Comprendre le cancer du poumon

13 juin 2018
Le cancer du poumon ou cancer bronchopulmonaire est un cancer fréquent, en nette progression chez la femme. Le facteur de risque principal est le tabagisme actif mais aussi passif. D'autres facteurs environnementaux ou professionnels sont reconnus comme cancérigènes.

Qu’est-ce que le cancer du poumon ?

Un cancer du poumon appelé aussi cancer bronchopulmonaire ou cancer bronchique est une maladie des cellules des bronches ou plus rarement, des cellules qui tapissent les . Il se développe à partir d'une cellule normale qui se transforme et se multiplie de façon anarchique pour former une masse, appelée .

Sans traitement, la tumeur se développe dans d'autres parties du poumon, dans les ganglions lymphatiques de proximité.

Des cellules cancéreuses peuvent se détacher du cancer pulmonaire et migrer par voie sanguine ou lymphatique vers d'autres organes (cerveau, os, foie...) où elles forment de nouvelles tumeurs, appelées métastases.

© Blausen Medical

Les différents types de cancers du poumon

Le cancer du poumon se développe à partir des bronches

Il existe deux principaux types de cancers du poumon en fonction de l’origine des cellules des bronches dont ils sont issus. Ils représentent, à eux seuls, quasiment l'ensemble des cancers du poumon :

  • les cancers bronchopulmonaires non à petites cellules (85 % des cas) : il s'agit soit d'un adénocarcinome bronchique, qui prend souvent naissance en périphérie des poumons, soit d'un carcinome épidermoïde, qui se développe habituellement dans les grosses bronches soit d'un carcinome à grandes cellules, qui peut siéger dans toutes les parties du poumon.
  • les cancers bronchopulmonaires à petites cellules (15 % des cas).

Ces 2 types de cancers réagissent différemment au traitement, d'où l'importance de les distinguer au moment du diagnostic.

Le cancer du poumon à petites cellules est une

Vous souhaitez vous informer sur cette maladie, vous exprimer librement et être écouté : appelez Maladies Rares Info services, au 01 56 53 81 36.
Une équipe de professionnels répond à toutes vos questions.

L’appareil respiratoire

Schéma : appareil respiratoire et bronchioles

Le cancer du poumon est à différencier des tumeurs secondaires des poumons ou métastases

Les métastases pulmonaires se forment, la plupart du temps, à la surface des poumons et non dans les bronches, contrairement aux cancers  primitifs du poumon et elles apparaissent lorsque des cellules cancéreuses venant d'un autre organe se propagent au niveau des poumons. Le poumon, organe très irrigué, est un lieu fréquent de métastases, car les cellules cancéreuses disséminent par la circulation sanguine et lymphatique.

Certains types de cancers entraînent, plus souvent que d'autres, des métastases pulmonaires. Il s'agit principalement :

La fréquence des cancers du poumon

Avec 45 000 nouveaux cas estimés en 2015, le cancer du poumon est le deuxième cancer le plus fréquent chez l'homme et le troisième chez la femme.

67 % de ces cancers concernent les hommes et 33 % les femmes.

Alors qu’on note une stabilité de ce cancer chez l’homme depuis 1980, le cancer du poumon devient de plus en plus fréquent chez la femme et le nombre de nouveaux cas chaque année a été multiplié par 7 en 30 ans chez la femme. Cette évolution est due à une augmentation préoccupante du tabagisme chez la femme.

Quels sont les facteurs favorisant le cancer du poumon ?

Hormis les facteurs de risque génétique et l’âge, facteurs sur lesquels il est impossible d’agir, le cancer du poumon est lié à des facteurs environnementaux. Il arrive cependant qu'un cancer du poumon surviennent chez une personnes ne présentant pas de facteurs de risque et en particulier ne fumant pas de tabac.

Le tabac est la première cause du cancer du poumon.

Le risque de cancer du poumon  augmente notamment en fonction de la quantité de tabac fumé (dose de tabac) ainsi que de l'ancienneté du tabagisme (durée). Le tabac est cependant toujours nocif : il n'existe pas de seuil en dessous duquel le tabac n'est pas cancérigène. Toutes les formes de tabac consommées peuvent entraîner des cancers : cigarettes, narguilé, cigares, pipe... Arrêter de fumer est toujours bénéfique et fait partie du traitement du cancer du poumon.

Les personnes exposées au tabagisme passif, c'est-à-dire qui ne fument pas mais respirent la fumée des autres, ont un risque augmenté de cancer du poumon.

Les cigarettes "légères ou light" sont nocives

Bien qu'ayant une teneur plus faible en nicotine et en goudrons, ces cigarettes n'exposent pas à un risque moins important de cancers bronchiques. En effet, les fumeurs qui en consomment ont tendance à « tirer » plus fort et plus souvent sur leur cigarette. La fumée ainsi inhalée pénètre plus profondément dans les poumons et atteint les petites bronches et les . La conséquence en est une augmentation du nombre des cancers bronchiques périphériques.

D'autres substances peuvent être à l'origine d'un cancer du poumon : 

  • l'amiante : le risque de développer un cancer du poumon lors d'une exposition à l'amiante est multiplié par 5 en l'absence de consommation de tabac et par 50 en cas de tabagisme associé ;
  • les substances radioactives (rayons X et gamma, radon gaz radioactif incolore et inodore naturellement présent dans l'environnement de certaines régions riches en granit ou volcaniques) ;
  • le chrome, l'arsenic, le nickel, la silice, le béryllium, le cadmium, les hydrocarbures polycycliques aromatiques etc.

D'autres éléments peuvent augmenter le risque de cancer du poumon :

  • le cannabis inhalé est considéré, lui aussi, comme un facteur de risque. Il est plus riche en goudron que les cigarettes. Sa fumée, inhalée profondément, contient de nombreuses substances cancérigènes ;
  • les maladies chroniques des bronches et des poumons entraînent une inflammation et augmentent les risques de cancer du poumon. Il peut s'agir des broncho-pneumopathies chroniques obstructives (BPCO), de la tuberculose, de l'emphysème pulmonaire ;
  • la consommation, au long court, de bêta carotène à haute dose par des fumeurs ou des personnes exposées à l'amiante augmente significativement le risque ;
  • la pollution atmosphérique et les gaz d'échappement des moteurs diesel sont également impliqués.
Cancer professionnel

Environ 5 à 15 % des cancers du poumon sont liés à un contact professionnel avec des substances cancérigènes. Ce cancer peut alors être reconnu comme maladie professionnelle.

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique - Cancers broncho-pulmonaires - Guide du parcours de soins. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2013 [consulté le 12 juin 2018]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Cancer broncho-pulmonaire : le parcours de soins doit préserver en priorité une qualité de vie. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2016 [consulté le 12 juin 2018]
  • Institut national du cancer (INCa). Cancer du poumon. Site internet : INCa. Boulogne Billancourt (France) ; 2018 [consulté le 12 juin 2018]