Vivre avec un cancer colorectal

16 mai 2017
Après le traitement du cancer colorectal, un suivi est assuré par le médecin traitant et l'équipe médicale. Divers intervenants : infirmier(e), psychologue, assistant(e) social(e) et les associations de patients facilitent le retour à la vie quotidienne et la reprise des activités.

Le suivi médical après un cancer colorectal

À la suite de votre traitement, un suivi médical régulier est nécessaire. Il a pour but de rechercher des signes de récidives, l'apparition de nouveaux polypes bénins et de vous assurer une bonne qualité de vie. Votre médecin traitant effectue cette surveillance en coordination avec les médecins spécialistes qui vous ont soigné.

Cette surveillance comprend :

  • des consultations généralement tous les trois mois pendant trois ans, puis tous les six mois pendant deux ans ;
  • des coloscopies : en cas de cancer du côlon, une coloscopie de surveillance est nécessaire au moins tous les deux à trois ans, puis tous les cinq ans si aucune anomalie n’est détectée. En cas de cancer du rectum, une coloscopie est faite un an après l’intervention, puis tous les cinq ans si aucune anomalie n’est décelée ;
  • des examens complémentaires adaptés à chaque cas : actes d’imagerie (radiographie, échographie, scanner, IRM…), analyses de sang pour le dosage du appelé carcino embryonnaire (ACE).

Voici quelques conseils pour participer activement à votre suivi :

  • n'oubliez pas les consultations de contrôle chez votre médecin traitant et auprès de l' qui vous suit. Leur but est de surveiller l'évolution de la maladie ;
  • faites bien les examens demandés (examens d'imagerie, prises de sang, coloscopie...) ;
  • discutez avec votre médecin des effets indésirables des traitements et cherchez avec lui les moyens de les atténuer ou de les prévenir ;
  • consultez votre médecin devant tout symptôme qui vous paraîtrait anormal ;
  • de manière générale, exprimez vos difficultés et vos attentes, posez toutes les questions que vous souhaitez pendant les consultations, et pensez à noter vos nouvelles questions entre deux rendez-vous.
Reconnaissance du cancer du côlon comme affection de longue durée

Si vous souffrez d’un cancer du côlon ou du rectum, votre médecin traitant peut demander sa reconnaissance au titre d'affection de longue durée (ALD). Les examens et les soins en rapport avec votre cancer sont alors pris en charge à 100 %, sur la base des tarifs de remboursement de l’Assurance Maladie.

La vie au quotidien après un cancer colorectal

La prise en charge du cancer colorectal est globale et comprend tous les soins et soutiens dont vous pourriez avoir besoin dès le diagnostic. Et ce, pendant et après les traitements : soutien psychologique pour vous et vos proches, accompagnement social, prise en charge de la douleur, suivi nutritionnel, etc.

De nombreux réflexes sont à adopter lors de la vie quotidienne :

  • conservez une alimentation équilibrée et suffisante, même lorsque vous manquez d'appétit. Si vous êtes porteur d'une stomie, demandez conseil à votre médecin. Votre alimentation est adaptée de façon à ne pas souffrir de constipation ou de diarrhée ;
  • essayez de rester actif, tant pour votre moral que pour votre état de santé général ;
  • dormez suffisamment ;
  • si vous étiez fumeur, faites-vous aider pour l'arrêt du tabac ;
  • limitez votre consommation d'alcool.
En cas de , un infirmier entéro-stomathérapeute vous accompagne

Si vous êtes porteur d’une , vous êtes accompagné par un infirmier entéro-stomathérapeute. Il vous aide dans la recherche d’un appareillage adapté, et vous guide pour effectuer la toilette de la . Vous recevez ses conseils et ceux de votre médecin traitant sur l’alimentation (connaissance des effets des aliments sur le transit) et la possibilité de pratiquer une activité physique ou sportive.

Vous pouvez ressentir de l’angoisse à différents moments, suite à l’annonce de la maladie, au cours du traitement ou lorsque celui-ci est terminé. Dans tous les cas, il est important d’exprimer ses doutes et ses craintes à vos proches et d’en parler à l’équipe soignante. Vous pourrez ainsi être écouté et bénéficier, si nécessaire, d’un soutien psychologique. Selon vos besoins et vos souhaits, vous pouvez être orienté :

  • vers un professionnel (psychologue ou psychiatre),
  • vers des groupes de parole,
  • vers des associations de patients.

Le soutien psychologique peut également être proposé à vos proches.

Ces aides à domicile peuvent être proposées en cas de difficulté dans la vie quotidienne. Qu’il s’agisse d’une auxiliaire de vie ou d’une technicienne de l’intervention sociale et familiale, ces professionnels pourront vous aider dans les gestes du quotidien comme le lever, la toilette ou l’alimentation, les activités domestiques, les démarches administratives, l’organisation de la vie familiale…

Pour obtenir de l’aide dans votre vie quotidienne, renseignez-vous auprès :

  • des assistants sociaux (mairie, hôpital, Assurance Maladie) ;
  • la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH).

Après votre arrêt de travail, la possibilité de reprise du travail est étudiée par votre médecin traitant en lien avec le service de médecine du travail. Vous pouvez demander à bénéficier d'une visite de pré-reprise avec le médecin du travail pour préparer votre retour au travail.

Lorsque vous retournez en entreprise, après plus de 30 jours d’absence, une visite de reprise auprès du médecin du travail est obligatoire dans un délai de huit jours. Ce rendez-vous permet d'évaluer votre aptitude au poste que vous occupez et de proposer, si besoin, des mesures adaptées.

Selon la profession, les horaires peuvent être aménagés.

La reprise du travail peut également être étudiée sous la forme d'un temps partiel thérapeutique de durée limitée.

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique - Cancer colorectal. Adénocarcinome. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 21 mars 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Cancer colorectal. Actes et prestations. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 21 mars 2016]
  • Institut national du cancer (INCa). Le cancer colorectal. Site internet : INCa. Boulogne Billancourt (France) ; 2015 [consulté le 21 mars 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Dépistage et prévention du cancer colorectal. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2013 [consulté le 21 mars 2016]