Les bons réflexes en cas de cervicalgie aiguë

22 août 2017
En cas de cervicalgies, il est important de savoir comment réagir (faut-il consulter ou non ? dans quels délais ?) et quels bons gestes adopter pour être soulagé.

Comment réagir en cas de cervicalgies aiguës ?

icone_schema_line
  • J’ai des douleurs modérées au niveau du cou depuis quelques jours, mais je n’ai pas d’autre symptôme.
  • Je parviens à poursuivre mes activités habituelles malgré la douleur.
  • J’ai un nouvel épisode douloureux semblable à un précédent, j’ai déjà eu un bilan et mon médecin m’a expliqué la cause : arthrose, mauvaise posture…

J'applique les conseils pratiques, je prends si besoin des médicaments en automédication et je surveille mon état.

En cas de doute, je contacte mon médecin traitant.

icone_schema_line
  • J’ai pris des médicaments antalgiques pendant quelques jours, mais la douleur ne s’estompe pas, voire s’aggrave.
  • J’ai un torticolis qui dure depuis plus de 8 jours.
  • J’ai des douleurs qui descendent dans un bras (névralgies cervico-brachiales).
  • J’ai des épisodes douloureux qui reviennent souvent et je n’ai jamais eu de bilan.

Je consulte mon médecin traitant dans les jours qui viennent.

icone_schema_line
  • J’ai une sensation de lourdeur ou des fourmillements dans un bras, une maladresse d’une main ou une gêne pour bouger de façon complète une main ou des doigts.
  • Le mal de cou est apparu juste après un traumatisme bénin (chute de ma hauteur).
  • J’ai des douleurs qui ne cèdent pas la nuit et me réveillent.
  • C’est mon enfant qui présente des cervicalgies.

Je consulte mon médecin traitant dans la journée.

icone_schema_line
  • J’ai des douleurs soudaines accompagnées de fièvre, maux de tête, vomissements, frissons et gêne à la lumière.
  • J’ai des douleurs violentes et j’ai des signes de malaise : sueurs, faiblesse, angoisse, vertiges, troubles de la conscience, pâleur, lèvres bleues, bourdonnements d’oreilles…
  • J’ai des douleurs violentes accompagnées de troubles de la parole, de la vue, de paralysie ou difficulté à marcher.
  • J’ai plus de 65 ans et je viens de subir un traumatisme du cou quel que soit son intensité.
  • J’ai moins de 65 ans et je viens d’être victime d’un traumatisme important : chute de plus d'un mètre, plongeon avec choc, choc à une vitesse élevée, éjection ou collision en deux-roues.

Je contacte sans tarder le service d'aide médicale d'urgence (Samu) : 15 ou 112.

Conseils pratiques en cas de cervicalgies aiguës communes

Quelques précautions sont à prendre en cas de cervicalgie.

  • Continuez vos activités en les adaptant. Veillez à vos positions et bonnes postures, en choisissant celles qui vous créent le moins de douleurs en évitant les attitudes figées trop longtemps et les mouvements brusques. Il est essentiel de maintenir une activité physique, même minime. La reprise d'une activité physique adaptée est la meilleure garantie pour une guérison rapide.
  • Vérifiez que votre literie (matelas, oreiller) s'adapte bien à votre morphologie et qu'elle est de bonne qualité. La position à plat ventre et l'utilisation d'un traversin la nuit sont déconseillées.
  • Détendez-vous. Pensez à la relaxation surtout si, dans votre cas, le stress est un facteur aggravant.

Demandez conseil à votre pharmacien.

Afin de soulager la douleur, vous pouvez utiliser l’un des deux types de médicaments suivants :

  • le paracétamol ;
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou « AINS » (ibuprofène, kétoprofène) ou l’aspirine. Chacun de ces médicaments doit être utilisé seul : ne prenez pas en même temps plusieurs AINS, ou un AINS et de l'aspirine.

Pour une meilleure efficacité, prenez un médicament le plus tôt possible, idéalement dès le début de la douleur.

Des règles à respecter en cas d’automédication par antalgiques

Si vous entreprenez un traitement médicamenteux sans prescription médicale, appliquez les conseils suivants :

  • ne dépassez pas la dose maximale quotidienne autorisée. De plus, suivez bien la posologie (quantité et fréquence de prise recommandées par la notice) et l’intervalle minimum à respecter entre deux prises. En effet, un surdosage pourrait avoir des effets néfastes sur votre santé (toxicité) et entraîner une accoutumance au produit ;
  • pour les mêmes raisons, sauf avis médical contraire, évitez d'associer ou d'alterner des médicaments de compositions différentes ;
  • vérifiez que vous ne prenez pas plusieurs médicaments contenant la même molécule : de nombreux médicaments contiennent du paracétamol, ou de l'ibuprofène ;
  • n’utilisez pas un médicament si vous présentez l’une des contre-indications précisées dans la notice ;
  • si l’antalgique n'est pas efficace rapidement et que la douleur persiste, consultez votre médecin traitant. N'oubliez pas de lui préciser le type de traitement pris (médicament, dose, fréquence).
Sources
  • Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Médicaments en accès direct. Liste par spécialités des médicaments de médication officinale en allopathie. Site internet : ANSM. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2017 [consulté le 22 août 2017]
  • Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM). Prise en charge des douleurs de l’adulte modérées à intense - Mise au point. Site internet : ANSM. Saint-Denis (France) ; 2011 [consulté le 22 août 2017]
  • Roux C-H, Bronsard N. Cervicalgie commune et névralgies cervicobrachiales. EMC - Appareil locomoteur 2016;11(2):1-17 [Article 15-831-A-10]