La surveillance médicale et le quotidien après un cancer thyroïdien

Après votre traitement pour cancer de la thyroïde, l’équipe médicale contrôle l’efficacité des soins et vous accompagne. Un arrêt de travail vous est prescrit lors du traitement et un soutien psychologique vous est proposé.

Le suivi médical après un cancer de la thyroïde

Une surveillance médicale est assurée par l’équipe pluridisciplinaire qui a mené votre traitement, en lien avec votre médecin traitant. Elle a plusieurs objectifs :

  • vérifier l’efficacité à long terme des soins ;
  • savoir si votre traitement hormonal par lévothyrox est bien adapté ;
  • surveiller et traiter les éventuels effets indésirables (ex. : paralysie des cordes vocales après l’opération chirurgicale) ;
  • veiller à vous accompagner si nécessaire sur les plans relationnel, social ou professionnel.

Suivant un calendrier et une durée adaptés à votre cas, le suivi repose sur des consultations médicales, des bilans sanguins et des examens complémentaires (échographie, scintigraphie, etc.)

Voici quelques conseils pour contribuer vous-même au bon déroulement de ce suivi médical :

  • n’oubliez pas les contrôles sanguins indispensables pour la surveillance du traitement hormonal substitutif ;
  • n’interrompez pas la rééducation orthophonique si elle vous a été prescrite ;
  • consultez votre médecin devant tout symptôme qui vous paraîtrait anormal ;
  • de manière générale, posez toutes les questions que vous souhaitez pendant les consultations, et pensez à noter quelque part vos nouvelles questions entre deux rendez-vous.

Votre traitement en continu :

  • prenez régulièrement votre traitement hormonal substitutif. Votre équilibre en hormones thyroïdiennes peut être perturbé par une autre maladie ou la prise de médicaments. Si vous ressentez des symptômes d'hypothyroïdie ou au contraire d'hyperthyroïdie, consultez votre médecin traitant qui fera un réajustement de votre traitement substitutif ;
  • ne prenez aucun nouveau médicament en automédication sans en parler à votre pharmacienAssocier la lévothyroxine avec d’autres médicaments comme les pansements gastriques peut diminuer l’efficacité du traitement ;
  • signalez votre traitement lorsque vous consultez un médecin spécialiste ;
  • n’interrompez pas votre traitement sans en parler à votre médecin ;
  • discutez avec votre médecin des effets indésirables des traitements et cherchez avec lui les moyens de les atténuer ou de les prévenir.

Vivre au quotidien sans thyroïde

Traitement substitutif par lévothyroxine et alimentation

Prenez la lévothyroxine une fois par jour, le matin à jeun, en avalant le comprimé avec un grand verre d’eau.

Certains aliments comme le soja et certaines plantes comme le millepertuis diminuent l’absorption du médicament et donc son efficacité. Évitez donc d’en consommer dans les heures précédant et suivant la prise du comprimé.

Si vous devez prendre des médicaments contenant du fer, du calcium, des vitamines ou des minéraux, attendez au moins 2 heures après avoir pris la lévothyroxine.

Ne prenez pas de compléments alimentaires avant d’avoir signalé à votre pharmacien que vous suivez une hormonothérapie thyroïdienne.

Soutien psychologique

Si vous ressentez le besoin d’une aide ou d’un soutien psychologique, parlez-en à vos proches ; ils sont là pour vous épauler. Si vous le souhaitez, votre médecin traitant peut aussi vous orienter vers un psychologue.

Pour vous accompagner et vous informer, les services sociaux sont également à votre disposition. Vous pouvez contacter :

Cancer de la thyroïde, contraception, fertilité et grossesse

Tous les moyens de contraception sont utilisables si vous venez d’être traitée pour un cancer de la thyroïde.

Après une irathérapie, une infertilité masculine est possible. Une conservation de sperme de manière préventive peut être proposée.

Le fait d'avoir eu un cancer de la thyroïde n'empêche pas la grossesse et l'allaitement. Cependant, des précautions sont indispensables (délai à respecter après l'irathérapie avant la mise en route d'une grossesse, adaptation du traitement hormonal substitutif...) Votre projet de grossesse ou d’allaiter doit être discuté avec l’équipe médicale et votre médecin traitant.

Reprise des activités

Les activités quotidiennes et sportives

Votre médecin vous fixera les délais dans lesquels vous pourrez reprendre vos activités. En général, lorsque la cicatrisation est acquise, la reprise des activités sportives et de loisir ne pose pas de problème particulier.

La reprise de la conduite automobile nécessite d'avoir retrouvé une bonne mobilité du cou et d'avoir arrêté tout antalgique pouvant avoir un effet sédatif.

Attention aux activités en plein air. En effet, le soleil est néfaste au processus de cicatrisation qui s'étale sur une année, favorisant la survenue de cicatrices épaisses. Pour obtenir une cicatrisation la plus esthétique possible, protégez votre cou du soleil pendant toute cette durée, avec une crème solaire haute protection (indice 50+) et le port éventuel d’un foulard.

L'activité professionnelle

Si vous exercez une activité professionnelle, un arrêt de travail vous est prescrit lors du traitement. Sa durée dépend de la difficulté à équilibrer le traitement substitutif, de la nécessité d’un traitement complémentaire à la chirurgie (irathérapie), des éventuelles complications post-opératoires et de la nature de votre travail. L’arrêt est toujours plus long en cas de travail physique.

Si votre santé s’améliore et si vous voulez reprendre votre activité, parlez à votre médecin traitant de vos conditions de travail (transports, type d’activité, etc.). Il pourra vous orienter vers votre médecin du travail pour une visite de pré-reprise. Cette consultation permet d'évaluer votre aptitude aux fonctions que vous exercez et de proposer si nécessaire :

  • des mesures spécifiques ;
  • une reprise à temps partiel pour motif thérapeutique, facilitant la reprise progressive du temps plein.

Pour tout arrêt de travail supérieur à 30 jours, une visite de reprise est obligatoire dans un délai de huit jours après votre retour en entreprise.

  • Buffet C, Tissier F, Ménégaux F, Tresallet C, Ghander C, Lepoutre C et all. Cancers de la thyroïde. EMC Elsevier Masson. Endocrinologie - Nutrition, 2016-10-01;27(4):1-27
  • Institut national du cancer. Le cancer de la thyroïde. Site internet : Inca. Boulogne - Billancourt (France) ; 2022 [consulté le 25 novembre 2022]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Cancer de la thyroïde. Actes et prestations. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 25 novembre 2022]
  • Société française d'endocrinologie. Cancers thyroïdiens. Site internet : SFE. Paris ; 2020 [consulté le 25 novembre 2022]
  • Caisse Nationale de l'Assurance Maladie (Cnam). Arrêt de travail. Thyroïdectomie, après avis de la HAS. Site internet : ameli. Paris ; 2010 [consulté le 25 novembre 2022]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
Le champ avec astérisque (*) est obligatoire.