Le suivi des pieds du diabétique

16 septembre 2021
Prendre soin de ses pieds et les examiner au quotidien est essentiel. Cela permet de dépister rapidement l’apparition de complications liées à votre diabète, ou de prévenir leur aggravation. Votre médecin les examine régulièrement et peut vous orienter si nécessaire vers un podologue.

Prendre soin de ses pieds en cas de diabète

Le diabète peut être responsable d’une atteinte des nerfs (neuropathie) et des artères (artériopathie) des membres inférieurs.

diabétique : conséquences au niveau des pieds

La diabétique est responsable d'une diminution de la sensibilité au niveau des pieds, cela ayant plusieurs conséquences : 

  • les sensations de chaud, de froid et de douleur s’estompent ;
  • la mauvaise position du pied lors de la marche n’est pas toujours ressentie ;
  • le poids peut se porter sur des zones plus fragiles et entraîner des déformations parfois importantes.

La diabétique rend également la peau des pieds plus sèche, plus fine et plus fragile, ce qui favorise l’apparition de plaies. Une plaie mineure au départ risque de s’aggraver si elle est passée inaperçue et n’a pas été traitée.

Diabète et des membres inférieurs

En outre, le diabète favorise le dépôt de cholestérol sur les parois des artères des membres inférieurs et contribue à former la plaque d’athérome : c'est l' ou artériopathie des memebres inférieurs.
Dans ce cas :

Diabète : la surveillance de ses pieds au quotidien

Prendre soin de ses pieds en les examinant chaque jour est essentiel en cas de diabète.

En particulier, soyez attentif.ve à :

  • l’aspect du pied, à la recherche d’éventuelles lésions (plaies ou ulcères, ampoules, cors, callosités, durillons et crevasses), de signes d’infection ou de déformations des orteils ;
  • les ongles. Vérifiez s’ils ne sont pas trop longs avec le risque de blesser les autres orteils, ou trop courts, ce qui peut favoriser un ongle incarné ;
  • la peau, pour repérer une éventuelle sécheresse et finesse de la peau qui la fragilise, la présence de rougeurs ou de corne (durillons) qui est un signe de frottement ou d’appui trop marqué.

Comme il est difficile d’examiner le dessous de ses pieds, il est possible d’utiliser un miroir, ou de se faire aider par un proche.

Si vous détectez la moindre lésion, ou un élément qui vous paraît anormal, il est recommandé de consulter rapidement votre médecin.

Bien se couper les ongles

 

Schéma illustrant la bonne façon de tailler les ongles de pieds : les couper droit et non en demi-cercle

Comment prendre soin de ses pieds ?

Afin de prévenir l’atteinte de vos pieds et de préserver votre capacité à marcher, adoptez de bonnes habitudes. Gardez une bonne hygiène, limez bien vos ongles et choisissez des chaussures confortables. Ces aspects sont particulièrement importants si vous êtes diabétique, ou si vos pieds sont fragiles.

Examen annuel des pieds par votre médecin

Faire examiner ses pieds par son médecin au moins 1 fois par an est important lorsqu'on a un diabète.

L'examen médical des pieds

Votre médecin :

  • vérifie la sensibilité des pieds et des jambes.
    Il étudie votre capacité à sentir le contact, la pression, les vibrations, les variations de température, etc. Il utilise pour cela un diapason pour tester la sensibilité aux vibrations. Il peut également utiliser un monofilament (filament en plastique) pour tester la sensibilité au contact. Les zones d'application du filament sont notées et définissent ainsi la perte de sensibilité ;
  • contrôle la circulation du sang dans vos jambes et vos pieds.
    Il vérifie que les pouls sont bien perçus. Il peut éventuellement calculer la différence de tension artérielle entre la cheville et le bras (aussi appelée index de pression systolique ou IPS), pour détecter la présence d’une atteinte des artères ;
  • recherche la présence d'anomalies ou de blessures aux pieds. 
    Il regarde comment le pied se positionne à la marche et recherche d’éventuelles déformations des pieds, des lésions, des signes d’infection bactérienne ou par des champignons microscopiques (mycose de la peau), des anomalies au niveau des ongles ou des modifications de la peau ;
  • vérifie que vos chaussures sont adaptées.
    Si nécessaire, il peut aussi vous prescrire des semelles ( plantaires) ou des chaussures orthopédiques (ou un autre type d’appareillage) pour faciliter votre marche.

