Consulter avant d’avoir un enfant : la consultation préconceptionnelle

01 octobre 2021
Une consultation médicale est vivement conseillée lorsque vous avez le projet de faire un enfant. L’objectif de cet entretien avec un professionnel de santé ? Démarrer et vivre votre grossesse dans les meilleures conditions. Elle débute par un tour d’horizon général de votre état de santé.

Qui peut mener la consultation préconceptionnelle ?

Vous avez un projet d’enfant. Alors adressez-vous à un professionnel de santé qui fera avec vous le point.

Il peut s’agir :

  • d’un médecin : médecin traitant, gynécologue médical ou gynécologue-obstétricien,
  • d’une sage-femme.

Ce professionnel de santé n’est pas obligatoirement celui qui vous suivra pendant votre grossesse.

Que se passe-t-il pendant la consultation préconceptionnelle ?

Un échange en toute confiance

La consultation est un moment privilégié d'échanges. Venez à ce rendez-vous avec tous les documents médicaux que vous possédez (carnet de santé et de vaccinations, résultats de prises de sang, échographie, comptes rendus d’interventions chirurgicales, résultats de frottis du col de l’utérus…) et surtout avec toutes les questions que vous vous posez.

N’hésitez pas à aborder toutes vos difficultés et appréhensions liées à cette grossesse et la maternité. Votre médecin ou votre sage-femme est là pour vous répondre et vous informer.

La santé de la famille

Le médecin ou la sage-femme s’intéresse à votre famille et à celle de votre conjoint.

  • Existe-t-il des maladies dans vos familles :
    • maladies génétiques comme la mucoviscidose, hémophilie (maladie empêchant la coagulation du sang en cas de traumatisme)... ;
    • anomalies chromosomiques connues : par exemple ;
    • malformations : malformations cardiaques par exemple ?
  • Existe-t-il des maladies chroniques chez vos parents, frères et sœurs : hypertension artérielle (HTA), diabète, anomalies de la coagulation du sang responsables de phlébites... ?
  • Si vous êtes originaires des Antilles, d’Afrique ou d’Asie, y a-t-il dans votre famille de maladies particulières comme la drépanocytose ou la thalassémie ?

La santé du couple

  • Avez-vous actuellement un moyen de contraception et l’avez-vous déjà arrêté ?
  • Avez-vous des inquiétudes concernant la fécondité de votre couple ?

La santé de la jeune femme

Désir d’enfant et fertilité

La fertilité est la capacité biologique d’une femme, d’un homme ou d’un couple à concevoir un enfant.

Par ses questions, votre médecin recherche des facteurs en cause dans une éventuelle baisse de fertilité : âge de la mère et du père, consommation de tabac, de drogues, mode de vie, problèmes de santé…

Pour en savoir plus, consulter l’article : Baisse de la fécondité et de la fertilité : pourquoi ?

Les conditions de vie

  • Votre projet de grossesse est-il partagé par votre couple ? Vous crée-t-il des angoisses ? Souhaitez-vous être aidés dans votre projet d’avoir un enfant ?
  • Avez-vous des difficultés matérielles ou relationnelles ?
  • Votre travail est-il pénible ? Êtes-vous exposée à des produits tératogènes (une substance tératogène est susceptible de provoquer des malformations chez les enfants exposés in utero) ? Quelle est la distance entre le domicile et le travail ?
N’hésitez pas à exprimer toutes vos difficultés matérielles et relationnelles

Si vous êtes isolée, si vous avez des difficultés matérielles, si vous vous sentez maltraitée par votre partenaire, parlez-en à votre médecin ou sage-femme.
Ces situations ne sont pas favorables à une grossesse en toute sérénité.
De l’aide peut vous être apportée.

De nombreuses informations sur la maltraitance sont disponibles sur www.stop-violences-femmes.gouv.fr. Il est facile d’effacer les traces de notre visite sur ce site. Il ne faut pas hésiter à le faire.

 

Votre examen par le médecin ou la sage femme

Il comporte :

Calculer votre IMC - Indice de masse corporelle

cm
kg

Votre IMC : -
Corpulence normale (18.5 < IMC < 25)
Poids compris entre

Votre bilan avant de débuter une grossesse

Avant d’envisager une grossesse, un bilan de santé permet de prévenir de nombreuses complications. Il permet de :

  • déterminer votre groupe sanguin (A,B,O Rhésus et Kell) afin de prévenir les risques de l’incompatibilité rhésus (lire l’encadré « Incompatibilité rhésus : qu’est-ce que c’est ? ») Si vous êtes de rhésus négatif, un groupe sanguin du futur père est demandé ;
  • d’évaluer le fonctionnement des organes et rechercher des anomalies de la glycémie, du bilan lipidique ;
  • de savoir si vous êtes immunisée contre certaines maladies infectieuses (rubéole, hépatite B, toxoplasmose) ;
  • de vérifier que vous n'êtes pas porteuse de certaines maladies infectieuses : hépatite C, VIH, syphilis.
Incompatibilité rhésus : qu’est-ce que c’est ?

La mère est de groupe sanguin rhésus positif lorsqu'elle possède sur ses globules rouges l' Rh et de groupe sanguin rhésus négatif lorsqu'elle ne le possède pas.

Seules les femmes dont le groupe sanguin est rhésus négatif (A -, B -, AB -, O -) sont concernées par le problème d'incompatibilité, si l’enfant qu’elles portent est de rhésus positif (cela suppose que le père soit rhésus positif).

Comment s’explique l'incompatibilité rhésus?

Lors d’une première grossesse, le sang du bébé et celui de sa mère sont parfaitement séparés par le : il n’y a aucun risque pour le bébé.

Durant l'accouchement, lors d'une IVG, d'une IMG ou encore après une grossesse extra-utérine ou d'une fausse couche, des globules rouges du fœtus passent dans la circulation sanguine maternelle. Les globules blancs de la mère (rhésus négatif) identifient les globules rouges du bébé (rhésus positif) comme des cellules étrangères et fabriquent des anticorps dits " " contre ce facteur ou rhésus.

Lors d’une grossesse suivante, si le fœtus est de rhésus positif, les anticorps dont la mère est porteuse depuis le premier accouchement traversent le , passent dans la circulation sanguine du fœtus et détruisent ses globules rouges entraînant une anémie hémolytique. Les conséquences sont graves pour le fœtus ; c’est pourquoi, chez les mères de rhésus négatif, la recherche d’agglutinines irrégulières par une prise de sang est réalisée régulièrement, durant toute la grossesse.

Comment limiter les risques ?

Si vous êtes rhésus négatif :

  • vous devez recevoir une injection de sérum anti-rhésus après chaque accouchement : ce sérum neutralisera les quelques globules rouges rhésus positif qui peuvent être présents dans votre sang, pour éviter la formation d’agglutinines irrégulières et protéger vos futurs bébés ;
  • si la grossesse se termine par une fausse couche ou par une interruption de grossesse (IVG, IMG, grossesse extra-utérine), une injection de sérum anti-rhésus doit également être pratiquée.

  • Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français. Examen prénuptial ECN 2018. 3ème édition Elsevier Masson
  • Haute Autorité de santé. Consultation préconceptionnelle. Site internet : HAS Saint-Denis La Plaine (France) ; 2019 [consulté le 30 septemre 2021]
  • Santé publique France. Perturbateurs endocriniens. Site internet : Santé publique France. Saint Maurice (France) ; 2019 [consulté le 30 septemre 2021]
  • Centre de référence sur les agents tératogènes Hôpital Trousseau. Site internet : CRAT. Paris ; 2018 [consulté le 30 septemre 2021]