Cancer des voies aérodigestives supérieures (VADS) : définition et facteurs favorisants

15 mars 2017
Le cancer des voies aérodigestives supérieures est une tumeur maligne située dans la partie haute des organes respiratoires et/ou digestifs (fosses nasales, sinus, bouche, pharynx et larynx). Son apparition est très souvent liée au tabagisme et/ou à une consommation importante d’alcool.

Qu’est-ce le cancer des voies aérodigestives supérieures ?

Le cancer des voies aérodigestives supérieures (VADS) est une de l'un des organes respiratoires ou digestifs situés au niveau de la tête ou du cou. Les cellules atteintes deviennent anormales : elles se multiplient de façon désordonnée, très vite, et constituent peu à peu une tumeur. En se développant, celle-ci détruit les tissus voisins et peut, à terme, compresser des organes.

Ce cancer peut prendre différentes formes. Dans 90 % des cas, il concerne les cellules de la couche superficielle d’une et prend le nom de carcinome épidermoïde.

En 2012, on estime qu'il y a eu 14 638 nouveaux cas de cancers des VADS dont plus de 74 % chez les hommes.

4 098 décès dont 80 % chez les hommes ont été dus à ces cancers.

On observe une tendance à la baisse chez l’homme et inversement une augmentation chez la femme dont la consommation tabagique est en hausse.

Les VADS, un rôle important pour la respiration, l’alimentation et la parole

Les voies aérodigestives supérieures comprennent différents organes pouvant être le siège d'un cancer. On rassemble ces organes en deux groupes.

Elles interviennent dans la déglutition et la digestion des aliments. Elles comprennent la cavité buccale (lèvres, langue, palais), les glandes salivaires et deux zones du pharynx :

  • celle située en arrière de la langue (oropharynx) ;
  • celle comprise dans le cou, entre l’oropharynx et le début de l’œsophage (ou hypopharynx).

Elles correspondent à la partie haute du système respiratoire et regroupent :

  • les fosses nasales ;
  • le pharynx ;
  • le larynx contenant les cordes vocales (organe permettant de parler) ;
  • les (tissus appartenant au et situés en arrière des fosses nasales, sur la partie supérieure du , appelée cavum ou nasopharynx) ;
  • les sinus.

Dans les VADS, on inclut aussi les amygdales palatines, qui contribuent également aux défenses immunitaires de l’organisme.

Enfin, les VADS se terminent par l’épiglotte (languette cartilagineuse qui ferme la lors de la déglutition, pour éviter que des aliments n’y pénètrent).

Les voies aérodigestives supérieures

Schéma : voies aériennes supérieures

Les sinus de la face

Schéma : les sinus de la face

Les facteurs favorisant les cancers des VADS

Deux éléments principaux contribuent à l’apparition d’un cancer des VADS :

Le tabagisme

Il est présent dans plus de 95 % des cas diagnostiqués, en raison des nombreuses substances chimiques cancérigènes qu’il contient. Tous les types de tabac fumé ou mâché peuvent être en cause. Le cannabis est également en cause et contient six fois plus de goudrons qu’une cigarette industrielle.

La consommation d’alcool

On la trouve dans plus de 90 % des cas de cancer des VADS. Son effet néfaste est proportionnel aux doses absorbées. Associée au tabac et très fréquemment à une mauvaise hygiène bucco-dentaire, la consommation d'alcool multiplie considérablement l’impact de ce dernier.

D’autres facteurs peuvent aussi favoriser le déclenchement de la maladie :

  • des prédispositions génétiques ;
  • des germes comme le (lorsqu'il est présent de façon chronique dans la bouche ou sur le larynx) ou le virus d’Epstein-Barr, responsable de cancer du cavum dans les populations asiatiques et africaines ;
  • l’exposition à des radiations ionisantes ou aux rayons (soleil, cabines UV...), deux types de rayonnements pouvant causer notamment un cancer des lèvres ;
  • l'exposition à la poussière de bois, de nickel, de chrome ou exposition à l'acide chromique.
Reconnaissance du cancer des VADS comme maladie professionnelle

Dans un cadre du travail, le cancer des VADS est parfois provoqué par :

  • les poussières de bois ou celles issues du travail du nickel ou du chrome ;
  • l’exposition à de l’acide chromique.

Si vous pensez être concerné par ce risque professionnel, parlez-en à votre médecin traitant ou à votre médecin du travail.

Sources
  • Institut national du cancer (INCa). Les traitements des cancers des voies aérodigestives supérieures. Site internet : e-cancer. Boulogne Billancourt (France) ; 2012 [consulté le 17 novembre 2015]
  • Institut national du cancer (INCa). Les cancers des voies aérodigestives supérieures. Site internet : e-cancer. Boulogne Billancourt (France) ; 2015 [consulté le 17 novembre 2015]
  • Institut national du cancer (INCa). Réduire les risques de cancer. Alcool et tabac. Site internet : e-cancer. Boulogne Billancourt (France) ; 2015 [consulté le 17 novembre 2015]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide ALD Cancer des voies aérodigestives supérieures. Site internet : HAS. La Plaine-Saint Denis (France) ; 2009 [consulté le 17 novembre 2015]