Constipation de l'adulte : que faire et quand consulter ?

13 novembre 2019
En cas de constipation, il est important de savoir évaluer le degré de gravité et adopter les bons gestes en fonction de son état.

Comment réagir en cas de constipation ?

icone_schema_line
  • Je souffre de constipation depuis quelques jours sans autres symptômes, et je suis dans un contexte particulier favorisant la constipation : voyage, changement d’habitudes alimentaires.
  • J’ai un nouvel épisode de constipation semblable à un précédent, j’ai déjà eu un bilan et mon médecin m’a expliqué la cause et les mesures à prendre.

J’applique les conseils pratiques, je prends si besoin des médicaments en automédication et je surveille mon état.

En cas de doute, je contacte mon médecin traitant.

icone_schema_line
  • J’ai plus de 50 ans et la constipation est d’apparition récente et d’emblée importante.
  • J’ai du sang dans mes selles (rectorragie).
  • Je suis suivi pour une maladie chronique du côlon (maladie de Crohn, rectocolite hémorragique).
  • J’ai une maladie chronique autre : maladie rénale chronique, diabète, Parkinson, etc.
  • Je suis constipée pendant ma grossesse ou lors de l'allaitement.
  • J'ai d’autres symptômes qui accompagnent la constipation : douleurs abdominales qui ne passent pas, présence de glaires dans les selles, épisodes de diarrhée alternant avec la constipation ou impossibilité de retenir ses selles.
  • Je n’ai jamais eu de problème de constipation et une constipation est apparue sans raison apparente et elle ne cède pas spontanément.
  • Je perds du poids.
  • Je prends des médicaments qui favorisent la constipation.
  • Malgré toutes les mesures hygiéno-diététiques que j’ai prises, la constipation ne passe pas.

Je consulte mon médecin traitant dans les jours qui viennent.

icone_schema_line
  • Je suis constipée, j’ai de la fièvre et de fortes douleurs dans le ventre.

Je consulte mon médecin traitant dans la journée.

icone_schema_line
  • Je vomis, j'ai des douleurs abdominales et je ne parviens plus à émettre des gaz.

Je contacte sans tarder le service d'aide médicale d'urgence : 15 ou 112.

Trouver une solution au problème de constipation

La constipation occasionnelle, bien que désagréable, n'est pas dangereuse pour la santé. Des mesures simples au quotidien peuvent permettre d'améliorer le transit et d'éviter le passage à la chronicité.

Quelques conseils simples d'hygiène de vie peuvent améliorer le transit intestinal et l'expulsion des selles.

Constipation : changer ses habitudes aux toilettes

Si vous êtes constipé(e), commencez par changer vos habitudes aux toilettes.

  • Allez-y à heure fixe (une demi-heure à une heure après le repas). Après chaque repas, le côlon est animé d’ondes de contractions qui peuvent se traduire par un besoin d’aller aux toilettes. C'est le réflexe gastro-intestinal. Votre organisme s'habituera peu à peu à un horaire régulier.
  • Allez-y dès que vous en avez envie, sans laisser passer le besoin.
  • Prenez votre temps aux toilettes sans pour autant faire trop d'effort pour "pousser".
  • L’utilisation d’un marchepied ou les toilettes "à la turque" favorisent la progression des selles dans le canal anal.

Modifier son alimentation pour ne pas être constipé(e)

Une alimentation équilibrée est un facteur qui peut vous libérer de la constipation.

