Comprendre la dermatite séborrhéique de l’adulte

12 mars 2017
Maladie cutanée chronique, la dermatite séborrhéique correspond à l’apparition de plaques rouges, recouvertes de pellicules blanches ou jaunâtres sur les zones de peau grasse (cuir chevelu, visage). Ces lésions apparaissent par poussées et surviennent plus souvent en présence d’autres pathologies.

Qu’est-ce que la dermatite séborrhéique ?

La dermatite séborrhéique, ou dermite séborrhéique, est une affection de la peau (ou dermatose) inflammatoire, caractérisée par la présence de plaques érythémateuses (rouges) recouvertes de squames grasses. Ces lésions se développent dans les zones où la sécrétion de est la plus importante (dites "grasses" ou "séborrhéiques"), par exemple :

  • le cuir chevelu ;
  • le sillon entre le nez et les joues ou les lèvres ;
  • les sourcils et l’espace qui les sépare.

Il s’agit d’une pathologie bénigne et non contagieuse, mais chronique : elle évolue par poussées récidivantes. À cause du caractère apparent des lésions, elle peut se répercuter sur la qualité de vie.

La dermatite séborrhéique touche 1 à 3 % des Français entre l’adolescence et l’âge adulte, avec un pic de fréquence entre 18 et 40 ans. Six hommes sont touchés pour une femme. Après 40 ans, la maladie se révèle moins courante et ne concerne quasiment plus que des hommes.

L’origine de la dermatite séborrhéique et ses facteurs favorisants

Le influe probablement sur la prolifération anormale de levures de type malassezia (sorte de champignon), naturellement présentes sur la peau. Ces micro-organismes provoquent une réaction inflammatoire spécifique, se traduisant par un érythème (rougeur de la peau) et un renouvellement accéléré des cellules du cuir chevelu et de la peau, provoquant une inhabituelle.

La survenue de la dermatite séborrhéique est aussi favorisée par certains facteurs ou affections :

  • peau naturellement grasse (ou séborrhéique) ou application cutanée de corps gras (ex. : huile solaire) ou de lotions à base d’alcool ;
  • hygiène corporelle insuffisante ;
  • abus chronique d’alcool;
  • exposition à l’humidité et à la chaleur, ou au contraire, à des températures très froides ;
  • hypersudation;
  • stress, fatigue ou surmenage (qui représentent également des facteurs déclenchants) ;
  • obésité;
  • grossesse;
  • liée par exemple au VIH;
  • syndrome parkinsonien (mouvements lents et rares, rigidité et tremblements) lié soit à la maladie de Parkinson, soit à la prise de médicaments comme les neuroleptiques ;
  • cancer des voies aérodigestives supérieures.
La dermatite séborrhéique touche parfois le nourrisson

Les très jeunes enfants peuvent présenter une forme de la maladie communément appelée "croûtes de lait".

Les symptômes de la dermatite séborrhéique

Pendant les poussées, des plaques érythémateuses apparaissent. Plus foncées sur leurs bords, elles sont recouvertes de squames plus ou moins grasses, blanches ou jaunâtres. Ces pellicules se détachent facilement, laissant place à des zones de peau rouge clair. La personne concernée peut ressentir quelques démangeaisons au niveau des plaques, voire une sensation de brûlure, surtout au niveau du cuir chevelu.

En dehors des poussées, la peau retrouve partout son aspect normal. Parfois, elle demeure un peu rouge, et elle est souvent sensible aux frottements ainsi qu’aux produits irritants.

Plusieurs régions cutanées séborrhéiques peuvent se retrouver atteintes.

Touché dans 95 % des cas, il représente parfois la seule partie du corps concernée. Au début, de petites plaques se forment principalement près des tempes et au sommet du crâne. Elles peuvent ensuite s’étendre à l’ensemble du cuir chevelu et déborder sur le front, la base du cou et l’arrière des oreilles. Ces plaques sont généralement masquées par les cheveux. Toutefois, elles sont recouvertes de pellicules très nombreuses, très visibles sur la tête et jusque sur les vêtements. Dans les formes sévères de la maladie, plaques et pellicules se développent en "casque" : elles recouvrent alors des touffes de cheveux, et peuvent causer leur chute.

Il est souvent atteint, surtout en son milieu :

  • sillons autour des narines ;
  • pli sous la lèvre inférieure ;
  • chez l’homme, barbe et moustache ;
  • arrière des oreilles et conduit auditif externe (qui peuvent alors suinter) ;
  • sourcils, zone entre les sourcils et paupières. Exceptionnellement, les cils sont atteints. Une blépharite (inflammation des paupières) ou une conjonctivite peuvent alors se déclarer.

Il est plus rarement touché, entre les mamelons ainsi que dans le dos (entre les épaules). Les plaques se forment d’abord autour des poils puis se développent en "médaillons" ronds ou ovales. Parfois, elles prennent une teinte jaunâtre ou orangée. Une atteinte des plis cutanés chez les personnes en surpoids est possible.

Sources
  • Collège National des Enseignants de Dermatologie. Dermatoses faciales : dermatite séborrhéique. Site internet : Université Numérique Francophone des Sciences de la Santé et du Sport (UNF3S). Lille (France) ; 2010 [consulté le 22 juin 2015]
  • Gelot P, Quéreux G. Dermatite séborrhéique. EMC – Dermatologie. 2012;7(4):1 – 6.
  • Société française de dermatologie. Les pellicules. Site internet : Dermato-info.fr. Paris ; 2015 [consulté le 7 septembre 2015]