Le traitement du cancer des voies aérodigestives supérieures (VADS)

27 juillet 2018
Le cancer des voies aérodigestives supérieures est soigné par une équipe pluridisciplinaire. Adapté à chaque cas, le traitement peut reposer sur la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie. Il cible également d’éventuelles maladies associées.

Prise en charge du cancer des voies aérodigestives supérieures

La prise en charge d’un patient atteint d'un cancer des voies aérodigestives supérieures (VADS) est assurée par une . Celle-ci réunit le médecin traitant et plusieurs praticiens de spécialités différentes : chirurgien ORL, , ...

Ces professionnels de santé se concertent pour élaborer une proposition de traitement adaptée à chaque cas. Lors d’une consultation spécifique, les traitements choisis sont présentés au patient et l’équipe soignante tient compte de son avis. Elle l'informe :

  • des effets indésirables possibles de la chirurgie, de la radiothérapie et de la chimiothérapie ;
  • de la conduite des soins à son domicile ;
  • de son suivi médical et de la reprise éventuelle d’une activité professionnelle après le traitement ;
  • de la possibilité de participer à un essai thérapeutique (mise en œuvre d’un traitement nouveau pour tester ses effets, selon un processus très strict).

Si le patient donne son accord, le médecin lui remet un document appelé programme personnalisé de soins (PPS). La mise en œuvre du traitement peut alors commencer.

Quel que soit le programme choisi, l'arrêt du tabac et de toute consommation d'alcool est indispensable et fait partie du traitement.

Comment est fait le choix d’un traitement anti-cancéreux ?

Il n’y a pas un cancer, mais de multiples cancers aux caractéristiques différentes. C’est pourquoi, pour chaque patient, le choix du traitement est orienté par de nombreux critères :

  • d’une part, des données médicales (type de cancer, organe atteint, stade d’évolution, résultat des analyses biologiques) ;
  • d’autre part, des facteurs individuels (âge du malade, état général y compris sur le plan psychologique, statut socioprofessionnel, etc.)

Le traitement chirurgical d'un cancer des voies aérodigestives supérieures

Il consiste à enlever complètement la tumeur (exérèse) qui est ensuite analysée afin de déterminer sa nature histologique. Dans certains cas, un curage ganglionnaire est également effectué : il consiste à enlever les ganglions avoisinants et permet de savoir s'ils sont envahis par des celllues cancéreuses.

Selon la localisation de la tumeur, l’intervention peut parfois être réalisée sans inciser la peau, par voie endoscopique. On utilise alors une petite caméra fixée au bout d’un tube souple, introduite dans le corps par un orifice naturel.

Parfois, il faut enlever une partie atteinte d’un organe, voire un organe entier (ex. : , larynx).

Si l’intervention est importante, le chirurgien peut aussi :

  • ouvrir la pour y placer un petit tube (canule) qui permet la respiration (trachéostomie) ;
  • relier l’estomac à la peau par un tube fin et allongé (sonde), pour faciliter la prise d’aliments (gastrostomie).

La radiothérapie en cas de cancer des voies aérodigestives supérieures

Deux techniques d'irradiation existent :

  • Le traitement par radiothérapie externe consiste à utiliser des rayons ionisants sur la tumeur (irradiation), pour la détruire. Si le cancer est étendu aux ganglions lymphatiques, on irradie aussi ces derniers.

Avant le début des soins, le médecin localise les endroits à traiter, ce qui peut nécessiter un scanner complémentaire. Il calcule aussi la dose de rayons à délivrer (dosimétrie).

De plus, la radiothérapie pouvant avoir des effets sur la santé dentaire, il faut parfois réaliser des traitements préalables (applications de sur les dents, réalisation de gouttières fluorées, extractions de dents).

Les séances de radiothérapie elles-mêmes démarrent ensuite à raison de plusieurs par semaine, pour 5 à 7 semaines. Chacune d’entre elles dure moins de 15 minutes. L'hospitalisation n'est pas nécessaire et la personne peut retourner à son domicile après chaque séance.

