Symptômes, diagnostic et évolution du diabète de type 1 de l’enfant et de l’adolescent

16 août 2017
Les symptômes du diabète de type 1 apparaissent rapidement. Le diagnostic est accompagné d’un bilan initial, puis d’un bilan rénal, ophtalmologique, etc. Un traitement adapté et un suivi régulier permettent d’assurer l’équilibre de la glycémie et de suivre l’évolution de la maladie.

Quels sont les symptômes du diabète de type 1 ?

Les symptômes du diabète de type 1 apparaissent plusieurs mois, voire plusieurs années après le début du processus auto-immun de destruction des cellules productrices d’insuline. Une fois sur deux, ces signes sont liés à l' . Ils s’installent rapidement, en quelques semaines.

Chez l’enfant et l’adolescent, ils se manifestent par :

  • des envies fréquentes d'uriner en quantité abondante (polyurie) ;
  • une énurésie dite secondaire. L'enfant recommence à faire « pipi au lit » alors qu'il était déjà propre ;
  • une soif anormale (polydipsie) ;
  • un amaigrissement important malgré un maintien de l'appétit ;
  • une fatigue.

Si le diabète n'est pas traité rapidement, d'autres signes apparaissent et sont liés à l’acidocétose. Celle-ci est révélatrice du diabète chez l’enfant dans la moitié des cas, et se manifeste par :

  • des douleurs abdominales, des nausées et des vomissements ;
  • une perte d'appétit ;
  • une somnolence ;
  • des troubles de la vue ;
  • une odeur fruitée de l'haleine et une odeur anormale des urines, due à la production de corps cétoniques ;
  • une respiration rapide ;
  • des infections cutanées récidivantes ;
  • puis des troubles de la conscience.

Face à ces symptômes, il est primordial de consulter rapidement le médecin traitant. Le diabète de l’enfant ou de l’adolescent nécessite une prise en charge urgente, en général le jour même ! Tout doit être mis en œuvre pour que le diagnostic soit posé avant le stade d’acidocétose.

L'exonération du ticket modérateur

Le diabète de type 1 est reconnu comme une affection de longue durée (ALD). Les examens et les soins de votre enfant en rapport avec cette pathologie sont pris en charge à 100 % (dans la limite des tarifs de l’Assurance Maladie). Parlez-en à votre médecin traitant.

Comment est posé le diagnostic du diabète de type 1 ?

La présence de symptômes permet le plus souvent de diagnostiquer un diabète de type 1. Une prise de sang dosant le taux de sucre (glycémie) confirme le diagnostic :

  • si la glycémie, à n'importe quel moment de la journée, est supérieure à 2 g/l (11 mmol/l) et ce, en présence de symptômes ;
  • ou si la glycémie à jeun est supérieure ou égale à 1,26 g/l (7 mmol/l). Le taux de sucre est contrôlé à 2 reprises en l'absence de symptômes. Cette circonstance de diagnostic est cependant rare dans le diabète de type 1 de l’enfant.

Lorsque le diagnostic est posé, un bilan initial est prescrit par un diabétologue ou un pédiatre expérimenté en diabétologie. Il comprend un bilan sanguin, réalisé dans un laboratoire médical, qui permet :

  • un dosage de l’hémoglobine glyquée (HbA1c), élément fondamental de l’équilibre glycémique. Il est indispensable pour évaluer le risque de survenue de complications ;
  • la réalisation d’un bilan lipidique, pour rechercher des anomalies associées au diabète ;
  • un bilan auto-immun, si nécessaire. Celui-ci recherche les auto-anticorps dirigés contre les cellules du sécrétant l’insuline. Plus rarement, un typage d’HLA (de l’anglais "Human Leukocyte Antigens", antigènes des leucocytes humains) est effectué.

D'autres bilans, permettant de prévenir ou de prendre en charge les éventuelles complications, sont aussi réalisés :

  • un bilan de la fonction rénale (sanguin, urinaire). Il permet notamment la recherche d’une protéinurie, signe d’une atteinte rénale ;
  • une consultation ophtalmologique pour un examen du fond d’œil ;
  • des examens complémentaires, si nécessaire.
Qu’est-ce que l’hémoglobine glyquée ?

L’hémoglobine se trouve dans les globules rouges du sang. L’hémoglobine glyquée (HbA1c) est la part d’hémoglobine qui fixe le sucre présent dans le sang.

En l’absence de diabète, le taux normal d’HbA1c est d’environ 5 %. En cas de diabète, plus la glycémie est élevée, plus le glucose se fixe sur l’hémoglobine et plus le taux d’HbA1c est élevé (> 6,5 %). Ce taux reflète la glycémie moyenne sur une durée d’environ 3 mois. L’HbA1c est donc mesurée généralement tous les 3 mois.

