Cancer de la thyroïde : définition et causes

09 août 2017
Le cancer de la thyroïde est une multiplication anormale de cellules de la glande thyroïde. Il peut prendre plusieurs formes. Si ses causes sont généralement méconnues, des facteurs génétiques ou une exposition aux radiations, en particulier dans l'enfance, peuvent favoriser son apparition.

Définition du cancer de la thyroïde

Le cancer thyroïdien est une multiplication anormale de certaines cellules de la glande thyroïde. Ces cellules naissent de manière désordonnée et permanente, formant une . Chez une personne en bonne santé, les cellules se renouvellent par intermittence, et seulement pour compenser des pertes cellulaires (dues par exemple au vieillissement).

En France, en 2015, on estime le nombre de nouveaux cas à 2783 chez les hommes et 7317 chez les femmes. Ce cancer est  plus fréquent chez la femme que chez l'homme surtout entre 30 et 50-60 ans. Sa fréquence apparente augmente régulièrement, probablement en raison d’une meilleure détection. Ce diagnostic de plus en plus précoce permet une meilleure prise en charge thérapeutique.

La thyroïde, une glande au rôle essentiel

La thyroïde est une glande en forme de papillon, constituée de deux lobes reliés par un isthme. Elle est située à la base du cou, en avant de la . Elle est placée sous la pomme d'Adam et n’est normalement pas palpable.

Hormis les cellules qui forment le tissu de soutien et les vaisseaux de la glande, la thyroïde comporte deux types de cellules très spécialisées :

  • les cellules folliculaires qui sécrètent, grâce à un apport d'iode suffisant, deux hormones : la triiodothyronine (T3) et la thyroxine (T4). Ces substances stimulent les fonctions de tous les organes du corps (ex. : rythme cardiaque, tension artérielle, température, régulation du poids) ;
  • les cellules C qui secrètent de la calcitonine, une hormone qui régule le taux de calcium dans l’organisme.

 

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Une maladie qui peut prendre plusieurs formes

On distingue divers types de cancers de la thyroïde.

Le cancer de la thyroïde de souche folliculaire

Dans 90 % des cas, le cancer se développe à partir des cellules folliculaires et il est qualifié de "différencié". Cela signifie que les cellules composant la tumeur ont des caractéristiques proches des cellules thyroïdiennes normales. Ce type de cancer, de très bon pronostic, peut prendre deux formes, selon les observations faites au microscope :

  • quand la tumeur est arborescente (structure rappelant les contours d’un arbre), il s’agit d’un cancer papillaire (80 % des cancers de la thyroïde) ;
  • lorsque la tumeur présente des formes arrondies, le cancer est vésiculaire.

Dans 2 % des cas, le cancer se développe à partir des mêmes cellules folliculaires mais il est peu différencié. Cela veut dire que les cellules formant la tumeur ont perdu les caractéristiques des cellules thyroïdiennes normales. On parle alors de cancer anaplasique. Cette forme de la maladie a une extension plus rapide que les autres, et survient le plus souvent chez les personnes âgées.

Le cancer médullaire de la thryroïde

Dans 8 à 9 % des cas, le cancer apparaît à partir des cellules C. Il est alors qualifié de "médullaire" et il est également différencié, puisque la tumeur sécrète de la calcitonine comme les cellules C normales. Pour le cancer médullaire de la thyroïde, il existe une prédisposition génétique.

Des causes souvent mal définies et des facteurs favorisants

La plupart des cancers de la thyroïde sont d’origine indéterminée.

La seule cause reconnue de la maladie est l'exposition aux radiations :

  • exposition à des rayonnements ionisants lors d'examens irradiants répétés (dentaires ou médicaux) ou de traitements par radiothérapie de la tête, du cou ou du thorax, principalement pendant l’enfance. Ce risque est diminué grâce aux mesures de protection de la thyroïde prises lors de la radiothérapie ;
  • exposition à des rayonnements nucléaires. Le risque de développer un cancer de la thyroïde est légèrement augmenté chez les habitants des territoires français (Polynésie Française) sur lesquels des essais nucléaires ont été réalisés entre 196 et 1974. En revanche, à ce jour, il est impossible d'établir un lien avéré entre l'exposition aux radiations de Tchernobyl (particules radioactives de type iode 131) et l'augmentation du nombre de cancers de la thyroïde en France.

Des facteurs favorisants peuvent intervenir par ailleurs :

  • prédispositions familiales (mutation génétique spécifique favorisant le développement du cancer médullaire). En présence de cette mutation, une étude génétique familiale est proposée pour rechercher les membres de la famille porteurs de la mutation ;
  • carence prolongée en iode peu fréquente en France du fait d'un apport suffisant par l'alimentation (élément chimique apporté par l’alimentation, qui participe au bon fonctionnement de la thyroïde).
Le cancer médullaire de la thyroïde dans sa forme familiale est une

Vous souhaitez vous informer sur cette maladie, vous exprimer librement et être écouté : appelez Maladies Rares Info services, au 01 56 53 81 36
Une équipe de professionnels répond à toutes vos questions.

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Cancer de la thyroïde. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (Paris) ; 2010 [consulté le 9 août 2017]
  • Rogel A, Bernier M-O, Motreff Y, Cléro E, Pirard P, Laurier D. Épidémiologie du cancer de la thyroïde 30 ans après l'accident de Tchernobyl : fréquence, facteurs de risque et impact des pratiques diagnostiques. BEH 11-12 du 26 avril 2016
  • Orphanet. Cancers anaplasiques de la thyroïde. Site internet : Orphanet. Paris ; 2008 [consulté le 9 août 2017]
  • Orphanet. Cancer papillaire et folliculaire de la thyroïde. Site internet : Orphanet. Paris ; 2007 [consulté le 9 août 2017]
  • Institut national du cancer. Le cancer de la thyroïde. Site internet : Inca. Boulogne - Billancourt (France) ; 2017 [consulté le 9 août 2017]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Essais nucléaires en Polynésie française : des cancers de la thyroïde en légère hausse. Site internet : Inserm. Paris ; 2010 [consulté le 9 août 2017]