Adolescents et adultes : se protéger de la musique et des sons amplifiés

Écouter de la musique grâce à un casque ou dans des lieux diffusant de la musique amplifiée (discothèques, salles de concerts, festivals, etc.) fait l’objet de mesures prioritaires de prévention

Diffusion de musiques et de sons amplifiés : mesures collectives et réglementation

La loi de modernisation du système de santé de 2016 donne un cadre précis à la prévention des risques en matière de bruit. Le décret du 7 août 2017 relatif à la prévention des risques liés aux bruits et aux sons amplifiés définit l’ensemble des mesures obligatoires.

Quels lieux sont concernés par les limitations sonores ?

Les limitations sonores concernent tous les lieux ouverts ou fermés (salle de concert, bar, festival, cinéma, galerie commerciale…) accueillant des activités impliquant la diffusion de sons amplifiés à des niveaux sonores élevés.

Quels sont les seuils à ne pas dépasser ?

Ces lieux ne doivent pas dépasser, à aucun moment et en aucun endroit accessible au public, les niveaux de pression acoustique continus équivalents à 102 dB(A) sur 15 minutes et 118 dB(C) sur 15 minutes.

Lorsque ces activités impliquant la diffusion de sons amplifiés sont spécifiquement destinées aux enfants jusqu'à l'âge de 6 ans révolu, ces niveaux de pression acoustique ne doivent pas dépasser 94 dB(A) sur 15 minutes et 104 dB(C) sur 15 minutes.

Décibels A et B : de quoi parle-t-on ?

L’unité de mesure classique est le A (dB A).

La règlementation complète cette donnée avec les décibels C (dB C) qui évaluent plus finement la pression sonore importante dans les basses fréquences.

L’utilisation de ces types de mesures permet une estimation plus précise des niveaux sonores.

Affichage en continu et enregistrement des décibels émis

Certains établissements ont l’obligation d’afficher en continu les niveaux sonores en dB(A) et dB(C) auxquels le public est exposé, à proximité du système de contrôle de la sonorisation.

Cet affichage concerne les discothèques, les lieux dont la capacité d'accueil est supérieure à 300 personnes, les festivals, et les lieux diffusant des sons amplifiés à titre habituel. En sont exclus : les établissements de spectacles cinématographiques et établissements d'enseignement de création artistique.

Ces établissements ont également l'obligation d'enregistrer en continu le son diffusé et de conserver les enregistrements pendant 6 mois en cas de contrôle.

Mesures de protection du public obligatoires

Les festivals et les lieux diffusant des sons amplifiés à titre habituel (quelle que soit la capacité d’accueil) doivent mettre en place des mesures de protection du public. Ces mesures sont les suivantes :

  • des stands ou d’autres systèmes d’information doivent être mis en place pour avertir le public sur les risques de l’exposition aux forts décibels ;
  • des protections auditives individuelles et gratuites doivent être proposées ;
  • des zones de repos doivent être aménagées pour éviter une exposition constante au bruit ;
  • à défaut d’espace de tranquillité dédié, des plages sonores s’élevant à 80 décibels maximum doivent être prévues (périodes de repos auditif).

Les établissements de spectacles cinématographiques et les établissements d'enseignement de création artistique n’ont pas obligation de mettre en place ces mesures.

Mesure des impacts des nuisances sonores

Le responsable de l’établissement ou de l’organisation d’un festival est chargé de mener une étude sur l’impact des nuisances sonores pouvant nuire à la tranquillité et à la santé du voisinage.

Pour vérifier la protection des riverains, des agents sont chargés du contrôle et réalisent des constats à l’oreille pour les troubles les plus manifestes.

Une égalité de traitement entre les riverains proches et éloignés des lieux est exigée.

Quels sont les niveaux de bruit qui vous entourent ?

Conseils pour se protéger lors de l’écoute de la musique

Pour que l’écoute de la musique soit un plaisir sans mettre en danger votre audition, adoptez quelques réflexes. L'intensité du bruit mais aussi la durée d'exposition au bruit sont en cause dans la survenue de la surdité. Ce risque concerne plus particulièrement les adolescents et jeunes adultes.

Si vous avez un baladeur mp3

  • Utilisez les casques ou les écouteurs fournis avec l’appareil ; ils garantissent un volume sonore maximum de 100 dB.
  • Réglez le volume dans un endroit calme, à la moitié du volume maximum.
  • Privilégiez les casques aux écouteurs.
  • Limitez votre durée d'écoute (pas plus d’une heure par jour).
  • Ne cherchez pas à couvrir les bruits extérieurs et évitez d’augmenter le volume lorsque l’environnement est sonore (circulation automobile, métro, etc.).
  • Ne vous endormez pas avec un casque ou des écouteurs en fonctionnement.

