Comprendre la cervicalgie aiguë

22 août 2017
Les cervicalgies aiguës sont des douleurs vives siégeant au niveau du cou, disparaissant le plus souvent en quelques jours ou semaines. Lorsque les douleurs s’étendent et irradient vers un bras, on parle de névralgies cervico-brachiales.

Le fonctionnement du cou

Le rachis cervical comporte 7 vertèbres cervicales qui forment un véritable pont osseux très mobile entre la tête et le thorax. Les vertèbres sont séparées par des disques cartilagineux et reliées entre elles par des ligaments et des tendons. La superposition des vertèbres permet la formation du canal rachidien, qui contient la moelle épinière.

                                               Le rachis cervical

Schéma : rachis cervical

Les muscles du cou qui entourent les vertèbres jouent un rôle essentiel à la fois dans le maintien des positions et dans la réalisation des mouvements.

La région cervicale est sollicitée sans arrêt dans son rôle de maintien de la tête. Elle doit assurer une multitude de mouvements en relation avec le tronc, ne serait-ce que porter le regard vers l’objectif visuel.

La douleur peut prendre naissance au niveau des muscles, des tendons, des ligaments ou des disques vertébraux.

 

© Blausen Medical

Les symptômes de la cervicalgie aiguë

La cervicalgie aiguë est une douleur située au niveau du cou. Cette douleur gêne les mouvements de la tête et irradie vers les épaules.

D’autres symptômes sont souvent présents :

Dans un contexte traumatique (chute, coup du lapin, etc.), la cervicalgie peut être associée à d'autres troubles qui peuvent apparaître de façon décalée par rapport à l'accident : troubles visuels, auditifs (acouphènes, perte de l'acuité auditive), du sommeil , de la concentration, de la mémoire...

La névralgie cervico-brachiale est une douleur, en général vive, d'un seul côté du cou, qui irradie dans l'épaule et le bras du même côté. La névralgie est due à l'irritation d'une , le plus souvent par une osseuse (liée à l'arthrose cervicale) ou plus rarement par une hernie discale.

Elle peut survenir après une cervicalgie ou d'emblée, parfois après un accident ou un effort. La névralgie cervico-brachiale doit amener à consulter afin d'en déterminer la cause et le traitement approprié.

Les causes de cervicalgie aiguë

On distingue trois types de causes de cervicalgies aiguës.

On parle également de cervicalgies non spécifiques. Elles surviennent en dehors d'un contexte traumatique et en l'absence de maladie pouvant être à l'origine des douleurs.

Les facteurs responsables sont multiples : l'anxiété, les activités professionnelles ou sportives, les mauvaises positions, l'arthrose.

La fréquence des cervicalgies non spécifiques est estimée à 12 cas pour 1 000 habitants par an. Environ deux tiers de la population française sont concernés dans leur vie par un épisode douloureux du cou entraînant une raideur locale.

Parmi ces cervicalgies communes, on distingue :

  • les cervicalgies posturales du jeune adulte, favorisées par des attitudes prolongées en flexion, souvent liées à une posture inadaptée durant le travail ou les loisirs. Les douleurs touchent le plus souvent l'arrière du cou et irradient vers le milieu du dos et des épaules. Le cou peut toujours bouger ;
  • les cervicalgies des sujets plus âgés, habituellement situées plus bas. Les douleurs peuvent être plus ou moins prolongées. La mobilité du cou est diminuée et souvent douloureuse. Elles sont généralement liées à l'arthrose cervicale ;
  • le torticolis, épisode aigu, débute brutalement et souvent la nuit. Il peut survenir, par exemple, à la suite d'un mouvement brusque ou d'une mauvaise position prise durant le sommeil. Il se traduit par la survenue d'une contracture d'un ou de plusieurs muscles du cou (soit le muscle sterno-cléido-mastoïdien, soit le muscle trapèze). La douleur est vive, accompagnée d'une marquée et d'une attitude anormale de la tête et du cou en flexion et en rotation.

Les muscles du cou

Schéma : les muscles du cou

 

La situation la plus courante est le « coup du lapin » ou coup de fouet cervical, causé par une flexion brutale et rapide du cou, immédiatement suivi par une extension avec un étirement. Ce traumatisme peut être dû à un choc arrière dans un véhicule ou lors d'un plongeon.

Tous les autres traumatismes touchant le rachis cervical peuvent être responsables de cervicalgies aiguës.

On parle de cervicalgie symptomatique quand la douleur révèle une maladie locale ou générale. Il s'agit de cas plus rares liés à des maladies inflammatoires (spondylarthrite ankylosante...), tumorales, infectieuses, etc.

La névralgie d'Arnold

Il s'agit d'une douleur, en général d'un seul côté du cou, qui part de la partie haute du cou et irradie dans la partie inférieure et postérieure de la tête appelée occiput. Elle est souvent déclenchée par l'extension et la rotation de la tête. Des sensations de brûlure ou des décharges électriques peuvent être perçues d'un seul côté de la région occipitale. Elle est due à un conflit entre la première et la deuxième vertèbre cervicale le plus souvent d'origine arthrosique.

Sources
  • Roux C-H, Bronsard N. Cervicalgie commune et névralgies cervicobrachiales. EMC - Appareil locomoteur 2016;11(2):1-17 [Article 15-831-A-10]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Rééducation dans les cervicalgies non spécifiques sans atteinte neurologique. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2013 [consulté le 22 août 2017]