Le cardiologue, acteur de la prévention

12 mars 2017
Lors d’un diabète, prévenir efficacement les affections du cœur et des vaisseaux sanguins est essentiel. David Bertora, médecin cardiologue et spécialiste des maladies vasculaires, témoigne.

Le diabète, une maladie à haut risque pour le cœur

« Nous pouvons tous être un jour concernés par les maladies du cœur et des vaisseaux sanguins qui irriguent notre organisme. Mais il est vrai qu'avec le diabète, les risques de développer ce type d'affections cardiovasculaires sont plus élevés » explique le docteur David Bertora.

Ce médecin cardiologue connaît bien le rôle joué par le déséquilibre du diabète sur le cœur et sur les petits et gros vaisseaux sanguins de ses patients.

« Le taux de sucre dans le sang, comme le mauvais cholestérol, l'hypertension artérielle et surtout le tabac, provoquent à la longue des atteintes cardiovasculaires. C'est la raison pour laquelle les patients qui ont un diabète et qui souvent avec l'âge, cumulent d'autres facteurs de risque, ont raison d'agir et de se faire aider pour limiter le risque de leur apparition » décrypte ce spécialiste des maladies vasculaires.

L’importance de « faire équipe » avec les professionnels de santé

L’objectif de la prise en charge du diabète est une meilleure utilisation du sucre par l'organisme. Pour ce faire, il est essentiel que chaque patient ait le désir de « faire équipe » avec :

  • son médecin traitant, qui le suit dans la durée ;
  • son cardiologue, auprès duquel il va régulièrement bénéficier d'examens de suivi comme l'électrocardiogramme (ECG) ;
  • le conseiller en santé sophia est fondamentale pour la santé de son cœur et de ses artères. De même que faire de l’exercice physique . Car tout cela favorise une meilleure utilisation du sucre par l'organisme et ménage les organes vitaux comme le cœur, les vaisseaux sanguins mais aussi les reins », poursuit le cardiologue.

Infirmiers-conseillers en santé sophia : source de bons conseils

David Bertora a formé certains conseillers en santé sophia à l'accompagnement des patients, qui atteints d'un diabète, présentent aussi des complications cardiovasculaires.

Dans ces situations, le rôle de l'infirmier-conseiller en santé comme « fournisseur de bons réflexes » est très utile. Il aide le patient à prendre du recul ou à poser des questions auxquelles il pourrait ne pas oser faire allusion en consultation. Qu'il s'agisse par exemple « de problèmes d'érection chez les hommes, qui peuvent avoir une origine vasculaire ». Ou encore de la difficulté à suivre un traitement, ce qui a parfois des effets secondaires non souhaités.

« Pour le patient, en parler simplement avec son médecin sera d'autant plus aisé qu'il aura pu préalablement trouver une écoute, et quelques pistes de solutions, avec son conseiller en santé » conclut enfin le docteur Bertora.