Le dépistage organisé du cancer du col de l’utérus

Le dépistage du cancer du col de l'utérus par l'analyse des cellules du col et/ou la réalisation du test HPV-HR, au cours d'un frottis, est, avec la vaccination contre le papillomavirus, le meilleur moyen de lutter contre ce cancer.

Le cancer du col de l'utérus est un cancer évitable grâce à 2 interventions : la vaccination contre les papillomavirus humains (HPV pour « Human papillomavirus ») et le dépistage des lésions précancéreuses.

Pourquoi est-il important de faire régulièrement le dépistage du cancer du col de l'utérus ?

Les cancers du col de l’utérus sont principalement dus à une infection persistante (d’une durée de 10 à 15 ans) par des virus appelés papillomavirus humains (virus du papillome humain ou HPV, abréviation de human papillomavirus) et transmis par voie sexuelle.

L’infection par un virus HPV est très courante (80 % des adultes ont une infection à HPV au cours de leur vie) et guérit le plus souvent spontanément. Mais dans 10 % des cas, le virus persiste au niveau de la du col utérin et, s’il s’agit d’un HPV dit « à haut risque », il peut alors provoquer des modifications de l’épithélium du col de l'utérus, appelées lésions précancéreuses, susceptibles d’évoluer vers un cancer.

Le dépistage permet de détecter la présence du virus ou d'anomalies des cellules du col de l'utérus et donc de les traiter avant qu’elles n’évoluent en cancer ou de diagnostiquer des cancers à un stade précoce et ainsi d’améliorer les chances de guérison.

Le dépistage du cancer du col de l'utérus est proposé à toutes les femmes âgées de 25 à 65 ans, sauf indication contraire du médecin.

Consultez le site de l’Institut national du cancer dédié au dépistage du cancer du col de l'utérus.

Retrouvez la vidéo « Cancer du col de l'utérus : pourquoi c’est important de se faire dépister ? » sur la chaîne YouTube de l'Institut national du cancer.

Interview du Dr Dominique Martin, médecin-conseil national à l’Assurance Maladie (vidéo 3 minutes)

Le Dr Dominique Martin fait un état des lieux des dépistages en France et rappelle leur importance. Il détaille aussi les propositions présentées dans le rapport annuel de l’Assurance Maladie (site institutionnel) pour encourager la participation aux campagnes de dépistage organisé des cancers.

[Interview de Dominique Martin, face caméra]

Le cancer du sein détecté précocement guérit dans 90 % des cas, plus de 90 % des cas. Si par contre on attend le stade des métastases, cette chance de guérison tombe à 25 %.

[Le nom de la série de vidéos « Améliorer la santé de demain : les propositions de l’Assurance Maladie » s’affiche à l’écran]

[Le titre de la vidéo « Améliorer le taux de participation aux dépistages organisés des cancers » s’affiche à l’écran]

Avec les pathologies neurocardiovasculaires, les cancers sont la principale source de morbidité, de maladie et de mortalité dans notre pays.
Parmi les cancers, il y a trois cancers importants qui constituent l’essentiel des cancers les plus fréquents : le cancer du sein chez la femme, le cancer de l’utérus et le cancer colorectal.
On sait par expérience et on l’a démontré que détectés de manière précoce, ces cancers présentent des chances de guérison beaucoup plus importantes.

Par exemple, le cancer du sein détecté précocement guérit dans 90 % des cas, plus de 90 % des cas. Si par contre on attend le stade des métastases, cette chance de guérison tombe à 25 %. Et c’est la même chose pour le cancer colorectal et le cancer de l’utérus.

Il est donc essentiel de diagnostiquer ces cancers de façon précoce, de façon organisée, et de façon régulière : c’est ce qu’on appelle les politiques de dépistage qu’on propose à la population.

Pour autant en France on est en retard sur le dépistage. On est traditionnellement en retard par rapport à nos pays voisins équivalents et, on l’observe depuis quelques temps, il y a une dégradation du taux de dépistage dans notre pays. Le covid a fortement impacté, et négativement, le dépistage. Lors du premier confinement le dépistage s’est totalement effondré. Il est quasiment tombé à zéro. On a retrouvé aujourd’hui des taux qui étaient ceux d’avant la crise covid mais pour autant on n’a pas rattrapé le retard qui avait été pris à cette période.
C’est pourquoi l’Assurance Maladie en lien avec l’Institut National du Cancer, a décidé de mettre en place une politique de dépistage ambitieuse avec plusieurs axes.
Le 1er c’est un axe de communication, d’information et d’accompagnement des assurés et des professionnels de santé.
Et par ailleurs, l’Assurance Maladie va envoyer aux médecins traitants la liste de leurs patients qui n’ont pas répondu à l’offre de dépistage de façon à ce que le médecin traitant puisse en échanger, en discuter avec son patient et le convaincre de se faire dépister.

