Comprendre le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes. Il est rare avant 50 ans et survient le plus souvent après 65 ans. Les hommes ayant des antécédents familiaux de cancer de la prostate sont plus fréquemment atteints.

Qu'est-ce que le cancer de la prostate ?

Apparition et développement du cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est une développée à partir de cellules de la prostate, glande de l'appareil génital masculin.

Dans 90 % des cas, le cancer de la prostate est un adénocarcinome résultant de la transformation maligne progressive de cellules épithéliales qui forment le revêtement de la prostate. Les autres types de cancers sont d'autres carcinomes ou des sarcomes.

Il existe deux stades d'évolution de la maladie.

Le cancer de la prostate localisé ou « intracapsulaire »

Les cellules cancéreuses sont présentes uniquement dans la prostate. 80 % des cancers de la prostate sont diagnostiqués alors qu'ils sont encore localisés à la prostate.

Le cancer de la prostate se développent :

  • dans 80 % des cas dans la zone périphérique de la prostate, à proximité du rectum et il est palpable au toucher rectal ;
  • dans 15 % des cas dans la zone dite transitionnelle au contact avec l'. À noter que cette cette zone grossit avec l'âge et peut être également le siège de l'hypertrophie de la prostate ou de la prostate ;
  • dans 5 % des cas à la base de la prostate traversée par les deux canaux éjaculateurs, chacun étant formé par la réunion du canal déférent (en provenance de chaque épididyme) et du conduit excréteur de la vésicule séminale. Les canaux éjaculateurs débouchent dans l'.

Le cancer « extracapsulaire »

Le cancer franchit la capsule de la prostate. Les cellules cancéreuses se détachent et passent dans les vaisseaux sanguins ou lymphatiques. Elles gagnent les ganglions lymphatiques autour de la prostate puis d'autres organes à distance, essentiellement les os puis le foie et les poumons, formant des métastases.

Qu'est-ce que la prostate ?

La prostate est une glande de l'appareil génital masculin, de la grosseur d'une châtaigne et entourée par une capsule. Elle est située sous la vessie, en avant du rectum. Elle entoure l', canal qui sort de la vessie et qui permet d'évacuer l'urine.

La prostate sécrète une partie du liquide qui, avec les spermatozoïdes produits par les testicules, compose le sperme. Elle participe aussi, en se contractant, à l’éjaculation. La prostate fonctionne grâce aux androgènes, hormones sexuelles synthétisées par les testicules et les .

L’appareil génital masculin

Schéma anatomique de l’appareil génital et urinaire masculin composé du pénis, des testicules, de l’épididyme, de la prostate, des vésicules séminales, de l’uretère, de la vessie et de l’urètre (cf. description détaillée ci-après)

Chez l’homme, l’appareil génital est étroitement lié à l’appareil urinaire.

L’appareil génital masculin est composé de cinq parties.

  1. Le pénis, organe reproducteur externe sortant du pubis sur 10 à 12 centimètres au repos.
  2. Les testicules, paire d’organes reproducteurs externes, de forme ovales, situés dans le scrotum, sous le pénis.
  3. L’épididyme est un conduit fin accolé à la partie arrière des testicules.
  4. La prostate est une glande ronde, située sous la vessie. Elle est traversée par l’.
  5. Les sont deux poches de forme allongée, reliées à la prostate, et situées entre la vessie et l’ampoule rectale.

L’appareil urinaire masculin est composé de trois parties.

  1. L’uretère est un long canal, reliant les reins à la vessie.
  2. La vessie est une grosse poche de forme ovale, située juste au-dessus de la prostate, devant l’ampoule rectale.
  3. L’ est un long canal, reliant la vessie au pénis. Il s’agit du canal d’évacuation de l’urine.

Le cancer de la prostate est-il fréquent et comment évolue-t-il ?

Le cancer de la prostate est le plus fréquent de tous les cancers en France.

Avec 59 885 nouveaux cas diagnostiqués en France en 2018, le cancer de la prostate représente 24 % des cancers chez l'homme, nettement plus fréquent que les cancers du poumon (33 438 nouveaux cas) et les cancers du côlon-rectum (26 212 nouveaux cas).

Il est très rare avant 50 ans et son incidence augmente progressivement avec l’âge. L’âge médian au moment du diagnostic est de 69 ans.

L'Assurance Maladie a pris en charge, en 2021, 549 580 hommes soignés pour cancer de la prostate. Ils étaient âgés de 60 ans et plus dans 99 % des cas.

Le cancer de la prostate est majoritairement un cancer à évolution lente et reste longtemps localisé. C’est un cancer de bon, voire de très bon pronostic, avec un taux de survie à 5 ans élevé (93 % des hommes ayant eu un diagnostic de cancer de la prostate entre 2010 et 2015 sont en vie 5 ans après).

Les facteurs de risque du cancer de la prostate

Certains hommes sont plus exposés que d'autres au cancer de la prostate.

