Les contraceptifs barrières

10 mars 2017
Préservatifs masculin et féminin, diaphragme, cape cervicale et spermicides sont des moyens de contraception barrières car ils visent à empêcher le passage des spermatozoïdes vers l'intérieur de l'utérus. Seuls les préservatifs permettent de se protéger des Infections Sexuellement Transmissibles.

Le préservatif masculin et le préservatif féminin

Parmi tous les moyens de contraception, le préservatif masculin et le préservatif féminin sont les seuls moyens de protection contre les infections sexuellement transmissibles (IST).

Le préservatif est un moyen de contraception efficace à condition d'être utilisé lors de toute pénétration vaginale et quel que soit le moment du cycle.

Les préservatifs peuvent être utilisés seuls ou en association avec un autre moyen de contraception (pilule, implant, patch, DIU).

Le préservatif masculin est un moyen de contraception, de faible coût. Il est facilement accessible (en pharmacies, grandes surfaces, distributeurs, etc.)

Son principe est d'envelopper le pénis en érection pour empêcher le sperme d'entrer en contact avec les voies génitales féminines.

Les préservatifs masculins sont le plus souvent prélubrifiés avec un lubrifiant à base d'eau ou une faible quantité de spermicide.

La résistance est le critère essentiel pour choisir un préservatif parmi les nombreux modèles existants.

Pour les personnes allergiques au latex, il existe des préservatifs sans latex ; ils sont alors en polyuréthane.

Le préservatif doit être changé à chaque rapport sexuel.

La rupture du préservatif lors d’un rapport doit entraîner la prise d’une contraception d’urgence le plus tôt possible.

Il n'est pas pris en charge par l'Assurance Maladie.

Le préservatif féminin est composé d'une gaine non réutilisable en nitrile ou en polyuréthane munie d'un anneau souple à chaque extrémité.

Le préservatif est adapté à la morphologie de l’organe sexuel féminin. L’anneau fermé est placé profondément à l’intérieur du vagin et maintient le préservatif en place pendant les rapports sexuels. L'anneau ouvert recouvre les parties génitales externes (grandes lèvres). Comme le préservatif masculin, il empêche le contact du sperme avec les voies génitales féminines. Il peut être mis en place plusieurs heures (jusqu'à 8 heures) avant un rapport sexuel.

Le préservatif féminin nécessite une bonne technique de mise en place pouvant paraître contraignante.

En cas de déchirure ou de fausse route, l'utilisation d'une contraception d'urgence est nécessaire.

On peut l'obtenir sans ordonnance dans les pharmacies et gratuitement auprès du planning familial.

Il n'est pas pris en charge par l'Assurance Maladie.

Le diaphragme, la cape cervicale et les spermicides

Moyens de contraception d'efficacité moindre que la pilule ou le stérilet, ils sont indiqués en cas de vie sexuelle épisodique, en relais d’autres moyens de contraception ou en cas de contre-indication à la pilule ou aux DIU.

Le diaphragme est une coupelle réutilisable en latex ou en silicone, à placer dans le vagin au moins 20 minutes avant le rapport sexuel. Il est délivré en pharmacie sur prescription d’un médecin ou d’une sage-femme, il peut également être obtenu auprès du planning familial. Il est pris en charge en partie par l’Assurance Maladie.

La cape cervicale est un dôme très fin en latex ou en silicone, réutilisable, à placer au niveau du col de l'utérus avant le rapport sexuel. Prescrite par un médecin ou une sage-femme, elle n’est pas prise en charge par l'Assurance Maladie.

Les spermicides ont diverses présentations : gel, ou éponge qui se placent dans le vagin avant le rapport sexuel. Lorsqu'ils sont utilisés avec un diaphragme ou une cape cervicale, ils en améliorent l'efficacité contraceptive. Ces spermicides délivrés sans ordonnance dans les pharmacies ne sont pas pris en charge par l'Assurance Maladie.

Ces trois moyens de contraception ne protègent pas des infections sexuellement transmissibles (IST).

Il existe des risques de déchirure et de fausse route avec le diaphragme ou la cape. Il est alors nécessaire de recourir à une contraception d'urgence.

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Méthodes contraceptives : focus sur les méthodes les plus efficaces disponibles. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2015 [consulté le 7 mars 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Contraception : les fiches mémos. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2015 [consulté le 1er février 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Rapport d’élaboration : Contraception chez l’homme et chez la femme. HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2013 [consulté le 1er février 2016]