Comprendre la dépression

31 octobre 2018
La dépression (ou trouble dépressif) est une maladie psychique fréquente qui par ses troubles de l'humeur, perturbe fortement la vie quotidienne. De nombreux facteurs psychologiques, biologiques et environnementaux sont en cause dans sa survenue.

Qu’est-ce que la dépression ?

La dépression appelée dans le langage courant "dépression nerveuse" ne désigne pas un simple coup de déprime ou une tristesse passagère mais une véritable maladie psychique.

Elle se caractérise par des perturbations de l'humeur (tristesse, perte de plaisir). L'humeur dépressive entraîne une vision pessimiste du monde et de soi-même. Elle dure plus de deux semaines et retentit de manière importante sur la vie quotidienne (perte du sommeil, troubles de l'appétit et du désir sexuel, perte des performances intellectuelles, isolement...)

La volonté seule ne permet pas de s'en sortir. C'est pourquoi elle doit être soignée pour ne pas se compliquer ou devenir chronique.

"Se sentir déprimé" n'est pas toujours synonyme de dépression

Se sentir déprimer, manquer d'allant, avoir une baisse de moral, éprouver un mal-être ne sont pas une dépression véritable dans la mesure où ils surviennent en réaction à des évènements de vie et sont transitoires.

© Blausen Medical

Pourquoi la dépression survient-elle ?

La dépression est le résultat de plusieurs mécanismes encore mal connus. On distingue divers facteurs favorisant sa survenue.

Des situations et des événements de la vie, remontant parfois à l'enfance, peuvent favoriser la survenue d'une dépression :

  • relations perturbées avec les parents, traumatisme sexuel, expériences difficiles, etc ;
  • décès d'une personne proche. L'état de deuil est une réaction psychologique à la perte d'un être cher. Cette réaction douloureuse, mais "normale", peut cependant se compliquer d'un véritable épisode dépressif caractérisé ;
  • perte de son emploi ;
  • séparation ;
  • conflit familial  ou professionnel…

Certains comportements négatifs (se penser incapable de faire certaines choses) peuvent favoriser la survenue ou le maintien d'une dépression.

Certaines personnes exposées à des événements difficiles ne font pas de dépression et certains individus font une dépression sans motif apparent.

Cette vulnérabilité est en partie génétique. Ainsi, une personne dont l'un des parents a fait une dépression a deux à quatre fois plus de risque d'être dépressive au cours de sa vie. Certaines variations génétiques associées à cette vulnérabilité ont été identifiées. Cependant, cette vulnérabilité ne s'exprime le plus souvent qu'en présence d'un vécu difficile dans le passé ou de facteurs environnementaux défavorables.

La présence d'une maladie chronique, d'un handicap, la dépendance à l'alcool, au tabac ou à d'autres substances consommées pour apaiser des angoisses sont des facteurs favorisant la survenue d'une dépression.

Lors de troubles dépressifs, le fonctionnement du cerveau est perturbé. Les présentent des anomalies dans leur fabrication et leur régulation. Les réponses physiologiques au stress sont également altérées.

La fréquence de la dépression

La dépression est une des maladies psychiques les plus fréquentes. Elle survient à tout âge et elle est plus fréquente chez l'adulte.

En 2017, d'après le Baromètre santé, près d'une personne sur dix, âgées de 18 à 75 ans, a connu un épisode dépressif au cours des douze derniers mois. Après une stabilité observée entre 2005 et 2010, la fréquence de la dépression est en augmentation entre 2010 et 2017 et concerne davantage :

  • les femmes,
  • les personnes âgées de 35 à 44 ans,
  • les personnes au chômage,
  • les personnes déclarant de faibles revenus.

La dépression atteint également les enfants et plus fréquemment les adolescents. On estime que près de 8 % des adolescents entre 12 et 18 ans souffriraient d’une dépression.

Après l'accouchement : baby blues ou dépression du post-partum ?

Il est fréquent qu'après la naissance de son enfant, la maman présente des émotions vives marquées par un peu de tristesse et des pleurs incontrôlés : c'est le baby blues qui passe rapidement.
Cependant, certaines femmes présentent des troubles de l'humeur persistants et une dépression du post-partum s'installe. Une prise en charge rapide est nécessaire pour soigner la maman et lui permettre d'établir une relation de qualité avec son nourrisson.

  • Haute Autorité de santé (HAS). Dépression de l’adolescent : repérage, diagnostic et prise en charge initiale. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 20 février 2018]
  • Haute Autorité de Santé (HAS). Problèmes de repérage, mauvais usage des antidépresseurs : la dépression doit être mieux identifiée et traitée de façon personnalisée. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2017 [consulté le 20 février 2018]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Dépression. Site internet : Inserm. Paris ; 2014 [consulté le 20 février 2018]
  • Chevance A, Gaillard R. Éditorial. La dépression, du mal-être à la maladie. Bull Epidémiol Hebd. 2018;(32-33):636-7