Situations particulières et contraception

10 mars 2017
Pour faciliter l'accès à la contraception des jeunes filles mineures de plus de 15 ans, celle-ci est gratuite et protégée par le secret. Certaines situations de la vie d’une femme nécessitent une contraception adaptée.

Contraception pour les mineures à partir de 15 ans

Pour faciliter l'accès à la contraception des jeunes filles mineures d'au moins 15 ans, la contraception est désormais gratuite et protégée par le secret.

Un parcours sans avance de frais (au tarif de l'Assurance Maladie, les dépassements d’honoraires n'étant pas pris en charge) a été mis en place. Ce parcours est protégé par le secret et comporte :

  • une consultation par an avec un médecin ou une sage-femme, en vue d’une prescription de contraception ou d’examens biologiques en lien avec la contraception, ainsi qu’une consultation de suivi la première année d’accès à la contraception ;
  • une fois par an, en cas de besoin, les examens biologiques nécessaires au suivi de la contraception (glycémie à jeun, cholestérol total et triglycérides) ;
  • les actes donnant lieu à la pose, au changement ou au retrait d'un contraceptif ;
  • la délivrance des contraceptifs remboursables, en pharmacie, sur présentation d'une prescription médicale.
Qu’est-ce que le secret ?

Tout au long de votre parcours d’accès à la contraception, vous pouvez bénéficier du secret. Vous n'avez pas à obtenir le consentement de vos parents pour consulter et obtenir une contraception et le secret médical doit être gardé. Chaque professionnel de santé garde votre identité pour lui et ne la divulgue à personne.

L’Assurance Maladie ne transmet aucun relevé de remboursement concernant les actes réalisés.

Quelle contraception si vous venez d'accoucher ?

Après un accouchement, la fertilité est variable selon que vous allaitez ou non. L'allaitement a un effet contraceptif à condition d'être exclusif et tant que les cycles menstruels n'ont pas repris. Cependant, il ne peut pas être considéré comme un moyen de contraception fiable. Une contraception vous est proposée après l'accouchement.

Contraception par dispositif intra-utérin après césarienne

Après une césarienne, la pose d'un stérilet (au cuivre ou à la ) ne peut pas avoir lieu avant 12 semaines.

Si vous n’allaitez pas, il n'y a pas de reprise d' avant le 21e jour après l'accouchement. Une contraception n'est donc pas nécessaire avant ce délai.

À partir du 21e jour, il existe un retour de fertilité et une contraception est nécessaire afin d'éviter d'être à nouveau enceinte, ce qui est possible avant même votre retour de couches (c’est-à-dire le retour des règles).

Les pilules microprogestatives et l’implant contenant des progestatifs sont utilisables à partir de 21 jours après l’accouchement.

Une pilule œstroprogestative dite "combinée" peut être commencée à partir de 42 jours et ce délai peut être raccourci à 21 jours.

Quatre semaines après l’accouchement, un stérilet au cuivre ou un stérilet hormonal (au lévonorgestrel) peut être posé. Cependant, la pose d'un stérilet au cuivre sans hormone est possible dans les 48 heures suivant l'accouchement.

Si vous allaitez, la méthode "MAMA" (c’est-à-dire méthode de l’allaitement maternel et de l’aménorrhée) est une méthode naturelle. La tétée du bébé entraîne la production d’une hormone chez la mère : la prolactine. Cette hormone bloque l’ovulation.

Pour que cette méthode soit efficace trois conditions doivent être respectées :

  • l’enfant doit avoir moins de six mois ;
  • il doit être nourri exclusivement au sein, à la demande, nuit et jour (6 à 10 tétées par jour, avec pas plus de 6 heures entre 2 tétées la nuit et pas plus de 4 heures le jour);
  • vous ne devez pas avoir eu de règles depuis l’accouchement.

Attention : si le nombre de tétées diminue, la contraception n’est plus assurée.

La contraception progestative (pilule microprogestative ou implant) peut être utilisée à partir de 21 jours. La contraception œstroprogestative n'est pas recommandée dans les 6 mois qui suivent l'accouchement.

Le stérilet au cuivre ou hormonal est utilisable à partir de 4 semaines. Cependant, la pose d'un stérilet au cuivre est possible dans les 48 heures suivant l'accouchement.

