Se faire vacciner contre le Covid-19 pour la première fois : mode d'emploi

La vaccination contre le Covid-19 est ouverte à toute personne âgée de 5 ans et plus (dès 6 mois pour certains enfants), sauf contre-indication. Tout savoir sur la vaccination et les cas particuliers.

La vaccination des personnes mineures

Tout le monde peut attraper le Covid-19. Certains jeunes peuvent développer une forme grave notamment s’ils sont déjà fragiles (maladie grave, obésité…). Par ailleurs, ils peuvent aussi développer des formes de « Covid long », ils ressentent alors des symptômes du Covid-19 pendant plusieurs mois : fatigue, essoufflements, toux, perte de l’odorat et du goût, douleurs dans la poitrine, problèmes de concentration et de mémoire, anxiété... La vaccination réduit considérablement les risques d’attraper une forme grave de la maladie et de développer le Covid long.

La vaccination des 5-11 ans

La vaccination contre le Covid-19 est ouverte à tous les enfants à partir de 5 ans, sauf contre-indication (lire l'encadré « Quelles sont les contre-indications à la vaccination pour les mineurs ? »). Cette décision résulte d’un double avis positif, celui du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV) et celui de la Haute Autorité de santé (HAS).

Les enfants de 5 à 11 ans présentant un risque de développer des formes graves du Covid-19, ou vivant au contact de personnes immunodéprimées, ou porteurs de maladies graves sont prioritaires pour la vaccination contre le Covid-19.

La vaccination contre le Covid-19 pour certains enfants avant 5 ans

Depuis le 19 janvier 2023, la vaccination est ouverte aux enfants de 6 mois à 4 ans à risque de formes graves de Covid-19 et de décès ou vivant dans l'entourage de personnes immunodéprimées ou ne répondant pas à la vaccination. La vaccination est effectuée par le vaccin Comirnaty® (Pfizer/BioNTech). Les infirmiers et sages-femmes sont autorisés à réaliser les injections.

Dans le détail, les enfants souffrant des maladies suivantes sont concernés en priorité par la vaccination (1) :

  • cardiopathies congénitales non corrigées ;
  • asthme pour lequel il existe une nécessité de recours aux corticoïdes par voie générale, ou ayant nécessité une hospitalisation ou une prise en charge en affection de longue durée (ALD) ;
  • maladies hépatiques chroniques ;
  • maladies cardiaques et respiratoires chroniques ;
  • cancer en cours de traitement ;
  • maladie rénale chronique ;
  • handicap neuromusculaire sévère ;
  • maladie neurologique ;
  • immunodéficience primitive ou secondaire (infection par le VIH ou induite par médicaments) ;
  • obésité ;
  • diabète ;
  • hémopathies malignes ;
  •  ;
  • .

(1) Selon la Haute Autorité de santé (HAS) et le Conseil d’orientation sur la stratégie vaccinale du Pr Fischer.

Les enfants à partir de 5 ans et les adolescents vivant dans le foyer d’une personne sévèrement immunodéprimée sont prioritaires pour la vaccination contre le Covid-19. En effet, les personnes sévèrement immunodéprimées et répondant mal à la vaccination se trouvent surexposées à la maladie quand elles vivent avec des enfants.

Quelles sont les contre-indications à la vaccination pour les mineurs ?

Les contre-indications à la vaccination contre le Covid-19 pour les mineurs sont les mêmes que pour les adultes. En particulier, les contre-indications comportent les troubles de l'hémostase (coagulation), le syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique (PIMS) post-infection par le Covid-19 et l'allergie à l'un des composants du vaccin.

Après un PIMS, la contre-indication peut être temporaire (3 mois). La vaccination peut avoir lieu passé ce délai, après récupération d’une fonction cardiaque normale, et en l’absence de tout syndrome inflammatoire.
Il faut ainsi se référer à la liste de contre-indications médicalement reconnues par la HAS, reprise à l’annexe du décret n° 2022-1097 du 30 juillet 2022.

Quel vaccin ?

Tous les enfants peuvent être vaccinés avec le vaccin Pfizer-BioNTech Comirnaty 10 microgrammes (dosage pédiatrique). L’objectif : les protéger et protéger leur entourage contre une forme grave du Covid-19.

Pour toute question, il convient de se rapprocher du médecin, du pédiatre ou de l’équipe de soins qui prend en charge son enfant.

Où les enfants peuvent-ils se faire vacciner ?

Les enfants peuvent se faire vacciner :

  • dans les services de protection maternelle et infantile (PMI) ;
  • sur leur lieu de soin habituel (centre hospitalier universitaire, centre hospitalier, hôpitaux pédiatriques, établissements spécialisés, centres d’accueil moyens et longs séjours, établissements et services médico-sociaux accompagnant des enfants en situation de handicap, etc.) ;
  • dans un cabinet infirmier ;
  • en pharmacie ;
  • par leur médecin généraliste ou par leur pédiatre (ou autre spécialiste) ;
  • par leur dentiste (sur prescription médicale) ;
  • par une sage-femme.

Quels sont les différents schémas vaccinaux possibles pour les 5-11 ans ?

Pour les enfants de 5 à 11 ans, le schéma de vaccination complet est de 2 doses de vaccins à 3 semaines d’intervalle. Ce délai est optimal, mais il peut toutefois être ajusté à +/- 3 jours. En effet, afin de faciliter l’organisation pratique de la vaccination pédiatrique et notamment la prise de rendez-vous, le délai entre les 2 doses peut varier de 18 à 24 jours.

La 2e dose doit donc intervenir entre 18 et 24 jours après la 1re, sauf 2 cas particuliers :

  • les enfants ayant déjà contracté le Covid-19 ne doivent recevoir qu’une seule dose ;
  • les enfants ayant contracté le Covid-19 plus de 15 jours après la 1re dose de vaccin ne doivent recevoir qu’une seule dose.

Important : les enfants ayant contracté le Covid-19 moins de 15 jours après la 1re dose de vaccin doivent recevoir une 2e dose 2 mois après l’infection.

À noter que la forme pédiatrique du vaccin Pfizer-BioNTech Comirnaty 10 microgrammes est 3 fois moins dosée que la forme adulte du vaccin.

Pourquoi est-il recommandé de faire un test sérologique rapide pendant la vaccination ?

Un test sérologique rapide (aussi appelé « trod ») permet de savoir si une personne a déjà contracté le Covid-19. Pour cela, il suffit de piquer le bout du doigt afin d’y prélever une goutte de sang. Si le test est positif, cela signifie que l’organisme a déjà développé des anticorps et qu’une 2e dose ne sera pas nécessaire. Si le test est négatif, 2 doses de vaccin, à 3 semaines d’intervalle, seront nécessaires. Ces tests sont recommandés pour tous les enfants de 5 à 11 ans n’ayant pas de preuve d’infection passée au Covid-19, et seront donc proposés aux familles lors de la vaccination.

La vaccination des 12-17 ans

Les adolescents âgés de 12 à 17 ans peuvent se faire vacciner contre le Covid-19 avec le vaccin Pfizer. Sur la base du volontariat et avec l’accord des 2 parents (ou titulaires de l’autorité parentale pour les enfants de 12 à 15 ans), ils devront se rendre, au choix :

  • chez leur médecin traitant (généraliste ou spécialiste) ;
  • chez un chirurgien-dentiste ;
  • en pharmacie ;
  • en cabinet infirmier ou sage-femme ;
  • dans un laboratoire de biologie médicale ;
  • à domicile ou au sein des services où ils sont suivis ;
  • à la médecine du travail.

La présence d’un des parents (ou titulaires de l’autorité parentale) pendant la vaccination est recommandée mais elle n’est pas obligatoire.

À noter : la vaccination n’est pas recommandée pour les adolescents ayant développé un syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique (Pims) à la suite d’une infection par le Covid-19. En cas de doute, il convient de demander conseil au médecin traitant de l’adolescent.

Quels sont les différents schémas vaccinaux possibles pour les 12-17 ans ?

Les mineurs âgés de 12 à 17 ans peuvent recevoir 2 doses de vaccin dans le cadre de leur schéma de primo-vaccination. La 2e dose doit être administrée entre 21 et 49 jours après la première injection. Ils seront ensuite éligibles au rappel vaccinal. Ils reçoivent le vaccin Pfizer dans sa forme adulte.

En cas d'infection au Covid-19 : plusieurs situations

  • S'il a été infecté par le Covid-19 avant sa 1re dose, alors il ne doit recevoir qu’une seule dose pour compléter son schéma vaccinal.
  • S'il a été infecté par le Covid-19 plus de 15 jours après sa 1re dose de vaccin, alors il n’a pas besoin de recevoir une 2e dose et son schéma vaccinal est complété.
  • S'il a été infecté par le Covid-19 moins de 15 jours après la 1redose de vaccin, alors il peut recevoir une 2edose, en respectant un délai de 2 mois après l’infection.

Le jour de la vaccination, l’adolescent doit présenter l’autorisation parentale à la vaccination contre le Covid-19 (PDF) remplie et signée par les 2 parents (ou titulaires de l’autorité parentale). C’est une obligation.

Important : les mineurs, même s'ils ont plus de 16 ans et disposent d'une carte Vitale à leur nom, doivent présenter lors de la vaccination la carte Vitale d'un de leurs parents ou une attestation de droit mentionnant le numéro de sécurité sociale d'un de leurs parents. Cette précaution est nécessaire pour assurer le bon remplissage de l'outil Vaccin Covid qui permet au professionnel de santé qui vaccine d’éditer la synthèse et l’attestation de vaccination certifiée.

Consulter les fiches d'information :

Consentement obligatoire des 2 parents pour les mineurs et présence d’un parent accompagnateur lors de la vaccination d'un enfant de 5 à 11 ans

Un formulaire d’autorisation parentale signé par les 2 parents doit être remis au personnel du lieu de vaccination avant de procéder à la vaccination de l’enfant mineur. La présence d’au moins un parent accompagnateur est nécessaire à la vaccination des 5-11 ans.

La vaccination des personnes majeures

En France, il est recommandé de recevoir 2 doses pour disposer d’un schéma de vaccination initial complet, puis, dès 12 ans, de recevoir une dose de rappel à partir de 3 mois après la fin du schéma de vaccination initial afin de stimuler l’.
Par ailleurs, il est fortement recommandé aux personnes très vulnérables ou exposées au Covid-19 de recevoir un rappel vaccinal régulier afin de maintenir leur face à ce virus et limiter les formes graves de la maladie. 

Qui peut vacciner ?

À ce jour, les professionnels autorisés à vacciner sont :

  • les médecins
  • les pharmaciens ;
  • les infirmiers ;
  • les sage-femmes ;
  • les chirurgiens-dentistes ;
  • « nouveaux vaccinateurs » : professions du secteur médico-social, listés dans 3 décrets : le 27 mars 2021, le 12 mai 2021 et le 7 juillet 2021.

Où se faire vacciner ?

Consulter le site www.sante.fr pour trouver le lieu de vaccination le plus proche.

Le jour de la vaccination

Le jour de la vaccination, vous devrez vous munir d’une pièce d’identité ainsi que de votre carte Vitale, si vous en possédez une. Sur place, un professionnel de santé vous posera des questions et vous fera remplir un questionnaire permettant de vérifier que vous ne présentez pas de contre-indication et permettant également de définir le parcours vaccinal à adopter. Cette étape vise à vérifier que vous pouvez être vacciné normalement.

La vaccination consiste en une injection intramusculaire, dans le bras le plus souvent. Dans certains cas (personnes à risque de forme grave de Covid-19, etc.), vous serez invité à rester 15 minutes sur place par mesure de sécurité, avant de pouvoir rentrer chez vous.

Situations particulières face à la primo-vaccination

Femmes enceintes, malades chroniques, personnes obèses, personnes ayant déjà eu le Covid-19 ou cas contact : le détail sur chaque situation particulière.

La vaccination des femmes enceintes dès le premier trimestre de grossesse est fortement recommandée. Il s’agit d’une préconisation du gouvernement et des autorités de santé notamment du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV).

Le ministère de la Santé et de la prévention recommande d’utiliser les vaccins à ARN messager. Les personnes ayant obtenu une première dose d'AstraZeneca peuvent obtenir leur seconde dose et/ou la dose de rappel avec les vaccins Pfizer (pour les moins de 30 ans) ou Moderna.

Pour les personnes qui s’interrogent sur la vaccination des femmes enceintes, le ministère de la Santé et de la prévention a publié, sur sa chaîne YouTube, une série de courtes interviews du professeur Alain Fischer répondant aux questions suivantes :

Sur la même chaîne YouTube :

Covid-19 et grossesse : pourquoi est-il important de se faire vacciner quand on est enceinte ? (PDF)

L’âge de la personne est le facteur de risque de développer une forme grave de Covid-19 le plus important, mais à tranche d’âge égale, les personnes souffrant de maladies graves ou chroniques associées à un risque de développer une forme grave de Covid-19 doivent être vaccinées en priorité. En effet, la vaccination contre le Covid-19 des personnes atteintes de maladies graves ou chroniques réduit le risque de développer une forme grave de Covid-19 de façon très significative et leur apporte une protection importante.

L’obésité est un facteur de risques important de forme sévère de Covid-19.

Les données issues de diverses études ont confirmé que plus de 47 % des personnes infectées entrant en réanimation sont en situation d’obésité. L’obésité sévère (à savoir un IMC supérieur à 35) augmente significativement le risque d’être placé sous respiration mécanique invasive, indépendamment de l’âge, de l’hypertension artérielle et du diabète. L’obésité augmente le risque d’hospitalisation de 64 %.

La vaccination contre le Covid-19 réduit ce risque de façon très significative et apporte une protection importante aux personnes à risque. Cette protection est individuelle, c’est pourquoi il est important pour chaque personne obèse d’être vaccinée.

Les vaccins contre le Covid 19 sont très sûrs. Cependant, comme pour tout médicament, des effets secondaires peuvent survenir après avoir reçu un vaccin, mais actuellement, aucun de ces effets ne remet en cause le bénéfice de la vaccination. La balance bénéfice risque est très largement en faveur de cette vaccination. Chez les personnes en situation d’obésité, il n’a pas été décrit jusqu’à présent de formes plus fréquentes ou plus graves des très rares effets indésirables de cette vaccination. Ces effets indésirables sont décrits sur le site vaccination-info-service.fr.

Quel vaccin pour les personnes obèses ?

Les vaccins sont les mêmes que pour la vaccination grand public :

  • les personnes de 12 à 17 ans peuvent se faire vacciner avec Pfizer ;
  • les personnes de 18 à 54 ans peuvent se faire vacciner avec Pfizer ou Moderna ;
  • les personnes de 55 ans et plus bénéficient de tous les vaccins actuellement disponibles en France : AstraZeneca (renommé Vaxzevria), Janssen, Pfizer ou Moderna.

Modalités pratiques de la vaccination

Le nombre d’injection, suivant le type de vaccin, est le même que dans la population générale.

Même vacciné, le respect des gestes barrières est essentiel : port du masque, lavage des mains, distanciation physique…

Obésité et Covid-19 : les 4 bonnes raisons de se faire vacciner (PDF)

Les personnes vivant avec un diabète de type 1 ou de type 2 sont particulièrement vulnérables face au Covid-19 : le diabète multiplie par 2 le risque d’hospitalisation en réanimation et le risque de décès pour Covid-19.

La vaccination contre le Covid-19 réduit ce risque de façon très significative et apporte une protection importante aux personnes à risque. Cette protection est individuelle, c’est pourquoi il est important pour chaque personne diabétique d’être vaccinée.

Les vaccins contre le Covid-19 sont très sûrs. Cependant, comme pour tout médicament, des effets secondaires peuvent survenir après avoir reçu un vaccin, mais actuellement, aucun de ces effets ne remet en cause le bénéfice de la vaccination. La balance bénéfice risque est très largement en faveur de cette vaccination. Ces effets indésirables sont décrits sur le site vaccination-info-service.fr.

Quel vaccin pour les personnes diabétiques ?

Les vaccins sont les mêmes que pour la vaccination grand public :  

  • les personnes de 12 à 17 ans peuvent se faire vacciner avec Pfizer ;
  • les personnes de 18 à 54 ans peuvent se faire vacciner avec Pfizer ou Moderna ;
  • les personnes de 55 ans et plus bénéficient de tous les vaccins actuellement disponibles en France : AstraZeneca (renommé Vaxzevria), Janssen, Pfizer ou Moderna.

Modalités pratiques de la vaccination

Le nombre d’injection, suivant le type de vaccin, est le même que dans la population générale. Même vacciné, le respect des gestes barrières est essentiel : port du masque, lavage des mains, distanciation physique…

Diabète et Covid-19 : les 4 bonnes raisons de se faire vacciner (PDF).

Dans le cas d’une infection survenue avant la 1re dose de vaccin : vous n’avez besoin que d’une seule dose de vaccin pour compléter votre schéma de vaccination initial. Dans le cas d’une infection survenue entre la première et la 2 dose de vaccin :

  • si vous avez été testé positif moins de 15 jours après votre 1re injection, il est nécessaire de recevoir une 2e dose de vaccin ;
  • si vous avez été testé positif plus de 15 jours après votre 1er injection, vous n’avez pas besoin de recevoir de 2e dose de vaccin.

Attention, les personnes immunodéprimées ne sont pas concernées par ces recommandations. Il est recommandé à ces publics particulièrement vulnérables au Covid-19 de consulter un professionnel de santé afin de déterminer le parcours vaccinal le plus adapté à leur situation.

Si une personne est cas contact, elle doit d’abord réaliser un test de dépistage du Covid-19. Si le test négatif, elle peut se faire vacciner.

Si le test est positif, elle doit repousser sa vaccination (ou son rappel).

Quels sont les cas de contre-indications à la vaccination ?

Selon la Haute Autorité de santé (HAS), plusieurs cas de contre-indications médicales sont définitifs :

  • les contre-indications inscrites dans les dernières versions des résumés des caractéristiques du produit (RCP) :
    • contre-indications pour tous les vaccins autorisés en France :
      • antécédent d'allergie documentée à un des composants du vaccin, produit actif ou tels que mentionnés dans le RCP ;
      • réaction anaphylactique au moins de grade 2 (atteinte au moins de 2 organes) secondaire à une injection d'un vaccin contre le covid-19, confirmée par une après expertise allergologique ;
  • contre-indications aux vaccins Vaxzevria (Astra Zeneca) et JCovden (Janssen) :
    • personnes ayant déjà présenté un ou plusieurs épisodes de syndrome de fuite capillaire (contre-indication commune au vaccin Vaxzevria (AstraZeneca) et au vaccin JCovden (Janssen)) ;
    • personnes ayant présenté un syndrome thrombotique et thrombocytopénique (STT) à suite d’une vaccination par le vaccin Vaxzevria (AstraZeneca) ou le vaccin JCovden (Janssen).
  • une recommandation médicale de ne pas initier une vaccination (première dose) :
    • myocardites ou myo-péricardites associées à une infection par SARS-CoV2.
  • une recommandation établie après concertation médicale pluridisciplinaire de ne pas effectuer une dose supplémentaire de vaccin (2e dose ou dose de rappel) suite à la survenue d'un effet indésirable d'intensité sévère ou grave attribué à une précédente injection de vaccin signalé au système de pharmacovigilance (par exemple : la survenue de myocardite, de syndrome de Guillain-Barré, de syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique (PIMS)…).
  • recommandation établie par un centre de référence maladies rares (CRMR) ou un centre de compétence maladies rares (CCMR) après concertation médicale pluridisciplinaire (avis collégial documenté) de ne pas initier la vaccination contre le covid-19.

3 contre-indications médicales sont temporaires :

  • traitement par anticorps monoclonaux anti-SARS-CoV-2 ;
  • myocardites ou péricardites d'étiologie non liée à une infection par SARS-CoV-2 survenues antérieurement à la vaccination et toujours évolutives ;
  • syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique (PIMS) post-infection par le SARS-CoV-2, pendant 3 mois suivant la survenue du PIMS. La vaccination peut avoir lieu passé ce délai, après récupération d’une fonction cardiaque normale, et en l’absence de tout syndrome inflammatoire.

Quelle procédure suivre en cas de contre-indication ?

Il convient de s’adresser à un médecin, qui délivrera si cela est médicalement justifié, un certificat médical attestant d’un des cas de contre-indication médicale sus-cités. Un formulaire spécifique de demande du passe (vaccinal ou sanitaire selon l'âge) est mis à la disposition des médecins. Celui-ci doit systématiquement être utilisé.

Le document doit ensuite être transmis :

  • à l’employeur si la personne est sujette à l’obligation vaccinale ;
  • au service médical de l’organisme d’assurance maladie de rattachement pour obtenir un passe (sanitaire ou vaccinal selon l'âge).

Quelles sont les questions posées avant la vaccination contre le Covid-19 ?

Sur place, un médecin ou tout autre soignant vous pose quelques questions ou vous fait remplir un questionnaire simple visant à vérifier que vous pouvez être vacciné.

