Les symptômes, le diagnostic et l’évolution de la cirrhose

15 septembre 2017
La cirrhose est souvent découverte au cours d’un examen clinique, alors qu’elle ne provoque pas de symptômes. Un bilan incluant des analyses sanguines, des examens d’imagerie et une biopsie confirme le diagnostic.

Les symptômes de la cirrhose

La cirrhose du foie est une maladie qui, pendant longtemps, n’entraîne ni symptôme ni douleur : c’est le stade de cirrhose compensée. Le diagnostic est souvent réalisé alors que le patient consulte pour un autre motif.

Parfois, des symptômes généraux tels que fatigue, crampes musculaires, perte d’appétit, perte de poids, nausées, vomissements… conduisent à un bilan et au diagnostic.

En l'absence de prise en charge médicale précoce, la cirrhose évolue vers la décompensation et des symptômes en lien avec des complications apparaissent : vomissement sanglant, présence de sang dans les selles, dilaté, ictère (jaunisse)....

La recherche d'une cirrhose fait également partie du suivi des patients présentant une stéatose hépatique non alcoolique ou une hépatite virale B ou C chronique.

    Le diagnostic de la cirrhose

    Le médecin traitant interroge son patient, recherche des facteurs de risque d'hépatite virale chronique et évalue sa consommation d’alcool, de médicaments ou de substances toxiques pour le foie...

    À l’examen, le médecin calcule son indice de masse corporelle et mesurer son tour de taille à la recherche d’un surpoids ou au contraire d’une dénutrition, présente en cas de cirrose avancée.
    Il recherche des signes cliniques évocateurs de cirrhose :

    • le foie est palpable sous les côtes, avec un bord inférieur régulier et dur, sans être douloureux ;
    • la peut être grosse, palpable elle aussi ;
    • les paumes des mains sont rouges : c’est l’érythrose palmaire ;
    • de petites étoiles rouges vasculaires sont visibles sur la peau (angiomes stellaires).

    Lorsque le médecin traitant suspecte une cirrhose, il adresse le patient à un hépato-gastro-entérologue en ville ou à l’hôpital.

    Des examens permettent de confirmer le diagnostic de cirrhose :

    • un bilan biologique sanguin analysant le fonctionnement du foie et recherchant une éventuelle hépatite C chronique ou une hépatite B chronique ;
    • une échographie abdominale avec un du foie. Ces examens permettent de préciser l’aspect du foie et de rechercher des signes d’hypertension portale ;
    • une digestive haute, pour observer d’éventuelles varices œsophagiennes ;
    • une biopsie du foie d'emblée ou parfois en deuxième intention en cas d'hépatite C chronique. Elle permet de poser le diagnostic de cirrhose et, dans certains cas, d’identifier sa cause.

    En cas de l'hépatite C chronique, un dosage sanguin avec calcul d'un Score de hépatique (Score Fibrotest ou FibromètreV ou Hepascore) ou une mesure de l’élasticité et de la du foie (élastographie impulsionnelle ultrasonore ou Fibroscan) à l’aide d’un appareil à ultra-sons peuvent être réalisés. 

    Ce bilan initial de la cirrhose sert à :

    • évaluer la sévérité de la cirrhose ;
    • identifier sa cause ;
    • rechercher d’éventuelles complications (d'autres examens comme un scanner, une IRM sont nécessaires) ;
    • diagnostiquer d’autres maladies pouvant compliquer la prise en charge ;
    • planifier le suivi au long cours.
    La cirrhose, une affection de longue durée

    Si vous souffrez d’une cirrhose, votre médecin traitant peut demander sa reconnaissance comme affection de longue durée (ALD). Les examens et les traitements en rapport avec votre cirrhose seront alors pris en charge à 100 %, sur la base des tarifs de remboursement de l’Assurance Maladie.

    L’évolution de la cirrhose du foie

    L’évolution de la cirrhose du foie vers la décompensation, stade où le foie n'est plus capable d'assurer pleinement ses fonctions, peut être retardée par :

    • un changement d’hygiène de vie ;
    • le traitement de la cause de la maladie ;
    • la prise en charge des facteurs aggravants.

    Plusieurs complications surviennent lors de la décompensation d’une cirrhose du foie :

    • Une ascite : du liquide clair s’accumule progressivement dans le ventre.
    • Un ictère : la peau et le blanc des yeux deviennent jaunes. C’est un signe d’aggravation de la maladie.
    • Des varices œsophagiennes. Elles se développent en raison de l’augmentation de la pression dans les veines en amont du foie (hypertension portale). La fréquence d’apparition de varices œsophagiennes augmente progressivement au cours de la maladie. Le risque lié à ces varices est hémorragique. Ces hémorragies digestives, dues à la rupture de varices œsophagiennes, sont d’autant plus fréquentes que la cirrhose évolue vers le stade de décompensation.
      Elles peuvent se traduire par la présence de sang dans les selles , une anémie par carence en fer ou si elles sont abondantes par des vomissements sanglants (hématémèses). Ces hémorragies nécessitent une hospitalisation en urgence.
    • Des infections bactériennes : les plus fréquentes concernent l'appareil urinaire (cystite, pyélonéphrite), les poumons (pneumonie), le liquide d’ascite.
    • Des troubles de la conscience, de la personnalité et des anomalies neurologiques en rapport avec une hépatique due, en grande partie, à l'incapacité du foie à éliminer l'ammoniac produit par les bactéries du tube digestif.
    • Une survenant lors d'une complication de la cirrhose (hémorragie, infection...).
    • Un cancer du foie : c’est une complication redoutée des cirrhoses anciennes (plus de 15 ans). Le diagnostic est le plus souvent posé lors de la transformation d’un nodule visible à l’échographie. Le scanner ou l’IRM montre que ce nodule est irrigué par de nombreux vaisseaux sanguins, et la biopsie du foie confirme la présence de cellules cancéreuses. Un suivi régulier permet de détecter précocement cette complication et de la traiter.

    © Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

    Sources
    • Collégiale des universitaires en hépato-gastro-entérologie. Cirrhose et complications. Site internet : Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2009 [consulté le 13 septembre 2017]
    • Haute Autorité de santé (HAS). Guide affection de longue durée. Cirrhoses. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2008 [consulté le 13 septembre 2017]
    • Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Cirrhose. Site internet : Inserm. Paris ; 2012 [consulté le 13 septembre 2017]
    • Haute Autorité de santé (HAS). Actes et prestations sur Cirrhoses alcooliques. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2016 [consulté le 13 septembre 2017]
    • Haute Autorité de santé (HAS). Synthèse des recommandations professionnelles. Prise en charge des complications chez les malades atteints de cirrhose. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 13 septembre 2017]