Service sophia : des évolutions en 2024

Ce premier numéro de 2024 me donne tout d’abord l’occasion de me présenter à vous. Depuis le mois de novembre dernier, j’ai rejoint la CNAM en tant que responsable du nouveau département des patients atteints de pathologies chroniques (DPPC). Médecin de santé publique, j’ai exercé dans divers lieux (Ministère de la santé, Haute Autorité de Santé, Agences régionales de santé) qui m’ont convaincu que la qualité des soins repose sur une organisation coordonnée du système de santé avec une participation importante des patients, et leur association étroite à un parcours de prise en charge.

Les progrès des systèmes d’information, le déploiement de Mon espace santé (MES), des recommandations professionnelles claires, des professionnels de santé mobilisés autour de la construction de parcours pour les patients atteints de maladies chroniques dans le cadre des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) : tous ces éléments participent à l’amélioration de la qualité des soins.

Depuis 2008, le service sophia a ouvert la voie à un accompagnement individualisé des patients atteints de diabète, puis d’asthme, montrant par ses résultats la pertinence d’une approche personnelle, avec une réduction des écarts aux soins notamment, laissant espérer pour ces patients une amélioration de la qualité de vie avec réduction des complications médicales de la maladie. Le contexte est aujourd’hui en évolution rapide, du fait du vieillissement de la population, de la progression des maladies chroniques, que l’on constate notamment par l’augmentation continue du nombre de patients en ALD, et de la part grandissante des maladies cardiovasculaires dans l’ensemble des maladies.

Dans le cadre de son engagement pluriannuel (COG), l’Assurance Maladie va ainsi mettre l’accent sur ce que l’on appelle les maladies cardiovasculaires et associées (MCVA), au premier rang desquelles se place le diabète. Cet ensemble des MCVA va devenir progressivement la cible des accompagnements sophia tels que vous les connaissez, élargissant ainsi le nombre de patients éligibles au dispositif. Cependant, et vous le savez,
de nombreuses personnes diabétiques connaissent au décours de leur affection des complications qui relèvent de ce champ : insuffisance rénale ou syndrome coronarien par exemple. Cette année, le service sophia va donc évoluer dans le sens d’un accompagnement à la polypathologie dont certains adhérents sont atteints, avant d’être proposé à d’autres patients à partir de 2025.

Dans le même temps, les informations à la disposition des malades seront progressivement enrichies et complétées sur le site internet de l’Assurance Maladie – ameli.fr – afin d’apporter encore plus d’éléments relatifs aux maladies concernées, aux enjeux pour chacun d’un parcours structuré, coordonné, avec les modifications thérapeutiques du mode de vie nécessaires (exercice physique, nutrition, observance thérapeutique, etc.) pour éviter l’apparition de complications, souvent évitables et sources de souffrances supplémentaires.

L'année 2024 sera donc celle du changement dans la continuité de l’offre sophia, qui a démontré son utilité et que vous êtes nombreux à trouver nécessaire à votre parcours dans la maladie.

Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
Le champ avec astérisque (*) est obligatoire.