Les complications du diabète au niveau des pieds

22 juillet 2020
Les personnes diabétiques ont un risque de complications au niveau des pieds. Elles peuvent être dues à une mauvaise circulation du sang dans les artères des membres inférieurs. Elles sont aussi favorisées par une diminution de la sensibilité au niveau des pieds.

Diabète : pourquoi les pieds sont-ils fragiles ?

Les complications du diabète au niveau des pieds résultent d'une atteinte des nerfs et des artères, qui survient progressivement.

La diabétique

L' chronique abîme progressivement les nerfs : c'est la neuropathie diabétique.

Lorsque les nerfs sensitifs, qui transmettent l’information provenant de petits capteurs sensibles au toucher, à la chaleur, à la douleur, sont atteints, l’information nerveuse circule mal et la sensibilité diminue. C’est le symptôme le plus fréquent de la diabétique. Elle commence au niveau des pieds et remonte progressivement sur les jambes (en chaussette).

En raison de cette diminution de la sensibilité, la douleur ne joue pas son rôle d’alerte :

  • Un problème mineur au départ risque de s’aggraver parce qu’il n’est pas pris en compte, et des petites blessures peuvent passer inaperçues et s’infecter.
  • La douleur que peut provoquer une chaleur intense n’est pas toujours ressentie, le risque de brûlures cutanées est alors plus important.

La peau des pieds a aussi tendance à se fragiliser, ce qui favorise l’apparition de plaies parfois très profondes : c'est le mal perforant plantaire.

En raison de la diminution de la sensibilité, les appuis lors de la marche sont moins bien ressentis et se modifient au fil du temps. Le poids du corps porte sur des zones du pied plus fragiles. Des déformations plus ou moins importantes peuvent apparaître au niveau des orteils et du pied.

Par exemple :

  • le gros orteil va dévier vers l’extérieur : hallux valgus (oignon du pied) ;
  • les orteils vont se recroqueviller vers le haut, en forme de petit marteau : orteils en marteau ;
  • ils peuvent aussi se déformer vers le bas : orteils en griffe.

L'atteinte des nerfs altère aussi le fonctionnement des glandes assurant la transpiration : les pieds sont secs et le siège de crevasses.

Les déformations du pied entraînent des frottements contre les chaussures si celles-ci sont inadaptées à la forme du pied.

Au niveau des zones de contact, un épaississement de la peau puis des lésions peuvent apparaître : cor, callosité, durillon (œil de perdrix).

Les durillons peuvent se fissurer et créer une porte d'entrée pour des bactéries, responsables d'un abcès ou d'une infection sous-cutanée.

Le frottement peut aussi provoquer des blessures ou des ampoules, qui en l’absence de soins s’infectent facilement.

Dans les cas les plus graves, ces complications peuvent nécessiter une hospitalisation prolongée et parfois aboutir à une amputation.

Hallux valgus

Schéma représentant un hallux valgus, ou oignon du pied, provoquant une déviation de l’axe du gros orteil et l’apparition d’une boule sur la surface du pied (cf. description détaillée ci-après)

L’hallux valgus, ou oignon du pied, est la déviation de la base du gros orteil vers l’extérieur du pied. Le premier métatarsien, l’os du gros orteil, reste dans un axe normal. L’articulation métatarso-phalangienne, qui relie le métatarsien à la phalange, est déformée, provoquant l’apparition d’une boule sur la surface intérieure du pied. La première phalange du gros orteil se trouve alors déviée de son axe normal. L’angle de déviation est nommé angle de valgus.

 

 

Orteil en marteau

 

Schéma représentant la forme d’un orteil en marteau, où l’orteil est replié au niveau de sa dernière phalange

Orteil en griffe

Schéma représentant la forme d’un orteil en griffe, où l’orteil est replié vers le haut au niveau de sa première phalange et vers le bas au niveau de sa deuxième phalange

Cor au pied

Schéma représentant un cor au pied, ressemblant à une tâche jaune sur le petit orteil

L'artériopathie diabétique

La circulation du sang dans les membres inférieurs est essentielle pour qu'ils reçoivent l’oxygène et les substances nutritives qui leur sont nécessaires.

