La consultation et le traitement de la conjonctivite

03 avril 2017
Après examen, votre médecin traitant ou votre ophtalmologiste peut vous prescrire différents traitements en fonction de la nature de votre conjonctivite.

La consultation médicale

Votre médecin traitant vous examine et si nécessaire vous adresse à un médecin ophtalmologiste pour un examen approfondi.

L’ophtalmologiste vous interroge sur vos antécédents d’affections oculaires et vos maladies, sur les circonstances de survenue des troubles, sur les signes associés. Il peut examiner vos yeux avec des appareils spécialisés ( , lampe à fente) et procède, si nécessaire, à des tests diagnostiques à l’aide de différents collyres. Rarement il prélève du pus qui est mis en culture pour identifier l’antibiotique le plus adapté.

Le traitement de la conjonctivite allergique

En général, la conjonctivite allergique guérit rapidement sans traitement avec l'arrêt de l'exposition à l' . Lorsque les symptômes persistent, votre médecin vous prescrit des collyres anti-allergiques. Ils sont efficaces contre le larmoiement et les démangeaisons.

Restez vigilant : certains collyres sont déconseillés en cas de glaucome (augmentation de la tension dans l'œil). Dans tous les cas, lisez et respectez les précautions d'emploi.

Le traitement de la conjonctivite virale

Dans la plupart des cas, aucun traitement n'est nécessaire pour une conjonctivite virale. En cas d'atteinte par le virus de l'herpès, le traitement consiste à appliquer un collyre ou une pommade spécifique à ce virus.

Si votre ophtalmologiste ou votre médecin traitant vous a prescrit des gouttes ou une pommade ophtalmique, appliquez-les en respectant bien les conseils d'utilisation.

La pommade ophtalmique peut brouiller votre vision durant quelques instants, mais elle reste dans l'œil plus longtemps que les gouttes.

Quelques règles de base pour bien utiliser un collyre

N’oubliez pas d’observer certains gestes lorsque vous utilisez un collyre :

  • Je retire mes lentilles de contact jusqu'à la guérison complète de la conjonctivite.
  • Je me lave les mains avant d'instiller le collyre et j'évite le contact de l'embout avec mon œil ou mes paupières. Je privilégie les présentations unidoses.
  • Je ne conserve pas le collyre après ouverture au-delà de la date figurant sur la notice.
  • Certains conservateurs peuvent entraîner des irritations locales : je lis attentivement la notice du collyre.
  • J'avertis mon médecin ou mon pharmacien si j'utilise déjà un autre collyre.
  • Il ne faut jamais utiliser de collyre à base de corticoïdes sans avis médical car cela risque d'aggraver les lésions de l'œil en cas de conjonctivite infectieuse.

Le traitement de la conjonctivite bactérienne

La conjonctivite bactérienne est traitée avant tout par un lavage oculaire au sérum physiologique et un antiseptique. Le recours à un traitement antibiotique local n'est pas systématique.

Il est réservé aux formes graves avec :

  • une photophobie ;
  • un œdème de l'œil et des paupières ;
  • des sécrétions purulentes importantes ;
  • une baisse de la vision.

Le traitement de la conjonctivite du nourrisson

Chez le nourrisson, la conjonctivite aiguë doit être systématiquement traitée par un antibiotique local. Tant que les sécrétions persistent, vous devez respecter les règles d'hygiène pour éviter la transmission de la conjonctivite : lavage des mains avant et après chaque soin, utilisation de mouchoirs jetables, changement quotidien du linge de toilette.

Parfois, les peuvent être obstruées, empêchant l'écoulement normal des sécrétions oculaires. Cela peut favoriser les infections. Cette anomalie est fréquente et disparaît souvent spontanément avant l'âge de trois mois.

Sources
  • Orssaud C. Pathologie du système lacrymal de l'enfant. Med Enfance. 2003;23(4):235 -42.
  • Senaratne T, Gilbert C. Conjonctivite. Revue de Santé Oculaire communautaire. 2006;3(1):5-7.
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Médicaments en accès direct. Site internet : ANSM. Saint-Denis (France) ; 2014 [consulté le 16 février 2015]
  • National health service (NHS). Conjunctivitis, infective. Site internet : NHS choices. Londres ; 2014 [consulté le 12 février 2015]
  • Collège des ophtalmologistes universitaires de France. Œil rouge et/ou douloureux. Site internet : Université numérique francophone des sciences, de la santé et du sport. Lille (France) ; 2013 [consulté le 16 février 2015]