Les méthodes naturelles de contraception

10 mars 2017
Les méthodes naturelles de contraception consistent à éviter les rapports sexuels fécondants en période d’ovulation. Elles ont un taux d'échec considéré comme élevé.

Les méthodes naturelles comprennent le retrait et les méthodes d’abstinence périodique comme :

  • la méthode des températures qui nécessite la prise de la température corporelle chaque matin au lever de manière à identifier la légère élévation de température qui a lieu à partir de l’ovulation ;
  • la méthode « Billings » appuyée sur l’observation de l’aspect de la glaire cervicale qui varie en fonction des périodes du cycle ;
  • la méthode « Ogino » consistant à éviter les rapports sexuels durant la période de fertilité, pour les femmes ayant des cycles réguliers ;
  • les trousses de prédiction de l’ovulation permettant de mesurer les variations hormonales au cours du cycle.

Ce sont des méthodes moins efficaces que la pilule, les stérilets ou les préservatifs, avec un risque élevé d’échec en pratique.

Elles s’adressent à des femmes connaissant bien leur cycle, maîtrisant l’utilisation de la méthode et acceptant de s’exposer à un risque de grossesse.

Elles ne protègent pas contre les infections sexuellement transmissibles (IST).

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Méthodes contraceptives : focus sur les méthodes les plus efficaces disponibles. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2015 [consulté le 7 mars 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Contraception : les fiches mémos. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2015 [consulté le 1er février 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Rapport d’élaboration : Contraception chez l’homme et chez la femme. HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2013 [consulté le 1er février 2016]