Le traitement du cancer de la thyroïde

10 août 2017
Le traitement du cancer de la thyroïde est mis en place par une équipe médicale pluridisciplinaire. Selon le type de cancer thyroïdien et l’état médical du patient, divers traitements sont possibles : intervention chirurgicale, radiothérapie ou chimiothérapie.

La prise en charge du cancer de la thyroïde

Le traitement du cancer de la thyroïde est réalisé dans un service spécialisé en endocrinologie ou en cancérologie, au sein d’une structure habilitée à soigner la maladie.

La prise en charge est faite par une qui peut comprendre :

  • un cancérologue (ou " ") ;
  • un endocrinologue (spécialiste des hormones et des glandes qui les produisent) ;
  • un (spécialiste du traitement par les rayons) ;
  • un chirurgien ;
  • un oto-rhino-laryngologiste (ORL) ;
  • un médecin de médecine nucléaire (spécialiste des traitements par substances radioactives) ;
  • un psychologue ;
  • une assistante sociale ;
  • un orthophoniste.

Cette équipe travaille en lien constant avec le médecin traitant et accompagne le patient pour qu'il gère au mieux sa maladie et conserve une bonne qualité de vie.

Comment se fait le choix d’un traitement anti-cancéreux ?

Il n’y a pas un cancer, mais de multiples cancers aux caractéristiques différentes. C’est pourquoi, pour chaque patient, le choix du traitement est orienté par de nombreux critères :

  • d’une part, des données médicales (type de cancer, organe atteint, stade d’évolution, résultat des analyses biologiques) ;
  • d’autre part, des facteurs individuels (âge du malade, état général y compris sur le plan psychologique, statut socioprofessionnel, etc.)

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

L’intervention chirurgicale : la thyroïdectomie totale

En cas de cancer de la thyroïde, le premier traitement est une intervention chirurgicale : la thyroïdectomie totale. le chirugien enlève toute la glande, si nécessaire, certains ganglions lymphatiques du cou. Les tissus prélevés sont ensuite analysés pour confirmer la présence d’une et préciser sa taille et son type.

Les suites opératoires sont le plus souvent sans complications. Cependant, certains symptômes surviennent parfois :

  • une fatigue transitoire. La poursuite des activités habituelles facilite le rétablissement ;
  • une dysphagie ou gêne en avalant, le plus souvent temporaire ;
  • une dysphonie ou enrouement (voix cassée, rauqye ou éteinte) ;
    Ces deux types de troubles résultent de l’atteinte du nerf récurrent (permettant notamment aux cordes vocales de bouger) pendant l’intervention. Si les problèmes vocaux persistent, une rééducation orthophonique est parfois nécessaire ;
  • un enraidissement douloureux et une gêne à la mobilité du cou. La reprise de la conduite automobile nécessite d'avoir retrouvé une bonne mobilité du cou et d'avoir arrêté tout antalgique pouvant avoir un effet sédatif.

La radiothérapie

Le traitement à l'iode radioactif ou irathérapie

Pour certains cancers de la thyroïde, l’intervention chirurgicale est complétée par un traitement à l'iode radioactif appelé irathérapie.

Ce traitement consiste en la prise par voie orale d’iode radioactif. Les cellules thyroïdiennes, qui pourraient subsister après l’intervention, qu’elles soient cancéreuses ou non captent cet iode en circulation. Les rayons émis par l'iode radioactif endommagent les cellules thyroïdiennes qui finissent, au bout de plusieurs semaines ou mois, par être détruites.

Prescrite par des spécialistes, l'irathérapie se déroule à l’hôpital, dans le service de médecine nucléaire. Le patient est hospitalisé en chambre radioprotégée peu de temps (3 à 5 jours). Le traitement à l’iode radioactif est pris dès le premier jour sous forme d'une gélule à avaler. Durant l'hospitalisation, il est important de boire beaucoup de liquides afin d’évacuer l'iode radioactif présent dans les voies urinaires (et l'intestin).

Avant la sortie d'hôpital, une est réalisée ; elle permet de visualiser les parties du corps sur lesquelles l'iode 131 s'est fixé. Cette technique aide à détecter et à évaluer une éventuelle propagation de la maladie.

Pour sa sécurité et celle de son entourage, le patient traité doit respecter des règles de radioprotection (protection face à la radioactivité) :

  • éviter les contacts prolongés avec les femmes enceintes et les enfants de moins de 15 ans, pendant les quelques jours qui suivent la séance ;
  • réaliser une toilette très rigoureuse, car des substances radioactives peuvent se retrouver dans ses urines, ses selles, sa sueur ou sa salive.

La radiothérapie externe

Quant à la radiothérapie externe, consistant à diriger sur la région du cou des rayons radioactifs produits par une machine, elle est peu prescrite car peu indiquée pour le cancer thyroïdien.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

La chimiothérapie

La chimiothérapie et la thérapie ciblée sont rarement utilisées dans les cancers de la thyroïde. Ces traitements peuvent être indiqués en cas de cancer anaplasique ou dans certaines formes de cancers ne répondant pas aux autres traitements.

Ces médicaments ont des effets indésirables. N’hésitez pas à en parler au médecin qui vous prend en charge.

Le traitement hormonal

Après la chirurgie ou après le traitement à l'iode radioactif, un traitement hormonal est mis en place pour compenser l'absence de sécrétion d'hormones naturelles. Ce traitement consiste à prendre des hormones thyroïdiennes de synthèse sous forme d'un médicament, la lévothyroxine. Il doit être pris à vie.

Le traitement hormonal peut être prescrit selon deux modalités :

  • soit à dose normale : il remplace l'action de la thyroïde et vise à maintenir une TSH à un taux normal ; on parle d'hormonothérapie substitutive ;
  • soit à dose élevée : il remplace l'action de la thyroïde et, en plus, vise à limiter le développement des éventuelles cellules cancéreuses restantes en gardant la TSH à un taux bas ; on parle alors d'hormonothérapie frénatrice.

Le choix du traitement est fixé en réunion de concertation pluridisciplinaire.

Régulation de la glande thyroïde

Schéma : fonctionnement de la glande thyroïde
Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Cancer de la thyroïde. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France);2010 [consulté le 9 août 2017]
  • Institut national du cancer. Le cancer de la thyroïde. Site internet : Inca. Boulogne - Billancourt (France) ; 2017 [consulté le 9 août 2017]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Cancer de la thyroïde. Actes et prestations. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 9 août 2017]
  • Orphanet. Cancers anaplasiques de la thyroïde. Site internet : Orphanet. Paris ; 2008 [consulté le 9 août 2017]