Le traitement du cancer du col de l’utérus

26 février 2019
Le cancer du col de l'utérus est soigné par une équipe médicale pluridisciplinaire. Adapté à chaque cas, le traitement repose sur la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie. Ces traitements peuvent être utilisés seuls ou en association, selon le type de la tumeur et son stade de développement.

La consultation spécifique pour l'annonce du traitement

Le chirurgien, le , le cancérologue et le médecin traitant se concertent pour prescrire le ou les traitements les plus adaptés au cancer du col de l’utérus à soigner. Lors d’une consultation spécifique, les traitements choisis sont présentés au patient et l’équipe soignante tient compte de son avis.

Différents types de traitements peuvent être utilisés seuls ou associés entre eux selon le type de tumeur et son étendue définie par :

  • sa taille ;
  • sa profondeur dans la du col ;
  • son extension éventuelle aux structures ou aux organes voisins ;
  • son extension éventuelle à des organes plus éloignés (métastases).
Comment se fait le choix d’un traitement ?

De même qu’il n’y a pas un cancer, mais de multiples cancers aux caractéristiques différentes, il existe, pour chaque patient, de nombreux critères à prendre en compte afin d’orienter le choix du traitement. Ces critères sont médicaux : type de cancer, organe atteint, stade d’évolution, éléments biologiques… Ils sont également individuels : âge de la personne malade, état général, psychologique, statut socioprofessionnel, etc.

Le traitement chirurgical du cancer du col de l'utérus

En fonction du stade du cancer, différents types d’intervention chirurgicale sont possibles.

La conisation du col de l'utérus

Elle permet de prélever un fragment de forme conique des couches plus profondes du col de l’utérus. Parfois, l’intervention réalisée sous anesthésie ou générale permet de retirer toutes les cellules cancéreuses et aucun autre traitement n’est alors nécessaire. Une surveillance est mise en place.
Durant deux à quatre semaines suivant l’intervention, de légères crampes, de l’inconfort et des saignements vaginaux peuvent survenir. Il est déconseillé d’avoir des relations sexuelles et d’utiliser des tampons pendant cette période.

L’amputation du col de l'utérus ou trachélectomie

Cette intervention qui retire le col utérin permet de traiter de petites tumeurs du col de l’utérus. Cette chirurgie conserve le corps de l'utérus et peut être proposée aux femmes jeunes qui envisagent une grossesse.

L’hystérectomie et la colpo-

L' simple est rarement pratiquée et elle est réservée aux tumeurs de très petite taille.

Le plus souvent, en cas de cancer du col de l'utérus, l'intervention est une colpo- élargie qui consiste à enlever tout l’utérus, le col de l’utérus, les trompes utérines et la partie supérieure du vagin, fréquemment les ainsi que les tissus environnants malades si besoin. L’ablation des ganglions du bassin (appelée curage ganglionnaire) est parfois aussi nécessaire.

La colpo- élargie peut être précédée d'un curiethérapie du col de l'utérus.

À la suite de l’opération, la reprise des activités est progressive, selon la tolérance de la personne. L’immobilité totale n’est pas recommandée et le médecin indique à sa patiente l’activité qui lui est conseillée très tôt après l’intervention. Les relations sexuelles et l'usage de tampons sont déconseillés pendant 6 semaines.

À la suite d’une , les femmes n’ont plus de règles, la perception de leur corps et leur sexualité peuvent également changer. Il ne faut pas hésiter à en parler à son médecin.

Chirurgie du cancer du col de l'utérus : quelle voie d'abord ?

Selon chaque cas, le chirurgien peut intervenir par :

  • laparotomie : il ouvre la paroi abdominale par une incision verticale entre le nombril et le pubis ;
  • cœlioscopie : il réalise trois ou quatre petites incisions qui lui permettent d’insérer un système optique, ainsi que des instruments chirurgicaux à l’intérieur du pelvis ;
  • voie vaginale : il accéde à la tumeur en passant directement par le vagin.

La radiothérapie en cas de cancer du col de l'utérus

Dans le cas d’un cancer du col de l’utérus, la radiothérapie peut être associée à la chirurgie.

La radiothérapie externe

Il s’agit d’un traitement par rayons X de haute énergie destiné à détruire les cellules du cancer du col de l'utérus. Le programme des séances est établi à l’avance.

Il existe des effets secondaires : diarrhées les deux premières semaines, crises hémorroïdaires, inflammation de la peau au niveau de la région irradiée. Les effets secondaires disparaissent normalement dans les semaines ou les mois qui suivent la fin du traitement.

La curiethérapie

La curiethérapie est une méthode de radiothérapie interne. Des éléments radioactifs sont placés directement à l’intérieur du col de l’utérus ou à proximité de la tumeur.

Les effets secondaires sont peu nombreux : pertes blanches, saignements.

Traitement par chimiothérapie du cancer du col de l'utérus

Selon les cas de cancer du col de l’utérus, une chimiothérapie peut être prescrite avant et/ou après un traitement par chirurgie ou par radiothérapie.

  • Avant la chirurgie, le but est d’essayer de diminuer la taille de la tumeur pour faciliter l’intervention chirurgicale.
  • Après la chirurgie, la chimiothérapie complète le traitement, bloque la multiplication des cellules cancéreuses et empêche leur migration vers d’autres parties du corps (métastases).

En cas de chimiothérapie par voie veineuse, la mise en place d’une chambre implantable est nécessaire. Il s’agit d’un petit boîtier placé sous la peau (généralement au niveau du thorax), relié à un cathéter (tuyau souple et fin glissé dans une veine). Ce dispositif reste en place en permanence, pendant toute la durée de la chimiothérapie, puis de la surveillance après traitement. Il permet d’injecter les médicaments à travers la peau tout en préservant les veines du patient. La chambre implantable offre aussi un meilleur confort de vie, car elle permet de poursuivre les activités quotidiennes.

Les effets secondaires de la chimiothérapie ne sont pas systématiques et ne durent que le temps du traitement : nausées, inflammation de la bouche, diarrhée ou constipation, chute des cheveux, fatigue, perturbation du cycle menstruel, anomalies sanguines. D’importants progrès ont été réalisés afin d’éviter ou de minimiser ces effets secondaires.

  • Institut national du cancer (INCa). Le cancer du col de l'utérus. Site internet : INCa. Boulogne Billancourt (France) ; 2015 [consulté le 19 novembre 2018]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Cancer invasif du col utérin. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2010 [consulté le 19 novembre 2018]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Actes et prestations sur le cancer invasif du col utérin. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 19 novembre 2018]
  • Société canadienne du cancer. Qu'est-ce le cancer du col de l'utérus ? Site internet : Société canadienne du cancer. Toronto (Canada) ; 2017 [consulté le 19 novembre 2018]
  • Caisse nationale de l'Assurance Maladie (CNAM). Arrêt de travail. Conisation du col de l’utérus, après avis de la HAS. Site internet : ameli. Paris ; 2011 [consulté le 19 novembre 2018]
  • Caisse nationale de l'Assurance Maladie (CNAM). Arrêt de travail. Hystérectomie, après avis de la HAS. Site internet : ameli. Paris ; 2011 [consulté le 19 novembre 2018]