Prévenir la BPCO

29 mars 2017
Pour prévenir la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), il est important de ne pas fumer ou d'arrêter sa consommation de tabac. Le tabagisme passif est également un facteur favorisant. Les expositions professionnelles aux agents nocifs sont à éviter.

Ne pas s'exposer au tabac

La seule façon de prévenir l'apparition ou l'aggravation de la BPCO est de ne pas fumer ou d’arrêter la consommation de tabac. Il faut également veiller à éviter les atmosphères enfumées.

En arrêtant de fumer, vous agissez pour améliorer votre respiration et, en même temps, pour limiter le risque de maladies cardiovasculaires.

Votre médecin traitant peut vous aider et vous conseiller sur l'arrêt du tabac.

Les bénéfices de l’arrêt du tabac

En arrêtant de fumer, vous agissez pour améliorer votre respiration et, en même temps, pour limiter le risque de maladies cardiovasculaires :

  • 20 minutes après l'arrêt du tabac, votre pression sanguine et vos pulsations cardiaques redeviennent normales ;
  • 24 heures après avoir fumé votre dernière cigarette, le monoxyde de carbone est complètement éliminé de votre corps, vos poumons commencent à éliminer le et les résidus de fumée ;
  • après 48 heures, le goût et l'odorat s'améliorent ;
  • après 72 heures, votre respiration est plus facile, votre énergie augmente ;
  • au bout de trois à neuf mois, les problèmes respiratoires et la toux s'apaisent, votre voix devient plus claire ;
  • après cinq ans sans tabac, le risque d'avoir un infarctus du est deux fois moins élevé que celui d'un fumeur ;
  • dix ans après l'arrêt du tabac, le risque d'avoir une crise cardiaque redevient équivalent à celui d'une personne qui n'a jamais fumé.

Supprimer une exposition professionnelle

Dans les cas où une exposition professionnelle est responsable de la BPCO, il faut éviter d'être en contact avec l’agent nocif. Si vous vous posez des questions, adressez-vous à votre médecin du travail.

Diagnostiquer précocement la BPCO

Chez les personnes de plus de 40 ans, exposées au tabac, présentant des symptômes de toux, d' ou d'essoufflement, une mesure du souffle par spirométrie permet de diagnostiquer précocement une BPCO. Si vous êtes dans ce cas, parlez-en à votre médecin traitant.

Sources
  • Comité national contre les maladies respiratoires. Maladies respiratoires : BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive). Site internet : La fonction du souffle. Paris ; 2012 [consulté le 29 août 2013]