Démangeaisons de la peau ou prurit cutané : définition et causes

02 janvier 2021
Les démangeaisons, ou prurit, sont une sensation désagréable qui oblige à se gratter à un endroit précis ou sur tout le corps. Les plus courantes sont légères et de courte durée, mais le problème peut parfois être grave et difficile à vivre. Les causes sont très variées.

Prurit ou le besoin de se gratter

Le prurit cutané, ou démangeaisons de la peau, se définit comme une sensation désagréable qui entraine le besoin de se gratter. C’est un symptôme non douloureux mais qui peut être gênant. Comme la douleur, le prurit est un signal subjectif qui aboutit à une action : celle de se gratter.

Les démangeaisons peuvent être :

  • généralisées. Cette sensation se manifeste sur tout le corps ;
  • localisées. Elles ne se produisent que sur une zone spécifique de la peau.

Les démangeaisons légères et de courte durée sont courantes et ne causent souvent aucun désagrément. Ce besoin inconscient de se gratter plusieurs fois dans la journée est appelé prurit physiologique.

Elles deviennent toutefois anormales lorsqu’elles sont :

  • responsables de lésions cutanées dites de grattage, suite à un grattement intensif de la peau ;
  • suffisamment gênantes pour inciter à consulter.

Les grattements perturbent alors le quotidien. Quand ce besoin se fait ressentir la nuit, il affecte considérablement le sommeil, et cause fatigue et irritabilité. Les démangeaisons peuvent être localisées et atteindre les muqueuses : c’est le cas du prurit anal.

Comment nait l’envie de se gratter ?

Le prurit nait dans les terminaisons nerveuses présentes à la surface de la peau, au niveau de récepteurs spécifiques. Il emprunte ensuite les voies habituelles de la sensibilité. Il est ainsi transmis par l’influx nerveux (signal permettant la transmission de messages entre les différentes parties du corps) et par les neuromédiateurs dont les plus importants sont :

  • l’ , amine naturelle agissant dans les réactions inflammatoires et qui peut jouer un rôle important dans certaines maladies. Le prurit est généralement accompagné par une œdémateuse, comme dans l’urticaire. L' peut toutefois ne pas intervenir dans certains prurits. C’est pourquoi les traitements ne sont pas toujours efficaces ;
  • la sérotonine, substance élaborée par certaines cellules de l'intestin et du cerveau ;
  • la prostaglandine, substance présente dans de nombreux tissus de l'organisme et qui intervient dans plusieurs processus biologiques tels que la contraction de l'utérus ou lors d’inflammation, de coagulation du sang, etc.

L’information de prurit est reçue au niveau d’un récepteur. Elle est transmise aux ganglions sensitifs, puis à la moelle épinière. Elle remonte par voie nerveuse jusqu’au cerveau et active des zones cérébrales sensorielles, émotionnelles et motrices.

Cette activation de zones motrices démontre que le prurit est indissociable du besoin de se gratter. Le cycle de la démangeaison et du grattage se déclenche alors : l’envie de se gratter s’installe et peut être responsable d’un prurit prolongé dans le temps, alors même que la cause des démangeaisons a disparu.

Pourquoi se gratte-t-on ?

Les raisons de se gratter sont nombreuses. Souvent causées par une affection de la peau, les démangeaisons peuvent aussi être le signe d’autres problèmes.

Dans certains cas, il est toutefois impossible d'identifier une cause spécifique au prurit.

Les affections de la peau

Le prurit peut être provoqué par des affections cutanées telles que :

  • la sécheresse de la peau, ou xérose, surtout les personnes âgées ;
  • l’eczéma de contact, provoqué par le contact avec un ;
  • l’eczéma atopique, principalement chez les nourrissons et les jeunes enfants ;
  • l’urticaire, qui se manifeste par des plaques rouges en relief ;
  • le psoriasis, responsable de plaques rouges, squameuses, croûteuses et recouvertes de squames argentées ;
  • le lichen plan qui provoque des lésions très prurigineuses (qui démangent) situées sur la paume des mains, la plante des pieds, la face antérieure des poignets, les avant-bras, les genoux et les coudes. Ces lésions ont un relief brunâtre ou violacé, parcouru de stries blanchâtres en réseau. Cette maladie inflammatoire survient de façon récidivante, surtout chez l’adulte ;
  • la dermatite séborrhéique, qui se caractérise par l’apparition de plaques rouges dans le cuir chevelu, recouvertes de pellicules ;
  • la folliculite, inflammation des follicules pilosébacés (le poil et sa racine) ;
  • la dermatite bulleuse, , responsable de petites ampoules (gonflements remplis d’un liquide clair) apparaissant sur la peau.

Les facteurs allergènes, irritants ou environnementaux

Les démangeaisons sont parfois causées par un ou un irritant. C’est le cas notamment avec :

  • certains ingrédients que l’on trouve dans les cosmétiques ou produits capillaires, tels que les conservateurs, les parfums, les durcisseurs pour teintures capillaires et vernis à ongles ;
  • certains métaux, tels que le nickel ou le cobalt utilisé en bijouterie ;
  • le caoutchouc, notamment le latex ;
  • les textiles et, en particulier, les colorants et les résines qu'ils contiennent ;
  • les produit caustiques ou antiseptiques surtout s’ils sont mal rincés ;
  • la laine de verre ;
  • certains aliments ;
  • le cannabis. Sa consommation notamment peut provoquer des allergies et, entre autres, des démangeaisons.