Les facteurs de risque établis du cancer de la prostate

L’avancée en âge, le principal facteur de risque de cancer de la prostate

Le risque de cancer de la prostate augmente avec l'âge. Il est rare avant 50 ans. C'est autour de 70 ans que le nombre de cas diagnostiqués est le plus important.

Les antécédents familiaux et la prédisposition génétique au cancer de la prostate

Selon l'histoire familiale, un cancer de la prostate peut survenir sous trois formes :

  • la forme sporadique, c'est-à-dire non héréditaire. C'est la forme la plus répandue ;
  • la forme familiale, c'est-à-dire lorsqu'il existe au moins deux cas de cancer de la prostate chez des apparentés du premier degré (père, frère) ou du second degré (grand père, oncle). Cette forme familiale représente 20 % des cancers de la prostate ;
  • la forme héréditaire, qui se définit par l'existence d'au moins 3 cas de cancer de la prostate chez des apparentés du premier degré (père ou frère) ou du second degré (grand père, oncle), ou de 2 membres de la famille diagnostiqués avant l'âge de 55 ans. Cette forme héréditaire représente 5 % des cancers de la prostate.

Deux mutations génétiques, HOXB13 et BRCA2, sont associées au cancer de la prostate. La mutation génétique BRCA2 est également impliquée dans l’augmentation du risque de cancer du sein ou de l’ovaire chez la femme.

Le cancer de la prostate dans sa forme familiale ou héréditaire est une maladie rare.

Vous souhaitez vous informer sur cette maladie, vous exprimer librement et être écouté : contactez ou appelez gratuitement Maladies Rares Info services au  0800 40 40 43. Une équipe de professionnels répond à toutes vos questions.

Certaines populations plus exposées au cancer de la prostate

Les hommes d'origine africaine (notamment afro-antillaise) ont un risque de développer un cancer de la prostate plus important que les personnes de type Caucasien (blanc), elles-mêmes étant plus à risque que les Asiatiques.

L'exposition professionnelle aux pesticides : un risque de cancer de la prostate désormais reconnu

Le cancer de la prostate lié à une surexposition aux pesticides et en particulier à la chlordécone figure depuis décembre 2021 au tableau des maladies professionnelles.

Le terme pesticides se rapporte aux produits à usages agricoles et aux produits destinés à l'entretien des espaces verts ( ou produits phytopharmaceutiques) ainsi qu'aux biocides et aux antiparasitaires vétérinaires, qu'ils soient autorisés ou non au moment de la demande.

Si vous pensez avoir été exposé aux pesticides, vous pouvez formuler une demande de reconnaissance en maladie professionnelle (maladie professionnelle n° 61 du régime agricole et n° 102 du régime général).
En cas de reconnaissance, vous pouvez vous adresser au Fonds d'indemnisation des victimes de pesticides.

L'obésité, l'alimentation et l’environnement ont-elles un rôle dans la survenue du cancer de la prostate ?

Une alimentation déséquilibrée avec consommation importante de graisses saturées et animales et faible consommation de fruits et légumes, l'obésité avec augmentation du tour de taille et donc stockage des graisses au niveau de l' sont suspectées d'être associées à une augmentation du risque de cancer de la prostate.
 

Adénome de la prostate et cancer de la prostate : deux maladies différentes

L'adénome de la prostate ou hyperplasie bénigne de la prostate n'augmente pas le risque de cancer de la prostate.

L' de la prostate et le cancer de la prostate sont deux maladies différentes mais elles peuvent parfois coexister.

  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide médecin sur le cancer de la prostate. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 11 janvier 2024]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Biopsies ciblées dans le cancer de la prostate. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2023 [consulté le 11 janvier 2024]
  • Centre de lutte contre le cancer Léon Bérard. Le cancer de la prostate. Site internet : Santé Environnement Lyon (France) ; 2022 [consulté le 11 janvier 2024]
  • Institut national du cancer. Panorama des cancers en France 2023. Site internet : INCa. Boulogne Billancourt (France) ; 2023 [consulté le 11 janvier 2024]
  • Rozet F., Mongiat-Artus P., Hennequin C., Beauval J.B., Beuzeboc P. et al. Recommandations françaises du Comité de cancérologie de l’AFU – actualisation 2020–2022 : cancer de la prostate. Progrès en Urologie. 2020;30(12):S136-S251
  • Ploussard G, Fiard G., Barret E, Brureau L, Créhange G. Dariane C.et al. Recommandations du comité de cancérologie de l’Association Française d’Urologie - actualisation 2022-2024 : cancer de la prostate - diagnostic et prise en charge de la maladie localisée. Progrès en urologie 2022;32:1275-1372
  • Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS). Cancer de la prostate provoqué par les pesticides. Site internet : INRS. Paris ; 2022 [consulté le 11 janvier 2024]
  • Assurance Maladie. Cancer de la prostate. Site internet : Data ameli. Paris ; 2023 [consulté le 11 janvier 2024]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire