Coqueluche : définition, transmission et symptômes

25 avril 2017
La coqueluche est une maladie respiratoire due à une bactérie. Elle se transmet très facilement, par voie aérienne. Elle est responsable de quintes de toux fréquentes et prolongées. C'est une maladie grave lorsqu'elle survient chez les nourrissons et les personnes fragiles.

Qu’est-ce que la coqueluche ?

La coqueluche est une infection respiratoire due à une bactérie appelée Bordetella pertussis. Cette affection très contagieuse provoque des quintes de toux, qui en l’absence de traitement, peuvent se prolonger pendant plusieurs semaines.

La maladie peut parfois devenir grave chez certaines personnes fragiles : femmes enceintes, personnes âgées, nourrissons de moins de six mois. Chez ces derniers, la coqueluche peut donner lieu à une hospitalisation le séjour à l’hôpital étant systématique pour les moins de trois mois.

L’immunité contre la coqueluche n’est pas définitive

Il est possible de contracter la coqueluche plusieurs fois dans sa vie. En effet :

  • le fait d’avoir déjà eu la maladie donne une protection immunitaire qui s’affaiblit peu à peu au fil du temps ;
  • pour une protection optimale le vaccin nécessite plusieurs rappels.

Pour ces raisons, la bactérie qui cause cette affection continue de circuler, et la disparition complète de la maladie n’est pas envisageable actuellement. Néanmoins, son contrôle est rendu possible par la vaccination et le traitement préventif des patients et de leur entourage. Le nombre de cas a très fortement baissé depuis l'introduction du vaccin.

Un nombre de cas en baisse grâce au vaccin

Le nombre de cas de coqueluche a très fortement baissé depuis l'introduction du vaccin. Cependant la bactérie continue à circuler et le nombre de cas chez les moins de 17 ans a augmenté de 118 en 2007 à 472 en 2012.

En 2012, 472 cas de coqueluche ont été confirmés chez les moins de 17 ans dont 32 % chez des nourrissons âgés de moins de 3 mois.

90 % des nourrissons de moins de 6 mois contaminés l’ont été par leurs parents (63 % des cas) ou frères et sœurs (27 % des cas).

Comment se transmet la maladie ?

La contamination se fait par voie aérienne au contact d'un sujet malade (par les gouttelettes provenant du nez ou de la bouche d'une personne infectée, lorsqu’elle tousse).

La contagiosité est maximale durant la première semaine de la maladie. Elle dure trois semaines en l’absence de traitement, mais seulement cinq jours après le début d’une antibiothérapie efficace.

La coqueluche se développe par petites épidémies, surtout à l’intérieur d’une même famille ou au sein de collectivités :

  • dans les pays où les enfants ne sont pas vaccinés, ils peuvent être atteints de coqueluche et se la transmettre entre eux ;
  • dans les pays comme la France, où les enfants sont vaccinés depuis des décennies, ce sont des adultes qui contaminent des nourrissons trop jeunes pour être vaccinés. Ils peuvent aussi infecter des adolescents ou d’autres adultes, qui ne sont plus immunisés par le vaccin ni par le fait d’avoir déjà développé la maladie.
La coqueluche est transmissible de la mère au nouveau-né

Une femme enceinte atteinte de coqueluche ne transmet pas la maladie au fœtus.

En revanche, si la maladie survient en fin de grossesse, la mère peut contaminer son bébé juste après sa naissance, par voie respiratoire.

Les symptômes de la coqueluche

En cas de contamination par la bactérie de la coqueluche, la période d' , sans aucun symptôme, peut aller de sept jours à trois semaines. Généralement, elle est d’environ dix jours.

Ensuite se déclenche un écoulement nasal qui dure une à deux semaines, avec éventuellement une fièvre très faible.

Puis apparaît une toux, d’abord modérée. Celle-ci évolue rapidement vers des quintes accompagnées de signes caractéristiques :

  • les accès de toux sont soudains, violents et répétés. Ils provoquent des spasmes (secousses) lors de l’expiration et empêchent l’inspiration. La respiration devient donc globalement difficile ;
  • le visage devient bouffi, rouge ou bleuté ;
  • la toux peut causer un éclatement des petits vaisseaux situés autour des yeux. Ils forment alors comme de petites étoiles rouges, appelées "pétéchies" ;
  • des vomissements surviennent souvent, surtout après les quintes.

En fin de quinte, la respiration reprend par une grande et longue inspiration, accompagnée de l’émission d’un son aigu (appelé "chant du coq"). Le malade émet avec difficulté un crachat clair et épais.

Les quintes sont plus fréquentes la nuit, surtout chez l’adolescent et l’adulte. Chez les femmes enceintes, elles provoquent parfois des contractions utérines. Pour tous les malades, elles peuvent aussi s’aggraver au bout de sept jours, et se prolonger entre quatre et six semaines.

La toux ne s’accompagne pas de fièvre ni d’autres signes respiratoires. Entre chaque quinte, le malade n’a aucun symptôme.

La toux régresse lentement pendant la phase de convalescence, qui peut durer une à plusieurs semaines.

Chez l’adulte, les quintes liées à la coqueluche ne présentent pas toujours les signes caractéristiques de la maladie. Cette affection peut en effet provoquer une toux sans cause évidente, mais qui persiste et s’aggrave au-delà d’une semaine.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Sources
  • Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS). Bordetella pertussis, agent de la coqueluche. Site internet : INRS. Paris ; 2011 [consulté le 31 décembre 2014]
  • Institut Pasteur. La coqueluche. Site internet : Institut Pasteur. Paris ; 2013 [consulté le 31 décembre 2013]
  • Institut national de veille sanitaire (InVS). Coqueluche. Site internet : InVS. Paris ; 2013 [consulté le 31 décembre 2014]
  • Collège national des pédiatres universitaires. Coqueluche. Site internet : Campus de pédiatrie de l'Université numérique francophone des sciences de la santé et du sport. Lille (France) ; 2014 [consulté le 31 décembre 2014]