Si vous pratiquez un allaitement mixte (biberons et tétées combinés), vous devez utiliser un contraceptif parmi ceux-là :

  • un dispositif intra-utérin comme le stérilet au cuivre ou hormonal, qui peut être posé quatre semaines après l'accouchement ; cependant, la pose du stérilet au cuivre est possible dans les 48 heures après l'accouchement ;
  • les pilules microprogestatives ou implant , trois semaines après l’accouchement. Les pilules œstroprogestatives sont déconseillées pendant l’allaitement.
Contraception par les préservatifs après un accouchement

Les préservatifs sont la seule méthode de contraception efficace contre les Infections Sexuellement Transmissibles, y compris le VIH.

Le préservatif masculin est la méthode de contraception à privilégier en post-partum si l’on veut se protéger des Infections Sexuellement Transmissibles (IST).

Le diaphragme, la cape cervicale, les spermicides : ils ne sont pas utilisables avant 42 jours (6 semaines) après l’accouchement ; l’efficacité contraceptive du diaphragme ou de la cape est améliorée par l’association à un spermicide.

Quelle contraception après une IVG ?

L' survient en moyenne 15 à 20 jours après l'interruption de la grossesse ; les règles, 28 à 35 jours plus tard.

  • La pilule oestroprogestative ou progestative peut être prise le jour même ou le lendemain de l'interruption de grossesse en fonction de la technique utilisée (chirurgicale, médicamenteuse…)
  • Les stérilets au cuivre peuvent être insérés immédiatement après une IVG.

Quelle contraception choisir si vous avez tendance à "oublier" votre pilule ?

Vous êtes tête en l'air ou votre style de vie vous empêche de prendre régulièrement la pilule ? Choisissez plutôt une contraception par patch contraceptif, implant, stérilet (dispositif intra-utérin) ou anneau vaginal.

Comment résoudre certains problèmes liés à l'usage de la pilule ?

Quelques recommandations liées à la prise de pilule :

  • Vous avez des nausées : prenez la pilule pendant les repas.
  • Vous avez vomi ou eu de la diarrhée quatre heures après la prise de la pilule : prenez un autre comprimé (de même couleur si votre plaquette comporte différents dosages) et continuez votre plaquette le lendemain.
  • Vous avez pris deux comprimés le même jour : continuez les autres normalement.
  • Vous avez commencé votre nouvelle plaquette avec un jour de retard : il s'agit d'un oubli de plus de 12 heures.
  • Vous avez eu des saignements : cela peut arriver, mais s'ils persistent, consultez votre médecin.
  • Vous n'avez pas eu vos règles. Cela n'est pas inquiétant si vous n'avez pas oublié la pilule : continuez de la prendre normalement. S'il s'agit d'un oubli, faites un test de grossesse.
  • Vous souhaitez changer l'heure de votre prise de pilule : changez en début de plaquette (en avançant l'heure) et n'oubliez pas que le décalage ne doit pas dépasser 12 heures pour les pilules œstroprogestatives ou trois heures pour les pilules progestatives.
  • Vous partez à l'étranger et vous allez subir un décalage horaire : continuez de prendre la pilule à l'heure française. Sinon, ne décalez pas la prise à plus de 12 heures pour une pilule œtroprogestative ou trois heures pour les pilules microprogestatives (vous pouvez avancer l'heure de la prise).
Quand faut-il avoir recours à la contraception d’urgence ?

En cas de rapport sexuel sans contraception ou lorsque le moyen de contraception utilisé risque d’être inefficace : oubli de pilule, oubli ou rupture du préservatif, n'oubliez pas la contraception d'urgence.

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Contraception chez la femme après une interruption de grossesse. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2015 [consulté le 7 mars 2016]
  • Haute Autorité de Santé (HAS). Contraception chez la femme en post-partum. Site internet : HAS. Saint-Denis La PLaine (France) ; 2015 [consulté le 7 mars 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Méthodes contraceptives : focus sur les méthodes les plus efficaces disponibles. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2015 [consulté le 7 mars 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Contraception : les fiches mémos. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2015 [consulté le 1er février 2016]
  • Décret n° 2016-865 du 29 juin 2016 relatif à la participation de l'assuré pour les frais liés à la contraception des mineures d'au moins quinze ans.