Des résultats anormaux

Après un électrocardiogramme aux résultats inquiétants, tout s’enchaine très vite pour Antoine. « Mon cardiologue me propose une échographie d’effort qui révèle que mon muscle cardiaque ne donne pas toute sa mesure, puis il me prescrit une . Cet examen fait apparaître que mes sont bouchées à près de 70%. » Le diagnostic du médecin est sans appel : s’il ne se fait pas opérer rapidement, Antoine n’a plus que six mois à un an à vivre.

Un triple pontage

Antoine subit un triple pontage, une opération à cœur ouvert pour rediriger la circulation du sang vers son muscle cardiaque. Après cette chirurgie, il passe trois semaines dans un centre de convalescence.

Une prise de conscience

« J’ai pris conscience que ma vie aurait pu s’arrêter plus vite que prévu. Je fais attention à mon alimentation, je marche une heure par jour, je fais mes examens recommandés  et je vois régulièrement mes médecins », affirme Antoine.

« Il est vrai que j’ai mis un certain temps à déclencher les actions nécessaires pour surveiller ma santé. Mais aujourd’hui, je remercie mes interlocuteurs du service sophia pour ce suivi qui m’a sauvé la vie. »

L’essentiel

Diabète et complications cardiaques : ce qu’il faut savoir

Le diabète favorise le dépôt de graisses sur les parois des artères. Ces graisses contribuent à la formation de plaques qui épaississent les parois et bouchent peu à peu les artères. La circulation du sang est gênée ce qui peut être à l’origine de maladies cardio-vasculaires. Le risque est d’autant plus élevé si vous êtes fumeur.

Ces complications se développent parfois sans symptômes au début. C’est pourquoi, il est essentiel de passer un électrocardiogramme tous les ans afin de les dépister et les soigner au plus tôt.