Les questions sont les suivantes :

  • Présentez-vous au moins une comorbidité spécifique (ouvrant droit à la vaccination) ?
  • Avez-vous eu un test (PCR ou antigénique) positif au cours des 3 derniers mois ?
  • Avez-vous de la fièvre ?
  • Avez-vous reçu un vaccin au cours des 2 dernières semaines ?
  • Avez-vous des antécédents d’allergie ou d’hypersensibilité à certaines substances ou avec d’autres vaccins ?
  • Êtes-vous traité par un médicament anticoagulant ?
  • Présentez-vous des troubles de l’hémostase (taux de plaquette bas, maladie spécifique, etc.) ?
  • Êtes-vous enceinte ?
  • Allaitez-vous ?
  • Avez-vous déjà contracté le Covid-19 ?

Vaccinations contre le Covid-19 et contre la grippe

En anticipation d’une circulation du Covid-19 sur la période automne-hiver, en prenant en compte la diminution de la protection vaccinale au cours du temps ainsi que la protection supplémentaire apportée par une dose de rappel, une campagne de rappel sera organisée à l’automne-hiver prochain, en même temps que la campagne antigrippale ainsi que l’a recommandé la HAS dans son avis du 23 février 2023.
Le délai à respecter après la dernière injection ou infection sera de 6 mois.
Les modalités pratiques de cette campagne vous seront détaillées ultérieurement.

Aider les plus fragiles à prendre rendez-vous

Avec sa démarche « Aller vers », l’Assurance Maladie souhaite aider les personnes les plus susceptibles de développer des formes graves du Covid-19 à prendre rendez-vous pour se faire vacciner. De nombreuses caisses d’assurance maladie proposent des dispositifs d’accompagnement de ces publics, déployés sur l’ensemble du territoire.

À domicile ou en cabinet libéral de ville

La vaccination des personnes âgées peut s’effectuer :

  • chez un médecin ou infirmier en cabinet médical de ville, ou auprès d’un pharmacien ;
  • à domicile par un infirmier.

Est-ce que le transport vers un professionnel de santé en ville est pris en charge ?

Oui, sous conditions. Les personnes éligibles à la vaccination, quel que soit leur âge, qui sont dans l’incapacité de se déplacer seules peuvent en bénéficier.

Pour être pris en charge, le transport doit être prescrit lors d'une consultation avec un médecin. ll est remboursable pour un trajet aller et retour du domicile chez un professionnel de santé autorisé à vacciner contre le Covid-19 le plus proche, sur présentation de la prescription au transporteur.

Les transports concernés sont :

  • ambulance ;
  • véhicule sanitaire léger (VSL) ;
  • taxi.

Dans ce cadre, les transports sont pris en charge à 100 % et en tiers payant, jusqu'au 31 août 2023.

Les gestes barrières sont nécessaires

Pour se protéger, les gestes barrières sont toujours à appliquer scrupuleusement. En effet, les études actuelles sur les vaccins contre le Covid-19 ne permettent pas de savoir si les vaccins réduisent la contagiosité, c’est-à-dire si une personne vaccinée transmet ou non le virus.

À noter : le port systématique du masque est supprimé mais il reste fortement recommandé si la distanciation physique, notamment, n'est pas possible. En savoir plus sur les règles relatives au port du masque.

Où s’informer ?

Les informations sur la vaccination sont disponibles en ligne :

  • Arrêté du 18 janvier 2023 modifiant l'arrêté du 1er juin 2021 relatif aux mesures d'organisation et de fonctionnement du système de santé maintenues en matière de lutte contre la covid 19. JORF n°0016 du 19 janvier 2023 Texte n° 17
  • Haute Autorité de santé. Coronavirus Covid-19. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2023 [consulté le 26 juillet 2023]
  • Haute Autorité de santé. Vaccination dans le cadre de la Covid-19. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2023 [consulté le 26 juillet 2023]
  • ]Institut national de la santé et de la recherche médicale. Coronavirus et Covid-19. Du simple rhume au syndrome respiratoire aigu sévère. Site internet : Inserm. Paris ; 2022 [consulté le 26 juillet 2023]
  • Santé publique France. Coronavirus (Covid). Site internet : Santé publique France. Saint-Maurice (France) ; 2023 [consulté le 26 juillet 2023]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
Le champ avec astérisque (*) est obligatoire.