Les autres complications

12 mars 2017
Les personnes diabétiques ont un risque de complications au niveau de la peau (mycoses, infections bactériennes…), des os et des articulations. Elles peuvent aussi rencontrer des problèmes sexuels.

Quelles sont les complications au niveau de la peau ?

Les personnes qui ont un diabète sont plus sensibles aux infections de la peau, dues à des mycoses (infections fongiques) ou à des bactéries (infections bactériennes).

Les mycoses sont des infections cutanées communément appelées « champignons ».

On les retrouve le plus souvent au niveau des ongles, entre les orteils, dans les replis de la peau ou sur les organes génitaux.

Une infection bactérienne peut se manifester au niveau de la peau sous différentes formes, comme par exemple :

  • un furoncle (infection due à un microbe appelé , qui apparaît à la racine d’un poil) ;
  • un érysipèle (infection due à un microbe appelé , qui apparaît soudainement sous forme de plaque).

Les plaies peuvent aussi s’infecter plus facilement en cas de diabète.

Une zone infectée devient rouge, enflée, douloureuse et chaude. Cette réaction peut aussi s’accompagner d’un gonflement des ganglions proches (sous l’aisselle par exemple) et parfois de fièvre.

Une prise en charge rapide est importante pour éviter que l’infection ne s’étende.

Le diabète peut aussi entraîner d’autres problèmes de peau, qui vont se manifester par l’apparition de taches colorées, de plaques, de boutons… Il peut également se produire des réactions au point d’injection de l’insuline.

Si l’un de ces problèmes apparaît, signalez-le rapidement à votre médecin.

Un diabète équilibré et une bonne hygiène permettent de prévenir les infections cutanées. Il est conseillé d’examiner régulièrement sa peau, notamment au moment de la toilette. Si vous observez une anomalie (rougeur ou gonflement, par exemple), consultez votre médecin.

En cas de blessure ou de coupure, surtout au niveau des pieds, commencez par laver la plaie à l’eau claire. Appliquez ensuite un désinfectant incolore et protégez avec une compresse stérile sèche maintenue par un sparadrap, avant de consulter votre médecin.

Il est important de prendre soin de votre peau et de la protéger en étant attentif à son hydratation.

Après une douche ou un bain, pensez à bien sécher les zones humides, en particulier entre les orteils, au niveau des plis ou des organes génitaux, car l’humidité favorise les mycoses.

Les complications au niveau des tendons et des articulations

Ces complications concernent les membres supérieurs (doigts, main, poignet, coude ou épaule) mais aussi les pieds. Elles peuvent se traduire par une gêne ou un blocage des mouvements, des fourmillements, une sensation d’engourdissement ou des douleurs.

L’atteinte des tendons peut se traduire par :

  • Une . C’est une inflammation douloureuse des tendons. Généralement, elle se développe lorsqu’un même geste est répété pendant longtemps ou lors d’un traumatisme.
  • Le « doigt à ressaut » est dû à un épaississement du fléchisseur. Il entraîne tout d’abord une gêne douloureuse dans la paume de la main lorsqu’on plie ou allonge un doigt. On a l’impression que le doigt s’accroche. Ensuite, les articulations s’enraidissent et il arrive parfois qu’on ne puisse plus redresser ou plier le doigt.
  • La maladie de Dupuytren touche l’enveloppe des tendons fléchisseurs de la main (épaississement de l’aponévrose). Elle empêche progressivement de tendre les doigts pour ouvrir la main.

Le syndrome du canal carpien survient quand un nerf (le nerf médian) est comprimé au niveau du poignet, dans le passage appelé canal carpien. Il se manifeste surtout la nuit par des fourmillements, engourdissements ou picotements, qui concernent un ou plusieurs doigts.

L’atteinte des articulations peut se traduite par :

  • Une capsulite rétractile. Cela concerne l’articulation de l’épaule. Celle-ci est douloureuse et s’enraidit peu à peu, empêchant l’épaule de bouger. Pour cette raison, on parle aussi d' « épaule gelée ».
  • Le syndrome de la main raide. C’est la conséquence d’une maladie de Dupuytren évoluée au niveau des articulations de la main. Il n’y a pas de douleur mais une gêne quand on veut plier les doigts (flexion) ou surtout les redresser (extension).

Le traitement de ces complications vise à atténuer la douleur éventuelle et à retrouver la mobilité. Il repose principalement sur des séances de kinésithérapie, sur la prise de médicaments antalgiques (antidouleur) ou sur des infiltrations (injections locales de médicaments). Dans certains cas, une intervention chirurgicale est nécessaire.

Le « pied de Charcot » est un pied déformé par atteinte articulaire secondaire à des complications au niveau des nerfs et des artères.

Au début, le pied devient rouge, chaud et gonflé. La sensibilité à la douleur étant diminuée, les appuis à la marche sont moins bien ressentis, le poids du corps porte sur des zones du pied plus fragiles.

À la longue, des déformations peuvent apparaître. Dès les premiers symptômes, la mise en décharge du pied (arrêt de l’appui) est importante.

Diabète et problèmes de sexualité

La sexualité peut être perturbée par le stress, les soucis, une baisse de moral ou la prise de certains médicaments. La consommation de tabac et la consommation excessive d’alcool peuvent aussi accroître ce risque.

En cas de diabète, l’excès de sucre dans le sang ( ), à long terme, fragilise les artères et les nerfs du système nerveux autonome (qui contrôle certaines fonctions liées à la sexualité). Dans certains cas, cela gêne l’arrivée du sang vers les organes génitaux. Il en résulte une sécheresse vaginale chez les femmes ou des troubles de l’érection chez les hommes.

Des solutions existent : votre médecin peut vous aider à identifier la cause de ces problèmes et si nécessaire, vous proposer des traitements adaptés.

Votre médecin peut vous aider

Bien qu’il ne soit pas toujours facile de parler des problèmes liés à la sexualité, il est important d’aborder le sujet franchement avec votre médecin. Il pourra vous donner les informations que vous désirez ou vous adresser vers un spécialiste de ces questions.

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide - Affection de longue durée - Diabète de type 1 de l’adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 28 octobre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Actes et prestations - Affection de longue durée - Diabète de type 1 et diabète de type 2. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 28 octobre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l’adulte – Vivre avec un diabète de type 1. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 28 octobre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 – Vivre avec un diabète de type 2. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 28 octobre 2016]