À l’issue de la consultation, le médecin évalue le risque de lésion de vos pieds. Ce risque se traduit par un grade.

Risque de lésion des pieds en cas de diabète selon le grade d'atteinte
Grade Risque de lésions
Grade 0 La sensibilité n’est pas affectée.
Grade 1 La sensibilité est affectée mais n’est pas associée à d’autres complications.
Grade 2 La sensibilité est affectée et associée à une artériopathie des membres inférieurs et / ou à une déformation d’au moins un pied.
Grade 3 Un antécédent de complications sévères (ulcère - ou plaie - d’au moins un pied et / ou amputation localisée aux membres inférieurs).

Si nécessaire, votre médecin vous oriente vers un professionnel de santé spécialisé dans les soins des pieds (podologue) et formé au suivi du diabète. Le podologue, qui travaille en lien étroit avec votre médecin, vous apprend à prendre soin de vos pieds au quotidien pour prévenir les risques de complications ou leur aggravation.

Le remboursement des soins réalisés par un podologue

Depuis le 15 Mai 2021, la 1ère consultation annuelle prescrite est prise en charge chez tout diabétique, quel que soit le grade d’évaluation du pied.

Au-delà, l'Assurance Maladie peut rembourser les autres séances prescrites par le médecin et réalisées par un podologue mais uniquement en cas de grade 2 (jusqu’à 4 séances par an en plus de la première) et de grade 3 (jusqu’à 7 séances par an en plus de la première).

Diabète : bien préparer sa consultation médicale

Avant la consultation, prenez le temps de réfléchir aux questions que vous souhaitez poser à votre médecin en vous appuyant sur la fiche pratique Diabète : mes pieds, préparer ma consultation (PDF) »

Elle permet de noter sur un schéma toutes les observations que vous avez faites sur l’aspect de votre peau, de vos ongles et sur la forme de vos pieds mais aussi ampoule, callosité, plaie, modification de la peau (plus sèche, plus fine), ongle incarné, mycose de la peau, déformation des orteils et du pied (hallux valgus par exemple), etc.

"Je prends désormais soin de mes pieds tous les jours !"

Les soins des pieds quand on est diabétique, ce sont les patients eux-mêmes qui en parlent le mieux. Tel Hubert, 69 ans : « j’ai eu l’année dernière un problème avec un durillon au pied, et ça a failli mal tourner pour moi. » C’est dans sa salle de bains qu’il a constaté la présence d’un durillon sur un doigt de pied. « Je l’ai gratté et il a saigné. Très peu. Donc je ne me suis pas inquiété sur le moment. Mais cela a fait une petite plaie, puis le durillon a fini par se nécroser et est carrément tombé. »

"Une petite plaie...

Ce que Hubert décrit, c’est la complication du pied diabétique. Le diabète peut altérer la circulation du sang et la sensibilité des pieds. Un durillon comme dans le cas de Hubert, mais aussi une ampoule ou une petite blessure peuvent passer inaperçus et s’aggraver. « Mon médecin m’a tout de suite fait faire une prise de sang pour voir s’il n’y avait pas d’infections » poursuit-il, « puis j’ai été pris en charge très rapidement par un pédicure-podologue. Quand j’ai vu le branle-bas de combat de la part des professionnels de santé, j’ai compris que le pied diabétique était à prendre très au sérieux. »

... qui peut faire de gros dégâts."

Hubert tire un enseignement de cet épisode : « avant je n’étais pas très sérieux. Je me disais, comme beaucoup sans doute, que ce n’est pas grand-chose un doigt de pied » se souvient-il. « Pourtant, ma mère déjà avait dû être amputée à cause de son diabète. Et croyez-moi ça ne laisse pas indifférent. » Selon lui, c’est là qu’« il y a un danger : quand on n’accorde pas à certaines choses l’importance qu’elles méritent. » Autrement dit, connaître les risques ne suffit pas, il est essentiel d’en mesurer toutes les conséquences. Il a fallu deux bons mois pour que sa plaie du pied se referme. Hubert a ensuite utilisé pendant un moment des chaussures médicales. « Aujourd’hui tout est rentré dans l’ordre » assure-t-il. « Et je vérifie désormais l’état de mes pieds tous les jours ! »

La prise en charge en podologie des patients diabétiques au sein d’une maison de santé pluriprofessionnelle (MSP)

Estelle Parrot, Katia Bounouader et Violaine Rocheron sont pédicures-podologues et soignent des patients atteints de diabète. Elles exercent au sein d’une MSP regroupant de nombreux professionnels de santé, issus de différentes disciplines.

