Complications du diabète : les fondamentaux

04 avril 2017
Les personnes diabétiques ont un risque élevé de présenter des complications. Les plus fréquentes concernent le cœur et les artères, les yeux, les reins, les nerfs et les pieds. Elles surviennent généralement après plusieurs années d’évolution de la maladie.

L’excès de sucre entraine des complications

Le diabète est une maladie dans laquelle le sucre (glucose) apporté par les aliments reste dans le sang au lieu de pénétrer dans les cellules pour y être transformé en énergie ou stocké. Ceci entraîne un excès de sucre dans le sang ( ) qui peut, à long terme, entraîner des complications au niveau de divers organes.

Ces complications peuvent évoluer silencieusement et passer inaperçues au début. Même si l’on ne ressent rien, il est nécessaire d’effectuer un suivi médical régulier afin de dépister l’apparition de complications et de limiter leur aggravation, grâce à une prise en charge adaptée.

Ces complications sont principalement dues à une atteinte de la paroi des vaisseaux sanguins qui apportent le sang vers les organes. Elles sont classées en 2 groupes en fonction de la taille des vaisseaux :

  • on parle de microangiopathie si ce sont des petits vaisseaux sanguins ;
  • il s’agit de macroangiopathie dans les autres cas.

La microangiopathie diabétique

La microangiopathie diabétique est l’atteinte des petits vaisseaux sanguins.

La rétinopathie diabétique est l’atteinte de la rétine, fine membrane essentielle à la vue qui recouvre la partie arrière de l’œil. Cette atteinte peut entraîner à terme une baisse de la vision.

D’autres atteintes des yeux comme la cataracte et le glaucome sont aussi plus fréquentes en cas de diabète.

La néphropathie diabétique est l’atteinte des petits vaisseaux des reins qui participent à leur bon fonctionnement.

Les reins sont des organes qui filtrent le sang. Lorsqu’ils jouent moins bien leur rôle de filtre, des substances passent dans le sang alors qu’elles ne le devraient pas. À l’inverse, d’autres substances ne sont pas correctement éliminées. Elles peuvent devenir toxiques pour l’organisme quand elles sont en quantité trop importante. Avec le temps, une insuffisance rénale chronique peut apparaître.

La neuropathie diabétique est l’atteinte des nerfs. Elle est qualifiée de périphérique ou autonome selon le type de nerfs atteints.

La périphérique peut atteindre un ou plusieurs nerfs. Elle se traduit par des douleurs sans cause apparente ou par une perte de sensibilité (au froid ou au chaud, au toucher, à la douleur).

La autonome peut perturber différentes fonctions automatiques de l’organisme. Elle se traduit, par exemple, par des problèmes digestifs, cardiovasculaires ou urinaires.

La macroangiopathie diabétique

La macroangiopathie diabétique est l’atteinte des gros vaisseaux sanguins : artères des membres inférieurs, du cœur et du cerveau.

L’hyperglycémie peut fragiliser leur paroi et favoriser la formation de plaque d’athérome. À la longue, les zones organiques mal irriguées ne reçoivent plus assez d’oxygène pour leur fonctionnement normal ; on parle d’ischémie. Et les tissus risquent d’être endommagés.

En plus de l’hyperglycémie, d’autres facteurs de risque peuvent favoriser l’apparition de ces complications :

L’artériopathie des membres inférieurs se manifeste principalement par une douleur à la marche, qui peut obliger à s’arrêter. À la longue, cette douleur survient pour des efforts de plus en plus légers. Si l’atteinte des artères évolue, le périmètre de marche (distance parcourue sans douleur) risque de se réduire.

Des plaies peuvent aussi apparaître et être longues à cicatriser.

La coronaropathie, ou maladie coronarienne se manifeste par des douleurs dans la poitrine, à l’effort physique ou au froid. Si une artère se bouche, on parle de syndrome coronarien aigu ou infarctus du myocarde.

L’accident vasculaire cérébral (AVC) est une conséquence de l’atteinte des artères cérébrales.

Il est généralement dû à un morceau de plaque d’athérome qui se détache et interrompt brutalement la circulation du sang. Les symptômes de l’AVC sont différents en fonction de la zone du cerveau endommagée. Si les symptômes régressent en moins de 24 heures, on parle d’accident ischémique transitoire (AIT).

Attention aux symptômes silencieux

En raison d’une diminution de la sensibilité à la douleur, les symptômes dus aux complications au niveau des artères peuvent être masqués. Il est donc important de consulter régulièrement votre médecin pour détecter rapidement ces complications silencieuses. Une prise en charge précoce permet de prévenir leur aggravation.

Les complications au niveau des pieds

Les complications au niveau des pieds sont liées à la fois à une atteinte des nerfs et des artères des membres inférieurs.

Une diminution ou une perte de la sensibilité est fréquente. Comme la douleur ne joue pas son rôle d’alerte, les appuis à la marche sont moins bien ressentis, le poids du corps porte sur des zones du pied plus fragiles. À la longue, des déformations peuvent apparaître.

Des petites blessures peuvent passer inaperçues. Un problème mineur au départ risque de s’aggraver parce qu’il n’est pas traité.

Les autres complications du diabète

En cas de diabète, d’autres complications peuvent survenir au niveau des dents et des gencives, de la peau, des articulations et des tendons ou retentir sur l’activité sexuelle.

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide - Affection de longue durée - Diabète de type 1 de l’adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 24 octobre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Actes et prestations - Affection de longue durée - Diabète de type 1 et diabète de type 2. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 27 octobre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l’adulte – Vivre avec un diabète de type 1. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 24 octobre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 – Vivre avec un diabète de type 2. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 24 octobre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Recommandations de bonne pratique - Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2013 [consulté le 28 octobre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Rapport d’orientation - Développement de la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses validées. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2011 [consulté le 28 octobre 2016]