Les complications au niveau des artères cérébrales

12 mars 2017
Les personnes diabétiques ont un risque de complications au niveau des artères du cerveau. Elles peuvent être dues à une mauvaise circulation du sang du fait de la présence de plaques d’athérome, dépôt principalement formé de cholestérol, dans les artères cérébrales.

Quel est le rôle des artères cérébrales ?

Le cerveau est un organe qui a besoin de l’oxygène et des substances nutritives présents dans le sang. Ce sont les artères cérébrales qui apportent le sang aux différentes parties du cerveau.

Lorsque la circulation du sang est ralentie ou interrompue dans une de ces artères, la partie du cerveau alimentée par cette artère ne reçoit plus assez de sang et le cerveau peut être endommagé.

Les artères cervico-céphaliques

Schéma : artères cervico-céphaliques (150px)

Le diabète et l’atteinte des artères cérébrales

Lorsque l’on a un diabète, l’hyperglycémie prolongée peut fragiliser la paroi des artères. Cela favorise la formation de plaque d’athérome qui se dépose sur la paroi des artères.

Cette plaque, constituée principalement de cholestérol, endommage la paroi (on parle d’athérosclérose), réduit le diamètre des artères et gêne la circulation du sang vers le cerveau.

À la longue, les parties cérébrales qui sont mal irriguées ne reçoivent plus assez d’oxygène pour fonctionner normalement (on parle d’ischémie), et les tissus risquent d’être endommagés. L’atteinte des artères cérébrales est considérée comme une macroangiopathie ou « maladie des gros vaisseaux ».

Dans certains cas, un morceau de plaque d’athérome peut se détacher à partir des artères du cou et boucher une artère du cerveau. On parle d’accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique.

Plaque d’athérome dans les artères cérébrales

Schéma : artère normale et rétrécie (500 px)

Les autres facteurs de risque cardiovasculaire

D’autres facteurs favorisent aussi l’apparition de plaques d’athérome. Ils constituent ce qu’on appelle « les facteurs de risque cardiovasculaire » :

  • une pression artérielle trop élevée (hypertension artérielle) ;
  • un taux de lipides (graisses) trop important dans le sang ;
  • la consommation de tabac ;

Enfin certains facteurs aggravent le risque cardiovasculaire :

Les symptômes des complications au niveau des artères cérébrales

L’atteinte des artères qui amènent le sang au cerveau évolue le plus souvent silencieusement, sans signe d’alerte annonçant un risque d’accident vasculaire cérébral (AVC).

Le cerveau est constitué de plusieurs zones qui ont chacune une fonction précise permettant au corps de bouger, de parler, de voir… En cas d’interruption de la circulation, les symptômes liés à l’AVC sont différents selon la zone du cerveau concernée.

Les symptômes les plus évocateurs, en particulier s’ils surviennent brutalement, sont :

  • un sourire asymétrique ;
  • des difficultés pour bouger un bras, une jambe ;
  • des troubles de la parole et / ou de la compréhension.

Ces signes peuvent être associés à :

  • la diminution ou la perte de la vue d’un œil ou des deux yeux ;
  • un mal de tête sévère, soudain et inhabituel, sans cause apparente ;
  • une perte d’équilibre, des difficultés pour se déplacer, ou des chutes inexpliquées.

Si l’un de ces signes apparaît, et même s’il disparaît spontanément, vous ou vos proches devez appeler le Samu sans attendre, en composant le 15. Les secours vous dirigeront vers un service hospitalier adapté. La rapidité de la prise en charge est déterminante pour limiter les éventuelles séquelles.

Dans certains cas, les symptômes disparaissent en moins de 24 heures. On parle alors d’accident ischémique transitoire (AIT).

Même si l’AIT semble moins sévère que l’AVC du fait de la disparition des symptômes, l’urgence et la nécessité d’une prise en charge adaptée sont identiques, car les risques de récidive précoce (dans les 24 heures) sont les mêmes.

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide - Affection de longue durée - Diabète de type 1 de l’adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 28 octobre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Actes et prestations - Affection de longue durée - Diabète de type 1 et diabète de type 2. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 28 octobre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l’adulte – Vivre avec un diabète de type 1. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 28 octobre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 – Vivre avec un diabète de type 2. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 28 octobre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide - Affection de longue durée - La prise en charge de votre maladie, l’accident vasculaire cérébral - Vivre avec un accident vasculaire cérébral. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 28 octobre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Recommandations de bonne pratique - Accident vasculaire cérébral : prise en charge précoce (alerte, phase préhospitalière, phase hospitalière initiale, indications de la thrombolyse) - Argumentaire. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2009 [consulté le 28 octobre 2016]
  • HAS : Programme pilote. Ensemble, améliorons la prise en charge de l’AVC. Mars 2011