  • Consommez des aliments riches en fibres alimentaires pour augmenter la fréquence des selles et améliorer leur consistance. Les fibres ont un effet sur le transit par leur capacité à augmenter l’arrivée d’eau dans le côlon, par un effet stimulant direct sur l’intestin, et/ou par leur fermentation par les bactéries. Cette fermentation peut être à l’origine d’une sensation de ballonnement, de distension abdominale et de gaz.
    • Privilégiez les légumes verts et les fruits frais.
    • Consommez, de façon progressive, du pain ou des biscuits au son ou aux céréales complètes ainsi que de légumineuses.
    • Augmentez progressivement sur deux semaines la quantité de fibres pour ne pas entraîner de douleurs ou un ballonnement et atteindre une consommation de 15 à 40 grammes par jour (25 grammes par jour sont en général suffisants).
  • Évitez les aliments trop gras et trop sucrés.
  • Buvez de l'eau régulièrement et en quantité suffisante pour être bien hydraté(e) (au moins 1,5 litres par jour : eau, soupes, jus de fruits sans sucres ajoutés, etc.) Les eaux riches en magnésium sont recommandées pour leur rôle laxatif.

De multiples manières de consommer les fibres

Pour une alimentation suffisamment riche en fibres, vous pouvez adopter de nouvelles habitudes :

  • mangez cinq portions de fruits et légumes par jour au cours des repas et, lorsque vous avez une petite faim entre deux repas, un fruit ou un légume cru ;
  • consommez davantage de produits aux céréales complètes (pain, riz, pâtes etc.) et des légumes secs (haricots, pois chiches, pois cassés, lentilles...) ;
  • consommez des fruits secs (pruneaux...), des fruits oléagineux (noix, noisettes, amandes, pistaches, cacahuètes...) ;
  • pour cuisiner, remplacez la farine blanche par de la farine complète ;
  • essayez des céréales que vous ne connaissez pas (orge, seigle, avoine, quinoa, etc.)

Pour éviter les ballonnements, il est préférable d'augmenter progressivement votre consommation d'aliments riches en fibres.

De nombreux aliments en contiennent dans des proportions intéressantes :

Fibres alimentaires dans les légumes crus
Aliment (portion de 100 g) Valeur en fibres alimentaire
Artichaut 5 g
Carotte 3 g
Poireau 4 g
Chou 4 g
Épinard 6,5 g
Soja 25 g
Mâche 5 g
Persil 9 g
Petits pois 12 g

 

Fibres alimentaires dans les légumes secs non cuits
Aliment (portion de 100 g) Valeur en fibres alimentaire
Haricot sec 25 g
Lentilles 12 g
Pois cassés 23 g
Pois chiche 23 g
Flageolet 25 g

 

 

Fibres alimentaires dans les fruits secs oléagineux
Aliment (portion de 100 g) Valeur en fibres alimentaire
Amande 14 g
Cacahuète 8 g
Datte 9 g
Figue sèche 18 g
Noix de cajou 3,5 g
Noix de coco 24 g
Pruneau 17 g
Raisin sec 7 g

 

 

Fibres alimentaires dans les fruits frais
Aliment (portion de 100 g) Valeur en fibres alimentaire
Figue fraîche 5 g
Fraise 2 g
Framboise 7,5 g
Groseille 7 g
Pêche 2 g
Poire avec peau 3 g
Pomme + peau 3 g

 

 

Fibres alimentaires dans les produits céréaliers
Aliment (portion de 100 g) Valeur en fibres alimentaire
Farine complète 9 g
Pain complet 8,5 g
Pain blanc 1 g
Pain intégral 9 g
Riz blanc 1,5 g
Riz complet 4,5 g
Son de blé 40 g

 

Source : Recommandations pour la pratique clinique dans la prise en charge et le traitement de la constipation chronique de l'adulte. Société nationale française de gastro-entérologie (SNFGE) (2007)

Pour connaître la table de composition nutritionnelle des aliments, consultez la table de composition nutritionnelle des aliments sur le site ciqual.anses.fr.

Bouger : un atout indispensable pour lutter contre la constipation

Pratiquez une activité physique tous les jours. Être actif est aussi important qu’une alimentation équilibrée. Cela permet de rester en forme et de lutter contre la constipation. En effet, l'activité physique quotidienne stimule l'appétit et les côlons "paresseux".