Certains types de médicaments peuvent aussi être à l’origine d’un prurit, comme par exemple :

  • l’aspirine ;
  • les antibiotiques tels que les bêtalactamines comprenant des dérivés de la pénicilline ;
  • les antipaludéens comme la chloroquine qui permet de prendre en charge le paludisme ;
  • les opiacés utilisés pour lutter contre la douleur ;
  • certains traitements cardiovasculaires, en particulier les antihypertenseurs (bêta-bloquants, inhibiteurs de l’enzyme de conversion, sartans), statines, etc.

Des facteurs climatiques peuvent aussi provoquer des démangeaisons :

  • la chaleur. Il est possible de développer une éruption cutanée qui démange dans des conditions climatiques chaudes et humides. En outre, les coups de soleil provoquent des dommages cutanés et assèchent la peau. D’une manière générale, le prurit est augmenté par la chaleur et, à l’inverse, calmé par le froid ;
  • des variations d’humidité et de températures qui provoquent un prurit immédiat après un contact avec l’eau.

Les insectes, les végétaux et les parasites

Les démangeaisons peuvent être causées par :

  • les piqûres et morsures d’insectes : moustiques, puces, punaises, abeilles, guêpes ;
  • les poux de tête, du pubis ou du corps ;
  • les piqûres de végétaux, comme les orties ;
  • le contact avec certaines plantes tels que les chrysanthèmes, les tournesols, les jonquilles, les tulipes et les primevères ;

Divers parasites provoquant un prurit sont à l'origine de :

  • la gale lié à la présence de la sarcopte qui pénètre sous la peau ;
  • l'ascaridiose ou l'oxyurose (parasitose intestinale qui touche surtout les enfants). Dans les deux cas, le parasite est présent dans le tube digestif ;
  • la trichomonase, infection sexuellement transmissible (IST) lié à la présence de trichomonas vaginalis.

Les infections

Les démangeaisons peuvent être l'un des symptômes d'une infection tels que :

  • les mycoses de la peau dues à la présence de champignons microscopiques qui infectent la peau, les ongles et le cuir chevelu (teigne) ;
  • les mycoses buccales, tel que le muguet chez le nourrisson ;
  • La mycose vaginale, cause la plus fréquente de la vaginite ;
  • la varicelle ;
  • le zona. Un besoin de se gratter se manifeste en raison des douleurs ;
  • le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ;
  • l'herpès labial.

Un bouleversement hormonal

Chez les femmes, les démangeaisons peuvent parfois être causées par des changements hormonaux qui ont lieu pendant la grossesse et après la ménopause.

Les démangeaisons qui touchent les femmes enceintes disparaissent généralement après l'accouchement. Pendant cette période, un certain nombre d'affections cutanées peuvent se développer et provoquer l'envie de se gratter. Il s'agit notamment :

  • de papules urticariennes prurigineuses et plaques de grossesse, affection cutanée courante qui provoque des rougeurs sur les cuisses et au niveau de l' à la fin de la grossesse ;
  • du prurit gestationnel. Cette éruption cutanée se présente sous la forme de points rouges et affecte principalement les bras, les jambes et le torse ;
  • la cholestase obstétrique. C'est une qui touche le foie et provoque des démangeaisons sans éruption cutanée.

Dans de telles situations, il est important de demander conseil à une sage-femme ou à son médecin traitant.

Après la ménopause, les changements du niveau d'hormones - notamment d'œstrogènes - qui se produisent pendant cette période seraient responsables des démangeaisons.

Autres problèmes de santé

Le prurit peut être un symptôme d'autres causes diverses :

À quelles causes faut-il penser quand le cuir chevelu gratte ?

Plusieurs raisons peuvent être à l’origine de démangeaisons dans le cuir chevelu. Il peut s’agir :

Se gratter : quelles conséquences ?

Lorsque le prurit est important, il induit des lésions de grattage de la peau sous forme d’excoriations, de stries linéaires ou d’ulcérations de la peau.

Si le prurit dure plusieurs semaines, les lésions cutanées forment un prurigo qui devient chronique et dont l’aspect peut varier. Il peut prendre la forme de :

  • papules, gonflements pleins qui apparaîssent sur la peau, souvent surmontés de vésicules, légèrement écorchées ou croûteuses, voire ulcérées ;
  • nodules, gonflements durs, sphériques et bien délimités ;
  • plaques, épaississements de la peau qui deviennent grisâtres, quadrillés et recouverts de fines squames (particules de peau sèche). C’est le phénomène de lichénification.

Lorsque les lésions cutanées viennent à s’infecter, on parle d'impétigo.

Les principales séquelles des démangeaisons sont les cicatrices dyschromiques qui peuvent devenir hyperpigmentées (foncées) ou dépigmentées (blanches).

  • Misery L. Prurit. Elsevier Masson. Traité de médecine AKOS, 2019;22(3):1-7
  • Jegou-Penouil MH. Le prurit et le prurigo. Dermato info - Société française dermatologie. 2019 [consulté le 6 octobre 2020]
  • Misery L. Le prurit : des avancées physiopathologiques considérables. Med Sci. 2014;30:142-4
  • Lok C., Vabres P. Prurit. Elsevier Masson. Dermatologie. Collège des enseignants de dermatologie de France. ECN 2014;6:63-71
  • National Health Service (NHS Écosse). Itching. Site internet : NHS inform. Édimbourg. 2020 [consulté le 6 octobre 2020]
  • Jafferany M., Davari M. Itch and psyche: psychiatric aspects of pruritus. Int. J. Dermatol. 2019;51(1):3-23