L’ prolongée fragilise la paroi des artères des membres inférieurs, favorise le dépôt de cholestérol sur leurs parois des artères et contribue à former des plaques d’athérome. Celles-ci peuvent réduire le diamètre des artères, gêner la circulation du sang et parfois l’interrompre: c'est l'artériopathie des membres inférieurs.

Les jambes et les pieds ne reçoivent plus assez de sang, ce qui peut entraîner des douleurs, mais aussi des plaies comme les ulcères, qui sont longs à guérir.

Plaque d’athérome dans les artères des membres inférieurs

Schéma représentant la circulation du sang dans une artère rétrécie, disposant de plaques d’athérome (cf. description détaillée ci-après)

Dans une artère normale, les parois sont propres, sans obstacle. La circulation du sang est normale.

Des dépôts de graisse, appelés plaques d’athérome, peuvent se former sur la surface interne de la paroi d’une artère. Ces plaques sont de taille variable : de quelques millimètres à plusieurs centimètres de diamètre. L’intérieur de l’artère est alors rétrécie, rendant plus difficile la circulation du sang.

Diabète : détecter les complications au niveau des pieds

Examiner ses pieds chaque jour quand on est diabétique

En raison d’une diminution de la sensibilité à la douleur dans le diabète, les symptômes dus aux complications au niveau des pieds peuvent être masqués. Il est conseillé d’examiner chaque jour ses pieds.

Comme il est difficile d’examiner le dessous de ses pieds, il est possible d’utiliser un miroir, ou de se faire aider par un proche.

Chaque jour, il est capital de prendre soins de ses pieds : toilette, chaussage adapté...

Faire examiner ses pieds par son médecin traitant

Il est aussi important de faire examiner ses pieds au moins 1 fois par an par son médecin et de consulter son médecin en cas de problème au niveau des pieds pour détecter rapidement ces complications silencieuses.

L’examen annuel par votre médecin permet de :

  • Vérifier la sensibilité des pieds et des jambes. Votre médecin vérifie votre capacité à sentir le contact, la pression, les vibrations, les variations de température, etc. Il utilise pour cela un diapason pour tester la sensibilité aux vibrations et un monofilament (filament en plastique) pour tester la sensibilité au contact ou à la pression.
  • Contrôler les réflexes aux membres inférieurs et la force musculaire.
  • Évaluer la circulation du sang dans les jambes. Votre médecin vérifie que les pouls sont bien perçus. Il peut éventuellement calculer la différence de tension artérielle entre la cheville et le bras (aussi appelée index de pression systolique ou IPS), pour détecter la présence d’une atteinte des artères.
  • Rechercher la présence d'anomalies ou de blessures aux pieds. Votre médecin regarde comment le pied se positionne à la marche. Il recherche d’éventuelles déformations des pieds, des lésions, des signes d’infection, des anomalies au niveau des ongles ou des modifications de la peau. Il vérifie aussi que vos chaussures vous conviennent.

À l’issue de la consultation, le médecin évalue le risque de lésion de vos pieds. Ce risque se traduit par un grade :

  • Grade 0 : la sensibilité n’est pas affectée.
  • Grade 1 : la sensibilité est affectée mais n’est pas associée à d’autres complications.
  • Grade 2 : la sensibilité est affectée et associée à une artériopathie des membres inférieurs et / ou une déformation du pied.
  • Grade 3 : si antécédent de complications sévères (ulcère - ou plaie - au pied et / ou amputation des membres inférieurs).

  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide - Affection de longue durée - Diabète de type 1 de l’adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 22 juillet 2020]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Actes et prestations - Affection de longue durée - Diabète de type 1 et diabète de type 2. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 22 juillet 2020]
  • Collège des enseignants d'endocrinlogie, diabète et maladies métaboliques. Diabète sucré de types 1 et 2 de l'enfant et de l'adulte. ECN 2019. Editions Elsevier Masson.
  • Haute Autorité de santé (HAS). Recommandations professionnelles - Prise en charge diagnostique des neuropathies périphériques (polyneuropathies et mononeuropathies multiples). Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 22 juillet 2020]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Recommandations pour la pratique clinique - Prise en charge de l’artériopathie chronique oblitérante athéroscléreuse des membres inférieurs (indications médicamenteuses, de revascularisation et de rééducation) - Recommandations. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2006 [consulté le 22 juillet 2020]