L’ophtalmologiste, pour le suivi de vos yeux

12 mars 2017
Les personnes ayant un diabète sont exposées à la rétinopathie diabétique. Un suivi régulier par un ophtalmologiste est essentiel pour le dépistage (réalisation de l’examen du fond d’œil) et le traitement de cette complication. Rencontre avec Françoise Boutonnet-Couret, ophtalmologiste.

Un dépistage précoce des complications des yeux

La rétinopathie est la complication des yeux à laquelle les personnes diabétiques sont les plus exposées. « Si une rétinopathie est révélée assez tôt, les risques d’évolution de la maladie peuvent être réduits car des traitements existent. »

Le meilleur moyen de dépister une rétinopathie précocement est de réaliser un fond d’œil régulièrement, selon les recommandations de votre médecin. Cet examen peut permettre de détecter d’autres pathologies oculaires comme une cataracte ou un glaucome, plus fréquents chez les personnes ayant un diabète.

« Il faut savoir que quand elles sont détectées assez tôt, les affections rétiniennes peuvent être traitées par des séances de laser », en complément bien sûr de l’équilibre du diabète, du contrôle de l’hypertension artérielle (HTA) et de l’arrêt éventuel du tabac.

Pour un suivi optimal par l’ophtalmologiste, les résultats des analyses médicales ainsi que d’autres données sont utiles.

« Pour réaliser l’examen du fond d’œil, même si ce n’est pas une obligation, l’ophtalmologiste a besoin de connaître le taux d’hémoglobine glyquée du patient, sa tension artérielle ainsi que son ancienneté dans la maladie » explique Françoise Boutonnet-Couret. « Il y a un lien de cause à effet entre le déséquilibre du taux de l’hémoglobine glyquée (HbA1c), une tension artérielle élevée et la survenue possible d’une rétinopathie » poursuit-elle.

Le fond d’œil, un examen indolore

Le plus souvent, « pour réaliser le fond d’œil par ophtalmoscopie, les pupilles de la personne doivent être dilatées au préalable à l’aide de gouttes. Cela peut entraîner une difficulté à voir de près pendant plusieurs heures. Les yeux peuvent aussi devenir très sensibles à la lumière » explique l’ophtalmologiste.

Il est donc recommandé, en attendant que l’effet des gouttes disparaisse :

  • de ne pas conduire après l’examen ;
  • de porter des lunettes de soleil afin d’être moins ébloui.

Hormis ces petits désagréments, « l’examen du fond d’œil est totalement indolore, rapide et surtout très efficace pour détecter des complications dont les conséquences peuvent être importantes » décrit-elle.

Fond d’œil : 1 examen, 2 possibilités

Le fond d’œil recouvre 2 modes d’examen pour le suivi de vos yeux :

  • L’ophtalmoscopie indirecte à lampe à fente, réalisée par un ophtalmologiste. Cet examen nécessite généralement une dilatation des pupilles avec des gouttes pendant au moins 20 minutes.
  • La rétinographie, réalisée par un infirmier ou un orthoptiste, prend une photographie de la rétine sans toujours recourir à une dilatation des pupilles. Cette photographie de l’œil est analysée par un ophtalmologiste. Si un problème est révélé, un examen complet par ophtalmoscopie est nécessaire.