Quelles sont les spécificités à travailler au sein d’une maison de santé pluriprofessionnelle ?

Nous fonctionnons selon un mode d’exercice professionnel coordonné grâce à un système d’informations partagées donnant la possibilité de communiquer des données médicales, relatives aux patients, de façon rapide et sécurisée aux professionnels de santé qui les suivent. Cela permet d’assurer une meilleure prise en charge des patients, notamment ceux atteints de maladies chroniques. Des réunions de concertation pluriprofessionnelles sont régulièrement organisées entre professionnels de santé renforçant le travail en coordination autour du patient.

Notre MSP est également à l’origine de projets de prévention concernant des thématiques de santé telles que l’alimentation, l’activité physique, la vie affective et sexuelle… à destination de collégiens, favorisant la promotion de la santé. Enfin, pour les patients atteints de diabète, une infirmière d’éducation thérapeutique est présente sur place.

Y a-t-il un impact sur la prise en charge des patients diabétiques ?

Le logiciel d’informations partagées est essentiel dans la prise en charge du patient puisque nous avons accès à ses antécédents médicaux. Lorsqu’un patient se présente avec une plaie au pied, nous regardons directement par quel professionnel de santé il est suivi et nous pouvons lui rendre compte de la consultation effectuée et notamment lui partager des photos de la plaie. Le parcours de santé est donc simplifié et le patient rapidement soigné.

Par ailleurs, en 2019, un protocole de prise en charge des patients diabétiques présentant une plaie du membre inférieur a été mis en place. Cela permet à un professionnel de santé repérant une plaie chez une personne de prendre un rendez-vous avec le premier infirmier, podologue ou médecin disponible. Il est aussi possible d’effectuer une consultation commune afin de décider ensemble de son parcours de soin (s’il doit être hospitalisé en urgence par exemple).

La prévention en podologie pour les diabétiques occupe-t-elle une place importante ?

Bien sûr, nous sommes formées à détecter une atteignant les pieds chez nos patients c’est-à-dire une altération de la sensibilité. La augmente le risque de plaie. Lorsque c’est le cas, nous le signalons et les encadrons dans cette prise en charge. Mais notre travail avant tout est de maintenir l’état des pieds et éviter que les patients aient des plaies. Nous les conseillons et leur donnons les clés pour appréhender au mieux leur pathologie (apprendre à choisir ses chaussures, vérifier correctement l’état de ses pieds…).

L’arrivée du nouvel avenant à la convention nationale des pédicures-podologues vient renforcer ce système de prévention puisqu’il donne la possibilité à tous les patients ne présentant pas de ou une sans autre complication de bénéficier d’une consultation par an prise en charge par la sécurité sociale (sur prescription médicale). Cette première séance nous permet d’effectuer la gradation du pied (vérifier le pouls, examiner la peau et les ongles, d’éventuelles déformations, tester la sensibilité du pied), avertir sur les risques et les inciter à avoir un suivi régulier. La gradation et la vérification de ses pieds (par le test au monofilament) doivent être faites chaque année, car l’état du pied peut évoluer entre-temps.

Il est nécessaire de sensibiliser sur la , car bien souvent, cette pathologie est inconnue des patients étant donné qu’elle est indolore. Pourtant, c’est l’une des plus fréquentes complications chroniques du diabète.

  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide - Affection de longue durée - Diabète de type 1 de l’adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 2 octobre 2020]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Actes et prestations - Affection de longue durée - Diabète de type 1 et diabète de type 2. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 2 octobre 2020]
  • Collège des enseignants d'endocrinlogie, diabète et maladies métaboliques. Diabète sucré de types 1 et 2 de l'enfant et de l'adulte. ECN 2019. Editions Elsevier Masson.
  • Haute Autorité de santé (HAS). Recommandations professionnelles - Prise en charge diagnostique des neuropathies périphériques (polyneuropathies et mononeuropathies multiples). Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 2 octobre 2020]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Recommandations pour la pratique clinique - Prise en charge de l’artériopathie chronique oblitérante athéroscléreuse des membres inférieurs (indications médicamenteuses, de revascularisation et de rééducation) - Recommandations. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2006 [consulté le 2 octobre 2020]