Et puis dans un 2e temps, d’ici l’année prochaine, l’Assurance Maladie enverra à travers amelipro une forme dématérialisée et, de manière régulière – 2 fois par an – le médecin recevra la liste de ses patients qui n’ont pas répondu à l’offre de dépistage et pour lesquels un échange est nécessaire entre le médecin et le patient.

L’objectif de cette politique c’est évidemment d’améliorer le taux de dépistage, c’est très important pour retrouver des taux de dépistage équivalents à ceux de nos voisins européens mais in fine, surtout d’améliorer et de diminuer le risque de maladie, et surtout de diminuer la mortalité liée à ces cancers.

[Le logo de l’Assurance Maladie apparait en clôture de la vidéo]

Pourquoi me faire dépister si je me sens bien ?

Parce que les examens de dépistage sont justement des examens de surveillance, en l’absence de symptômes, un peu comme on surveille son taux de cholestérol, par exemple.

Le but : pouvoir agir très tôt, avant que le cancer du col de l’utérus ne se développe.

Le dépistage du cancer du col de l'utérus selon l'âge

Entre 25 et 29 ans

Pour les femmes entre 25 et 29 ans, le test de dépistage est réalisé par examen cytologique ou examen des cellules prélevées lors du frottis du col de l'utérus :

  • les 2 premiers tests réalisés à 1 an d’intervalle ;
  • puis, si les résultats sont normaux, un frottis à 3 ans.

L'analyse des cellules du col de l'utérus

Pour l'analyse cytologique (analyse des cellules du col), le professionnel de santé prélève des cellules sur le col, à l’aide d'une petite brosse. Ces cellules prélevées sont introduites dans un récipient qui sera envoyé au laboratoire pour analyse. L’examen cytologique est l'examen au microscope de cellules du col de l'utérus, à la recherche d’anomalies des cellules. Si le résultat de ce test est anormal, la présence de virus HPV à haut risque (HPV-HR) pourra être recherchée, dans certains cas, sur le même prélèvement.

Entre 30 et 65 ans

Pour les femmes de 30 ans à 65 ans, le test de dépistage est le test HPV-HR ou détection des virus HPV-HR. Ce test est réalisé sur des cellules prélevées au niveau du col de l’utérus, lors du frottis du col de l'utérus.

À la différence de l’examen cytologique qui s’intéresse à l'aspect des cellules, le test HPV-HR cherche la présence du virus HPV à haut risque chez les femmes. Il remplace l’examen cytologique du frottis.

Le test HPV-HR est réalisé :

  • 3 ans après le dernier examen cytologique dont le résultat est normal ;
  • puis tous les 5 ans, jusqu’à l’âge de 65 ans, dès lors que le résultat du test est négatif.

Le test HPV-HR ou détection des virus HPV-HR sur les cellules du col de l'utérus prélevées

Pour le test HPV-HR, les lames sur lesquelles les cellules prélevées sont déposées sont plongées dans un liquide, ce qui permet de rechercher la présence du virus. En effet, le test HPV-HR recherche, dans les cellules du col de l'utérus, les virus HPV-HR qui peuvent entraîner des anomalies cellulaires et des cancers du col de l’utérus. Si ce test de dépistage HPV est positif, on recherchera la présence d’anomalies des cellules sur le même prélèvement.

Si les résultats donnés par le laboratoire d'analyses font suspecter une anomalie, des examens complémentaires seront pratiqués.

Le frottis du col de l'utérus : analyse des cellules du col de l'utérus et test HPV-HR

Le frottis du col de l'utérus est un examen simple et indolore qui ne prend que quelques minutes. Il permet l'analyse des cellules du col de l'utérus (cytologie) et/ou la réalisation d'un test HPV-HR (détection de la présence du virus HPV).

Qui réalise un frottis du col de l'utérus ?

Le frottis de dépistage peut être réalisé :

  • par votre médecin (gynécologue ou généraliste) au cours d’une consultation ;
  • par votre sage-femme, lors d'une consultation de contraception et de suivi gynécologique de prévention ;
  • dans un centre de santé, un centre d'examens de santé de l'Assurance Maladie, un centre mutualiste, un centre de planification et d’éducation familiale ou un hôpital ;
  • dans un laboratoire de biologie médicale ou un cabinet médical d’anatomocytopathologie ;
  • par une infirmière de centre de santé qui remplit les conditions pour pratiquer le test dans le cadre de protocoles de coopération entre professionnels de santé ;
  • auprès d’associations intervenant auprès des populations très éloignées du système de santé (accompagnement au dépistage, médiation sanitaire, unités mobiles, etc.).

Programme national de dépistage du cancer du col de l'utérus

Ce programme national de dépistage a pour objectifs de réduire le nombre de cancers du col de l’utérus et la mortalité liée à ce cancer, d’améliorer l’information ainsi que la qualité de suivi ou des soins. Il garantit à chaque femme un accès égal au dépistage du cancer du col de l’utérus sur l’ensemble du territoire et un niveau de qualité élevé.