Pour cela, il est important de :

  • pratiquer régulièrement une activité physique de différents types et dans toutes les situations du quotidien : se déplacer, prendre les escaliers, bricoler... L’activité physique doit être régulière pour avoir un effet positif sur la santé. C’est pourquoi il est recommandé de faire de l’exercice au moins cinq jours sur sept, et tous les jours dans l’idéal. L’exercice physique ne se limite pas au sport. Ainsi, il peut prendre des formes multiples, incluant :
    • la marche qui est l'activité physique de base, praticable par un grand nombre de personnes, à tout âge et partout,
    • les activités professionnelles et domestiques (jardinage, bricolage...),
    • et certains loisirs (danse, tennis de table... )
  • diminuer ses comportements sédentaires car c'est la concomitance de l'augmentation de l'activité physique et de la réduction des temps de sédentarité qui produit les effets les plus bénéfiques sur la santé.

Quels médicaments en cas de constipation ?

Si les règles d'hygiène et de diététique ne suffisent pas, il est possible de recourir, en complément, à des médicaments laxatifs disponibles sans ordonnance.

Il existe différents types de laxatifs avec des propriétés différentes. Par ailleurs, certains laxatifs possèdent des contre-indications et des recommandations particulières. Demandez conseil à votre pharmacien pour définir le type de laxatif le plus adapté à votre situation.

On distingue principalement en fonction de leur moyen d'action :

  • les laxatifs osmotiques qui ramollissent les selles en attirant de l'eau dans l'intestin ;
  • les laxatifs de lest qui augmentent de volume en présence d'eau et modifient la consistance des selles ; ils nécessitent de boire beaucoup pour être actifs ;
  • les laxatifs lubrifiants qui facilitent l'émission des selles en facilitant le glissement et en ramollissant le contenu de l'intestin. Ne les utilisez pas si vous avez des troubles de la déglution (notamment si vous êtes âgé) car ils sont souvent la cause de fausses routes avec inhalation du produit.

Attention, la prise régulière de certains laxatifs peut créer une accoutumance de l'intestin et augmenter le risque de constipation (même pour les médicaments à base de plantes).

Des règles à respecter en cas d'automédication

Si vous entreprenez un traitement médicamenteux sans prescription médicale, appliquez les conseils suivants :

  • n'utilisez pas un médicament si vous présentez l'une des contre-indications précisées dans la notice ;
  • ne dépassez pas la dose maximale quotidienne autorisée. De plus, suivez bien la posologie (quantité et fréquence de prise recommandées par la notice) et l'intervalle minimum à respecter entre deux prises. En effet, un surdosage pourrait avoir des effets néfastes sur votre santé (toxicité) et entraîner une accoutumance au produit ;
  • pour les mêmes raisons, sauf avis médical contraire, évitez d'associer ou d'alterner des laxatifs de compositions différentes ;
  • n’utilisez pas de laxatif de façon prolongée sans l’avis de votre médecin.

  • Société nationale française de colo-proctologie. Prise en charge de la constipation. Recommandations pour la pratique clinique 2016. Site internet : SNFCP. Paris ; 2017 [consulté le 12 juin 2019]
  • Société nationale française de gastro-entérologie (SNFGE). Constipation de l'adulte. Site internet : SNFGE. Paris ; 2012 [consulté le 12 juin 2019]
  • Worldgastroenterology organisation (WGO). Constipation : une approche globale. Site internet : WGO. Milwaukee (USA) ; 2010 [consulté le 12 juin 2019]
  • National Health service (NHS). Constipation. Site internet : NHS. Londres ; 2017 [consulté le 12 juin 2019]
  • Société nationale française de gastro-entérologie (SNFGE). Diététique sur la constipation. Site internet : SNFGE. Paris ; 2017 [consulté le 12 juin 2019]
  • Société nationale française de gastro-entérologie (SNFGE). Conseil de pratique constipation. Site internet : SNFGE. Paris ; 2018 [consulté le 12 juin 2019]