Les symptômes et le diagnostic du cancer du sein

01 octobre 2021
Un cancer du sein peut être suspecté lors d'une mammographie de dépistage ou au cours de la palpation des seins (découverte d'une grosseur). Le diagnostic doit être confirmé par des examens complémentaires.

Les symptômes et la détection du cancer du sein

Très souvent, le cancer du sein est suspecté devant des résultats anormaux d’une mammographie de dépistage organisé ou de dépistage individuel proposé par le médecin dans le cadre d’un suivi personnalisé.

Dans d’autres cas, une tuméfaction est découverte par le médecin lors de la palpation des seins et/ou des creux axillaires au cours d’un examen gynécologique systématique ou réalisé pour un autre motif.

Parfois, le cancer du sein  est responsable de symptômes, qui alertent la patiente :

  • grosseur au niveau d'un sein, non douloureuse perçue lors de l'autopalpation déformation du sein apparue récemment ;
  • rétraction ou déviation du mamelon ;
  • rougeur, œdème et chaleur d'une zone du sein ;
  • aspect de peau d’orange d'une partie d'un sein ;
  • douleur mammaire localisée ;
  • ganglions palpables au niveau des aisselles ;
  • écoulement mammaire verdâtre ou coloré de sang.

À quel moment consulter ?

Voici 3 situations pour lesquelles la consultation est conseillée :

  • Je consulte si je remarque une grosseur, une douleur, une rougeur et/ou un écoulement anormal au niveau de mes seins.
  • Quel que soit mon âge, je fais examiner mes seins une fois par an par mon médecin traitant ou par mon gynécologue.
  • Si j’ai entre 50 et 74 ans, je prends rendez-vous pour passer la mammographie de dépistage gratuite tous les deux ans.

Le diagnostic du cancer du sein

Il est réalisé en plusieurs étapes.

Le bilan initial en cas de suspicion de cancer du sein

Un bilan est nécessaire pour affirmer le diagnostic  de cancer du sein et préciser les caractéristiques de la tumeur.

L'examen clinique des seins

Le médecin, au cours de son entretien avec la patiente, l'interroge sur son passé médical personnel et sur les facteurs de risque, en particulier familiaux. Il procède à une examen minutieux des seins et des creux axillaires à la recherche de ganglions sous les aisselles.

Des examens radiologiques des seins

Le médecin a besoin des examens suivants :

  • une mammographie des deux seins ;
  • fréquemment, une échographie des deux seins et des ganglions : À la différence de la radiographie, l’échographie n’utilise pas de rayons X mais un faisceau d’ultrasons pour former une image. L'échographie mammaire est totalement indolore et ne nécessite pas de préparation ;
  • parfois une IRM mammaire.

La biopsie mammaire et l'

S'il existe une lésion suspecte du sein, un prélèvement par biopsie au niveau de cette lésion est nécessaire car elle permet de réaliser un examen anatomopathologique. C’est l’examen qui permet de déterminer de façon certaine s’il s’agit d’une lésion cancéreuse ou non.

Le prélèvement est réalisé au niveau de la lésion du sein par biopsie à travers la peau (biopsie percutanée).

Cet examen est effectué sous anesthésie locale. Après désinfection de la peau, une petite incision cutanée permet d’introduire une aiguille dans le sein. Selon le diamètre de l'aiguille utilisée, on parle de micro ou de macrobiopsie percutanée. Le médecin guide l’aiguille jusqu'à l'anomalie grâce à un repérage échographique ou radiologique. Plusieurs prélèvements successifs sont effectués.

Les tissus prélevés sont préparés, découpés et appliqués sur des lames de verre, puis colorés. Le médecin anatomopathologiste les étudie pour déterminer la nature et les caractéristiques de l’anomalie :

  • le type de cancer ;
  • l'étendue des anomalies (contribuant à définir le stade) ;
  • les caractéristiques des cellules ;
  • la présence de récepteurs hormonaux (œstrogènes et ) sur les cellules cancéreuses ;
  • la présence des récepteurs HER2 (« human epidermal growth factor receptor 2 » ou récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain) impliqués dans la régulation de la prolifération cellulaire. Les cellules (surexprimant HER2) dites HER2 positives ont une croissance plus rapide et se multiplient plus vite, rendant le cancer plus agressif.

    Ces facteurs prédictifs de réponse aux traitements et critères pronostics du cancer sont déterminants pour le choix du traitement.

Ainsi, on différencie :

  • les cancers avec récepteurs hormonaux sensibles à l’hormonothérapie,
  • les cancers HER2 positifs, pouvant bénéficier d'une thérapie ciblée (trastuzumab commercialisé sous le nom d'Herceptin®),
  • les cancers triple-négatifs représentant 10 % à 20 % des cancers du sein : ils se caractérisent par l’absence de récepteurs hormonaux et de surexpression de HER2. Aucune thérapie ciblée n'est pas efficace à ce jour sur ces cancers.

Parfois le prélèvement de l’anomalie à travers la peau est impossible (tumeur difficilement accessible par biopsie, faible épaisseur du sein une fois comprimé) ; il est alors nécessaire d’enlever une partie ou la totalité de l’anomalie au cours d’une intervention chirurgicale pour permettre l' .

Le bilan complémentaire lorsque le diagnostic de cancer du sein est posé

Il comporte divers examens adaptés à chaque cas : bilan d'extension de la tumeur (échographie abdominopelvienne, scanner, scintigraphie osseuse...), bilan cardiaque et bilan sanguin avant mise en route du traitement...

Lorsque tous les bilans sont achevés, l'équipe médicale connaît le type exact de cancer et son étendue : taille, diffusion ou non au tissu mammaire, atteinte ou non des ganglions et existence ou non de métastases (le plus souvent au niveau du foie, des os ou des poumons). Elle peut ainsi proposer le traitement le plus adapté à chaque cas.

Vidéo : Les examens du sein

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Reconnaissance du cancer du sein au titre d'affection de longue durée (ALD)

Votre médecin traitant peut demander la reconnaissance de votre cancer du sein au titre d'affection de longue durée (ALD). Les examens et les soins en rapport avec votre maladie seront pris en charge à 100 %, sur la base des tarifs de remboursement de l'Assurance Maladie.

  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide affection de longue durée - Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique, cancer du sein. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2010 [consulté le 10 mai 2021]
  • Institut national du cancer (INCa). Le cancer du sein. Site internet : INCa. Boulogne Billancourt (France) ; 2017 [consulté le 10 mai 2021]
  • Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF). Tumeurs du sein. ECN 2018. 3ème édition Elsevier Masson. Issy-les-Moulineaux (France)