Dans le cadre de ce programme, l’analyse de l'examen cytologique et du test HPV réalisés lors du frottis de dépistage est prise en charge à 100 % par l'Assurance Maladie. Pour bénéficier de cette prise en charge à 100 %, il faut que la femme ait reçu le courrier d’invitation sur son compte ameli (conservée pendant 6 mois puis supprimée automatiquement) ou par voie postale.

Le prélèvement cervico-utérin est pris en charge à 70 % sur la base du tarif conventionnel par l’Assurance Maladie. Le montant restant est généralement remboursé par les mutuelles (complémentaires santé).

Envoi des invitations au dépistage organisé du cancer du col de l’utérus par l’Assurance Maladie

Depuis janvier 2024, les invitations au dépistage du col de l’utérus sont adressées par l’Assurance Maladie aux patientes n’ayant pas réalisé le dépistage dans les délais recommandés. Désormais, pour les patientes disposant d’un compte ameli, l’invitation est dématérialisée et déposée dans le compte, où elle est conservée durant 6 mois. Les patientes qui ne disposent pas d’un compte ameli reçoivent une invitation par voie postale (sans étiquettes avec code-barres).

En conséquence, pour les 2 formats, les invitations à ce dépistage ne comportent plus d’étiquettes. La prise en charge à 100 % de l’analyse du prélèvement est ouverte sur simple présentation de l’invitation – y compris au format dématérialisé.

En cas de question sur votre éligibilité, vous pouvez vous adresser à un professionnel de santé. Le cas échéant, vous pouvez demander votre exclusion temporaire ou définitive du dépistage en renvoyant le formulaire mis à votre disposition au bas de cette page. 

À noter : les formulaires d’exclusions envoyés depuis le début d’année 2024 sont en cours de traitement. Durant cette phase de traitement, vous êtes susceptible recevoir une relance vous invitant à réaliser votre dépistage organisé. Le cas échéant, il convient de ne pas en tenir compte. Nous nous excusons pour la gêne occasionnée.

Cancer du col de l'utérus : information des médecins traitants sur l’éligibilité de leurs patients au dépistage organisé

Pour améliorer la participation au dépistage organisé du cancer du col de l'utérus, l’Assurance Maladie adresse aux médecins traitants la liste de leurs patientes qui n’ont pas effectué ce dépistage. Les informations fournies aux médecins traitants leur permettront d’identifier leurs patientes éligibles au dépistages organisé, afin d’échanger avec elles.

Cette action s’inscrit dans les missions de prévention de l’Assurance Maladie et relève d’une mission d’intérêt public. Le texte de loi autorisant cette transmission prévoit la possibilité de s’y opposer en se rendant sur : https://www.declare-opposition.ameli.fr/.

L’opposition porte sur l’envoi des informations aux médecins traitants pour le dépistage organisé du cancer du col de l'utérus, ainsi que pour les dépistages organisés du cancer du sein et du cancer colorectal. Elle est valable pour tous les envois à compter de la date de déclaration de l’opposition.

Plus d’informations sur cette action dans le document « Dépistages organisés des cancers : envoi de listes aux médecins traitants (PDF) ».

Des ressources en langage « facile à lire et à comprendre » (FALC)

Consultez les informations en langage « facile à lire et à comprendre » (FALC) sur le dépistage du cancer du col de l'utérus, en téléchargeant la bande dessinée intitluée Le dépistage du cancer du col de l'utérus, réalisée par l’association CoActis Santé dans le cadre de son projet SantéBD.

  • Arrêté du 16 janvier 2024 relatif aux programmes de dépistages organisés des cancers. JORF n°0021 du 26 janvier 2024 
  • Arrêté du 4 mai 2018 relatif à l'organisation du dépistage organisé du cancer du col de l'utérus. JORF n°0105 du 6 mai 2018
  • Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF). Fiche d’information des patientes – Frottis cervical de dépistage. Site internet : CNGOF. Paris ; 2017 [consulté le 21 juin 2023]
  • Santé publique France. Dépistage du cancer du col de l’utérus. Site internet : Santé publique France. Saint Maurice (France) ; 2022 [consulté le 21 juin 2023]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Dépistage du cancer du col de l’utérus : le test HPV-HR recommandé chez les femmes de plus de 30 ans. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2020 [consulté le 21 juin 2023]
  • Arrêté du 1er mars 2021 relatif à l’autorisation du protocole de coopération « Réalisation du frottis cervico-utérin (FCU) de dépistage du cancer du col de l’utérus par l’infirmière du centre de santé ». Journal officiel de la République française du 3 mars 2021
  • Institut national du cancer (INCa). Le cancer du col de l'utérus. Site internet : INCa. Boulogne Billancourt (France) ; 2023 [consulté le 20 juin 2023]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Dépistage du cancer du col de l’utérus. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2020 [consulté le 20 juin 2023]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
Le champ avec astérisque (*) est obligatoire.