Le traitement de la boulimie et de l'hyperphagie boulimique

La prise en charge précoce de la boulimie et de l'hyperphagie boulimique est un facteur déterminant de guérison. Elle permet d'éviter la survenue de complications ou une évolution vers la chronicité. Le traitement porte à la fois sur l'aspect médical et psychologique de la maladie.

Boulimie et hyperphagie boulimique : une souffrance longtemps méconnue

Comme pour l’anorexie mentale, un repérage précoce de la boulimie et de l’hyperphagie boulimique améliore le pronostic et favorise la guérison. Plus la durée d’évolution de la pathologie est longue, plus les complications et le risque de rechute et de séquelles somatiques, psychologiques et sociales sont importants.

Les personnes boulimiques restent souvent durant de longues périodes dans des situations de souffrance méconnues par les médecins traitants ou les infirmières scolaires en raison notamment de la culpabilité et de la honte liées aux troubles du comportement alimentaire.
De plus, contrairement aux personnes souffrant d’anorexie mentale, dont l’indice de masse corporelle (IMC) est généralement inférieur à la normale, les personnes souffrant de boulimie ont généralement un IMC normal en raison de la mise en place de comportements compensatoires, ce qui complique le repérage.

Dans le cas de l’hyperphagie boulimique, qui se caractérise par des épisodes récurrents de crises de boulimie, sans comportements compensatoires, l’apport excessif de calories lors de ces crises boulimiques entraine généralement un surpoids ou une obésité.
La présence d'une hyperphagie boulimique devrait être recherchée chez toute personne en surpoids.
En plus du traitement de l'hyperphagie boulimique, le surpoids ou l'obésité bénéficie d'un bilan et d'une prise en charge spécifique et adaptée.

Calculer votre IMC - Indice de masse corporelle

cm
kilos

Votre IMC : -
Poids normal (18.5 < IMC < 25)
Poids entre kilos et kilos

Boulimie et hyperphagie boulimique : une prise en charge pluiridisciplinaire

Traitement de la boulimie et de l'hyperphagie boulimique : une équipe médicale pluridisciplinaire

Les personnes boulimiques ou présentant une hyperphagie boulimique ont besoin d'une prise en charge thérapeutique pluridisciplinaire :

  • psychiatrique ;
  • nutritionnelle ;
  • somatique : essentiellement dentaire, digestive et cardiaque ;
  • sociale.

L'objectif du traitement est d'aider le plus tôt possible les personnes à surmonter leur désir compulsif de manger en réapprenant à se nourrir de manière équilibrée et en retrouvant image du corps et estime de soi.

Les personnes boulimiques, conscientes de leurs difficultés, sont désireuses de participer avec le médecin au projet thérapeutique.

Boulimie et hyperphagie boulimique : une adaptée

Le principe est le même que pour la prise en charge de l'anorexie mentale. Le médecin ou le psychiatre référent va établir avec la personne boulimique une forme de contrat sur sa conduite à tenir face à la nourriture.

Pour apprendre au patient à renouer avec son corps, différentes approches sont possibles.

Une psychothérapie individuelle

  • la , bien adaptée aux troubles des conduites alimentaires, est recommandée en première intention. Elle est le plus souvent individuelle mais peut aussi être pratiquée en groupes,
  • d'autres thérapies sont utilisées dans certaines situations : thérapie comportementale dialectique, thérapie interpersonnelle, thérapie d'inspiration psychanalytique.

Une thérapie familiale

L'implication de la famille est recommandée lorsque les patients sont adolescents.

Une thérapie de groupe

La participation à des groupes de parole est souvent bénéfique.

Boulimie et hyperphagie boulimique : des médicaments parfois nécessaires

Une prise en charge médicamenteuse, par antidépresseurs notamment, peut aider à l’atténuation des symptômes de la boulimie, de l’anxiété ou de la dépression.

Un suivi nutritionnel en cas de boulimie et d'hyperphagie boulimique

Le travail diététique et nutritionnel consiste à ré-apprendre à s'alimenter selon des schémas réguliers avec une alimentation diversifiée et des repas équilibrés pris avec plaisir.

En cas d'obésité, une prise en charge nutritionnelle spécifique est indispensable.

Un suivi médical et dentaire

Un bilan dentaire et une prise en charge des lésions (érosions dentaires et caries, gingivite) dues aux vomissements est indispensable.

Un suivi médical vérifie l'état de santé général, les bilans sanguins. Un suivi gynécologique chez les jeunes femmes permet de s'assurer de la prise d'une contraception efficace même en cas de vomissements, car la dysménorrhée et l' ne protègent pas d'une grossesse.

Boulimie et hyperphagie boulimique : l'hospitalisation rarement envisagée

Les soins sont ambulatoires et l'hospitalisation est rarement nécessaire. Cependant, elle est envisagée en cas de :

  • Ministère des Solidarités et de la santé. Prévention des troubles du comportement alimentaire chez les jeunes. Site internet : Ministère des Solidarités et de la santé. Paris ; 2017 [consulté le 2 janvier 2022]
  • Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse. Des troubles alimentaires ? Site internet : Jeunes.gouv.fr. Paris ; 2020 [consulté le 2 janvier 2022]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Boulimie et hyperphagie boulimique : Repérage et éléments généraux de prise en charge. Recommandation de bonne pratique. HAS. Saint-Denis La Plaine ; 2019 [consulté le 12 janvier 2022]
  • Collège national des universitaires en psychiatrie. Collège universitaire des enseignants en addictologie. Association pour l'enseignement de la sémiologie psychiatrique.Troubles des conduites alimentaires chez l'adolescent et l'adulte. Référentiel de psychiatrie ey addictologie. Presses Universitaires François Rabelais 3è édition 2021
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire
* champs obligatoires