Pilule du lendemain : quand la prendre et où se la procurer

26 avril 2017
La contraception d’urgence hormonale doit être prise au plus tard dans les 3 à 5 jours après un rapport sexuel à risque. Elle est disponible sans prescription médicale et de façon anonyme et gratuite aux mineures de 15 ans au moins.

Quand prendre la contraception d'urgence hormonale ?

Toute femme, quel que soit son âge, peut utiliser la contraception d’urgence hormonale ou "pilule du lendemain" en cas de rapport sexuel à risque de grossesse.

Deux types de médicaments sont disponibles :

  • ceux contenant du levonorgestrel ;
  • un médicament contenant de l'ulipristal.

La contraception d’urgence hormonale doit être prise le plus tôt possible après le rapport sexuel sans contraception ou mal protégé :

  • si possible dans les douze heures après le rapport ;
  • au plus tard, dans les trois jours pour les médicaments contenant du levonorgestrel ;
  • au plus tard, dans les cinq jours pour le médicament contenant de l'ulipristal.

Au-delà de ce délai, l’efficacité de la "pilule du lendemain" diminue fortement.

En cas de vomissements dans les trois heures suivant la prise du médicament, il est nécessaire de reprendre un comprimé.

Où se procurer la "pilule du lendemain" ?

La contraception d’urgence hormonale est disponible :

  • en pharmacie : le coût de la contraception d'urgence par levonorgestrel est compris entre 3 et 7 €. Celui de la contraception d'urgence par ulipristal est de moins de 20 €. Ces médicaments peuvent être remboursés à 65 % par l’Assurance Maladie sur prescription médicale ;
  • dans les centres de planification ou d’éducation familiale (CPEF), sans prescription médicale et de façon anonyme, pour les mineures et les majeures sans couverture sociale.

Quelques particularités si vous êtes mineure

Vous pouvez obtenir la "pilule du lendemain" sans prescription médicale, gratuitement et de manière anonyme :

  • dans une pharmacie. N’hésitez pas à poser vos questions à votre pharmacien, qui est là pour vous conseiller ;
  • dans un centre de planification ou d’éducation familiale. Renseignez-vous auprès de votre mairie ou sur le site www.planning-familial.org, il en existe dans tous les départements.

Les centres de planification ou d'éducation familiale fournissent aussi des tests de grossesse gratuits aux jeunes filles mineures et les femmes non assurées sociales.

Dans les établissements scolaires et universitaires

Vous pouvez obtenir la "pilule du lendemain" sans prescription médicale, gratuitement et de manière anonyme :

  • auprès de l’infirmière scolaire de votre établissement, si vous êtes collégienne ou lycéenne ;
  • dans un service universitaire ou interuniversitaire de médecine préventive et de prévention de la santé si vous êtes étudiante.
Délivrance de la pilule du lendemain par les infirmiers scolaires

Depuis mai 2016, les modalités de délivrance de la contraception hormonale d'urgence par les infirmiers scolaires dans les collèges et lycées ont été simplifiées afin de réduire les délais d'accès à la "pilule du lendemain". Ces modalités concernent les élèves mineures et majeures.

Comment savoir si la contraception d'urgence hormonale a été efficace ?

Même prise correctement, la contraception d’urgence hormonale n’est pas efficace à 100 %.

Pour savoir si la contraception d’urgence a été efficace, surveillez l’apparition des prochaines règles. Cependant, avec la contraception d’urgence, la date des règles peut être avancée ou retardée de quelques jours.

Il est nécessaire de vous assurer que vous n’êtes pas enceinte en pratiquant un test de grossesse soit par test urinaire, disponible en pharmacie, soit par une prise de sang, prescrite par votre généraliste, votre gynécologue ou votre sage-femme dans les cas suivants :

  • vos règles ont un retard de plus de cinq jours ;
  • vos règles arrivent à la date prévue, mais elles vous paraissent anormales (peu abondantes, d’une durée prolongée...) ou si elles sont accompagnées de douleurs inhabituelles.

Si vous avez pris une contraception d’urgence au levonorgestrel et que vous constatez que vous êtes enceinte, il n'y a pas de risque de malformation du fœtus. Concernant l'ulipristal acétate, les données scientifiques sont trop limitées pour pouvoir se prononcer sur le risque de malformation du fœtus.

N’hésitez pas à en parler à votre médecin, à votre sage-femme ou à votre infirmière scolaire.

Association anonyme et gratuite

Vous avez des questions relatives à votre santé ? Le Fil santé jeunes répond à vos interrogations au 0 800 235 236. Ce service est anonyme et gratuit, tous les jours de 9 h à 23 h.

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Contraception : les fiches mémos. Contraception d'urgence. Site internet : HAS ; 2015 [consulté le 7 juin 2016]
  • Code de la santé publique : articles D5134-1 à D5134-10 Contraceptifs
  • Décret n°2016-683 du 26 mai 2016 relatif à la délivrance de la contraception d’urgence par les infirmiers scolaires