  • La curiethérapie interstitielle consiste à introduire des fils radioactifs dans la tumeur cancéreuse. La dose est délivrée en une seule fois, ce qui nécessite plusieurs jours d’hospitalisation en chambre radioprotégée.

La technique de curiethérapie peut être proposée pour certaines tumeurs de petit volume et bien limitées des lèvres, de la face et de la cavité buccale.

La chimiothérapie et la thérapie ciblée des cancers des voies aérodigestives supérieures

La chimiothérapie

La chimiothérapie des cancers des voies aérodigestives supérieures fait appel à des médicaments anticancéreux qui agissent sur les cellules cancéreuses, mais aussi sur d'autres cellules de l'organisme étant alors responsables d'effets secondaires.

Son administration est faite par voie veineuse ou orale.

En cas de chimiothérapie par voie veineuse, la mise en place d’une chambre implantable est nécessaire. Il s’agit d’un petit boîtier placé sous la peau (généralement au niveau du thorax), relié à un cathéter (tuyau souple et fin glissé dans une veine).

Ce dispositif reste en place en permanence, pendant toute la durée de la chimiothérapie, puis de la surveillance après traitement. Il permet d’injecter les médicaments à travers la peau tout en préservant les veines du patient. La chambre implantable offre aussi un meilleur confort de vie, car elle permet de poursuivre les activités quotidiennes.

La thérapie ciblée par anticorps monoclonaux

Ce traitement cible précisément certaines molécules qui ont un rôle important dans le développement du cancer. Non dirigés vers les cellules saines, les médicaments utilisés entraînent moins d’effets secondaires que les chimiothérapies classiques.

Vidéo : la chimiothérapie

© Blausen Medical

Les autres traitements pour un cancer des VADS

D’autres mesures font partie du traitement d’un cancer des voies aérodigestives supérieures :

L’arrêt de la consommation de tabac et d'alcool

De nombreuses méthodes existent pour vous aider à arrêter votre consommation de tabac et d'alcool : parlez-en à votre médecin traitant. Si besoin, il vous orientera vers un addictologue (médecin de la dépendance au tabac et à l’alcool).

Les traitements concernant des maladies associées

Il s’agit de traiter d’autres pathologies présentes, liées au tabac ou à l’alcool (maladies cardiovaculaires ou respiratoires, cancer du poumon ou de l’œsophage).

Les soins dits "de support"

Ce sont toutes les mesures qui s’attachent aux conséquences du cancer des voies aérodigestives supérieures et de ses traitements, pour améliorer la qualité de vie :

  • accompagnement social ;
  • aide psychologique (pour la personne et ses proches) ;
  • soins à visée esthétique ;
  • lutte contre la douleur ;
  • assistance diététique ;
  • rééducation orthophonique.

Ces soins peuvent être mis en place dès le diagnostic, pendant et après les traitements.

Les mesures pour atténuer les effets secondaires des traitements

Les effets indésirables (ex. : nausée liée à la chimiothérapie) sont très fréquents. Il existe des solutions efficaces pour les réduire.

Plusieurs traitements associés

Le plus souvent, plusieurs traitements sont associés pour le traitement d'un cancer des voies aérodigestives :

  • la chimiothérapie est toujours administrée avec un autre traitement ;
  • la chirurgie s’associe souvent à la radiothérapie.

Dans tous les cas, l'arrêt de la consommation de tabac et d'alcool, le traitement des maladies associées et les soins de support sont indispensables.

Sources
  • Institut national du cancer. Les cancers des voies aérodigestives supérieures. Site internet : INCa. Boulogne Billancourt (France) ; 2018 [consulté le 24 juillet 2018]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide ALD Cancer des voies aérodigestives supérieures. Site internet : HAS. La Plaine-Saint Denis (France) ; 2009 [consulté le 24 juillet 2018]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Cancer des voies aérodigestives supérieures. Actes et prestations. Site internet : HAS. La Plaine-Saint Denis (France) ; 2012 [consulté le 24 juillet 2018]