En discothèque ou lors d’un festival

Les niveaux sonores sont souvent très élevés en boîte de nuit, avec des valeurs de l’ordre de 100 à 110 dB(A) et des maximales à 120 dB(A) environ.

En concert, la musique rock est responsable des niveaux les plus élevés (105 dB(A) en moyenne) avec des valeurs maximums enregistrées à 138 dB(A) devant la scène et 139,5 dB(A) à proximité des haut-parleurs.

  • Éloignez-vous des enceintes. Le plus souvent, le son diminue rapidement lorsqu’on s’éloigne de la source. Cependant, cela n’est plus vrai pour certains systèmes de sonorisation qui diffuse le son de manière égale dans l’espace d’écoute.
  • Portez des bouchons d’oreilles (protections anti-bruit) en suivant le mode d’emploi. Surtout pendant un concert, ne les enlevez pas et à la fin du concert, retirez-les dans un endroit calme pour ne pas exposer brutalement vos oreilles à un volume sonore élevé.
  • Faites des pauses de 30 minutes toutes les 2 heures ou de 10 minutes toutes les 45 minutes dans un endroit calme.

Voir la vidéo de l'Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) « Comment bien mettre ses bouchons d’oreille »

Des conseils spécifiques pour les adolescents

Apprenez à votre adolescent à vivre dans un univers sonore de qualité.

  • Limitez l’usage de la musique diffusée et évitez qu’il soit proche d’une enceinte.
  • Veillez à ce que sa chambre soit calme et pendant qu’il dort, respectez son sommeil (ne passez pas l’aspirateur, ne mettez pas de musique forte, etc.).
  • Faites vivre votre adolescent dans un univers calme en évitant de claquer les portes, en mettant des feutres sous les pieds de chaises, etc.
  • Votre adolescent en grandissant aura envie d’écouter de la musique ou de jouer aux jeux vidéo : limitez le volume et le temps passé avec des écouteurs (pas plus d’une heure par jour et à la moitié du volume).
  • Ne laissez pas votre adolescent dormir avec des écouteurs.
  • Apprenez à votre adolescent à faire ses activités et ses devoirs dans le calme. 

Quels sont les niveaux de bruit qui vous entourent ?

Testez votre audition

Le test Höra peut être fait grâce à une application mobile à télécharger. Ce test de repérage de l’audition a été développé par des experts en audiologie et mis à disposition gratuitement par la Fondation Pour l’Audition. Il permet d’évaluer de façon fine son audition grâce à un test auditif dans le bruit. Concrètement, il faut reconnaître des séries de 3 chiffres dans le bruit présentés  simultanément et de façon indépendante aux deux oreilles. Il dure 3 minutes.

Ce test ne remplace pas un test professionnel, chez un ORL, mais est un premier outil de prévention et de repérage précoce de troubles auditifs avant de consulter un professionnel.

Alcool, substances toxiques et bruit : quels risques ?

La prise d’alcool, de médicaments et de substances toxiques modifie la perception des risques et des sons et diminue la sensation de douleur auditive !

Des ressources en langage « facile à lire et à comprendre » (FALC)

Consultez les informations en langage « facile à lire et à comprendre » (FALC) sur le fonctionnement des oreilles et le déroulement d’une consultation chez un médecin ORL, en téléchargeant la bande dessinée L’audition - la santé de mes oreilles (PDF), réalisée par l’association CoActis Santé dans le cadre de son projet SantéBD.

  • Haut Conseil de la santé publique Niveaux acceptables d’expositions aux niveaux sonores élevés de la musique. Site : HCSP. Paris ; 2013 [consulté le 30 août 2022]
  • Institut national de recherche et de sécurité. Exposition au bruit. Site : INRS. Paris ; 2022 [consulté le 30 août 2022]
  • Ministère de la Santé et de la prévention. Prévention des risques liés au bruit. Site : Ministère des solidarités et de la santé. Paris ; 2022 [consulté le 30 août 2022]
  • Gouvernement du Québec. Effets du bruit environnemental sur la santé physique. Site : Québec.ca. Québec (Canada) ; 2022 [consulté le 30 août 2022]
  • Environnement sonore des nouveau-nés prématurés dans des services hospitaliers franciliens. Evaluation et recommandations Décembre 2018. ARS Ile-de-France. Site : ARS Ile-de-France. Saint-Denis (France) ; 2018 [consulté le 30 août 2022]
  • Centre d’information et de documentation sur le bruit (CIBD). Grandir avec les sons. Site internet : bruit.fr. Paris ; 2014 [consulté le 30 août 2022]
  • Ministère de l'Intérieur. Les sons amplifiés : quelle règlementation applicable ? Ministère de l’Intérieur. Paris ; 2021 [consulté le 30 août 2022]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
Le champ avec astérisque (*) est obligatoire.