Un bilan à la recherche d’autres maladies auto-immunes

En présence de signes cliniques évocateurs, une recherche de maladies auto-immunes est effectuée.

Des anticorps contre les cellules de la thyroïde, témoins d'une thyroïdite auto-immune, sont présents chez 10 à 20 % des jeunes qui ont un diabète de type 1. Ces anticorps sont davantage présents chez les filles. Leur fréquence augmente avec l’âge, allant jusqu'à environ 25 % chez la jeune femme, après la puberté.

3 à 8 % des enfants et adolescents qui ont un diabète de type 1 sont atteints d’une hypothyroïdie due à une thyroïdite auto-immune.

Une hyperthyroïdie causée par la maladie de Basedow est beaucoup plus rarement associée au diabète de type 1.

Par rapport à l’ensemble de la population, la probabilité de développer une intolérance au gluten (ou maladie cœliaque) est 10 fois plus élevée chez les enfants et adolescents qui ont un diabète de type 1.

La maladie cœliaque peut se manifester à tout âge. Mais elle est plus fréquente chez les enfants qui déclenchent un diabète dans les premières années de leur vie.

Les personnes ayant un diabète de type 1 ont un risque plus élevé :

  • de vitiligo. Cette maladie cutanée est caractérisée par des plaques blanches localisées (dépigmentation de la peau) ;
  • d’alopécie, c’est-à-dire de chute des cheveux et autres poils ;
  • d’insuffisance surrénale avec un défaut de fonctionnement des glandes surrénales ;
  • d’hypoparathyroïdie liée à un défaut de fonctionnement des glandes parathyroïdes (intervenant dans la régulation du calcium et du phosphore) ;
  • d’anémie dans le cadre de la maladie de Biermer. Cette carence en vitamine B12 découle d’un défaut d’absorption digestive lié à une de l’estomac.
L’Hackathon Diabète

L’Assurance Maladie, en partenariat avec le Diabète LAB de la Fédération française des diabétiques, organise un Hackathon dédié à la prévention et à la prise en charge du diabète. Le défi lancé est de créer un service ou une application numérique innovante qui contribuera à « Mieux vivre avec son diabète ».

L’évolution du diabète de type 1

La surveillance et le traitement du diabète de l'enfant sont essentiels pour assurer l’équilibre de la maladie. La surveillance permet :

  • de contrôler l’évolution de sa maladie ;
  • d’éviter d’éventuelles complications aiguës telles que l’hypoglycémie et l’acidocétose, observées lorsque le traitement n'est pas adapté.

Un suivi régulier prévient et retarde l’apparition de complications du diabète à long terme, notamment quand l’enfant atteindra l’âge adulte.

Il est également important de porter une attention particulière à la croissance et à l’hygiène bucco-dentaire des enfants et des adolescents diabétiques.

Aujourd’hui, la taille moyenne des enfants et des adolescents diabétiques n’est pas différente de celle des personnes non diabétiques. Si le diabète est bien équilibré, l’enfant grandit normalement.

Dans certains cas, le déséquilibre du diabète peut ralentir la croissance. Le retentissement sur la taille à l’âge adulte peut être plus important lorsque le diabète débute tôt dans l’enfance. Cela est particulièrement sensible au moment de la puberté. En effet, cette période est marquée par une croissance rapide durant laquelle l’équilibre glycémique est souvent plus difficile à maintenir. Si l’hémoglobine glyquée est élevée, témoignant d’un mauvais équilibre du diabète, il existe un risque de perdre définitivement plusieurs centimètres. La croissance reprend normalement lorsque les doses d’insuline sont mieux adaptées.

Un ralentissement de la croissance peut aussi révéler une maladie associée (maladie cœliaque, hypothyroïdie, etc.)

Une salive plus sucrée et une diminution de la résistance aux infections microbiennes rendent les enfants diabétiques plus vulnérables :

Il est important de faire le nécessaire pour éviter ces complications, en s’assurant que l’enfant ou l’adolescent :

M’T dents, un dépistage bucco-dentaire pour les enfants et les adolescents

Dans le cadre du programme M’T dents, l’Assurance Maladie offre la possibilité de bénéficier d’examens bucco-dentaires et de soins complémentaires gratuits pour les enfants de 6, 9, 12, 15 et 18 ans.

Sources
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Diabète de type 1 (DID). Site internet : Inserm. Paris ; 2014 [consulté le 10 juillet 2017]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Actes et prestations - Affection de longue durée - Diabète de type 1 et de type 2. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 10 juillet 2017]
  • Collège des enseignants d'endocrinologie, diabète et maladies métaboliques. Diabète sucré de type 1. Site internet : campus d'endocrinologie de l'Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2011 [consulté le 10 juillet 2017]