Boulimie et hyperphagie boulimique : repérer les symptômes

16 avril 2019
Les symptômes de la boulimie et de l'hyperphagie boulimique s’installent de manière insidieuse durant un temps plus ou moins long, généralement depuis l’adolescence et passent souvent inaperçus. Cependant, il est important de les repérer rapidement afin d’assurer une prise en charge la plus précoce possible.

Boulimie et hyperphagie boulimique : repérer tôt les symptômes

Les principaux troubles du comportement alimentaire, comme la boulimie et l'hyperphagie boulimique, se manifestent par des symptômes qui doivent faire l’objet d’un repérage précoce afin de prévenir le risque d’évolution vers une forme chronique ainsi que les complications somatiques, psychiatriques ou psychosociales.

L’infirmière ou le médecin de santé scolaire peuvent être les premiers à repérer les signes avant-coureurs du trouble. Il est important qu’ils les signalent à la famille.

Le diagnostic précoce facilite également la relation entre le patient et son environnement familial.

Boulimie : quels symptômes évocateurs ?

Ce trouble du comportement alimentaire se manifeste sous la forme de , appelées aussi crises, auxquelles la personne boulimique ne peut résister. En général, les crises de boulimie apparaissent suite à un stress. Malgré tous ses efforts pour résister, le malade finit par céder, en ayant la sensation de perdre tout contrôle.

La crise de boulimie se traduit par des comportements typiques :

  • elle débute par une sensation de faim compulsive, non contrôlable ("craving") et un besoin angoissant de manger ;
  • elle se déroule presque toujours en dehors des repas et en cachette ;
  • durant la crise, la personne boulimique mange rapidement, sans pouvoir s'arrêter, des quantités importantes d'aliments (tous ceux à portée de main) ;
  • le plus souvent, ces aliments ne sont ni cuits, ni préparés et sont le plus souvent hypercaloriques (gras et sucrés). Le but n'est pas de se faire plaisir en mangeant ce que l'on aime, mais vraiment de se "remplir".

Après la crise, la personne boulimique ressent une impression de malaise, de remords et de dégoût de soi.

Dans près de la moitié des cas, la personne boulimique provoque des vomissements pour lutter contre la prise de poids et faire cesser la pesanteur d'estomac. Elle se sent soulagée et fatiguée.

Parfois, une autre crise boulimique suit la première de façon rapprochée.

En dehors des crises, la personne boulimique fait très attention à ne pas grossir : elle restreint son alimentation, peut avoir recours à des laxatifs, des ou pratiquer une activité physique intense. Elle est donc rarement obèse, même si son poids fluctue de quelques kilogrammes par semaine.

Une envie irrésistible de manger beaucoup et vite

Cette pulsion incontrôlable, de très forte intensité, de consommer de façon compulsive est appelée "craving".

Le "craving" est un symptôme d'addiction présent dans la boulimie mais aussi dans d'autres addictions : tabac, alcool...

Le diagnostic de boulimie repose sur l'association des critères suivants :

  • la répétition d'épisodes boulimiques ;
  • la sensation de perdre le contrôle de la prise de nourriture lors des épisodes boulimiques ;
  • la moyenne hebdomadaire d'au moins deux épisodes boulimiques et ce, depuis au moins trois mois ;
  • le recours récurrent à des comportements compensatoires inappropriés destinés à prévenir la prise de poids. Les moyens utilisés sont :
    • la prise de laxatifs, de , de médicaments coupe–faim,
    • les vomissements provoqués,
    • la pratique du jeûne,
    • l’exercice physique intensif ;
  • l'intérêt exagéré porté à son corps et à son poids (peur de prendre du poids, préoccupations sur l'aspect physique...)

Le médecin recherche des symptômes associés :

Hyperphagie boulimique : quels symptômes ?

L’hyperphagie boulimique se manifeste par des épisodes récurrents de crises de boulimie avec perte de contrôle sur le comportement alimentaire mais sans association à des comportements compensatoires.

La personne ressent une sensation de faim irrépressible et incontrôlée ("craving" important) l'obligeant à prendre de grandes quantités d'aliments en un temps court avec la sensation de ne pas pouvoir s'arrêter.

Le médecin pose le diagnostic lorsque :

  • les crises de boulimie surviennent au moins une fois par semaine depuis 3 mois ;
  • chaque épisode de "boulimie" s'accompagne d'au moins 3 des points suivants :
    • la personne mange à toute allure,
    • elle mange jusqu'à éprouver une sensation pénible de distension du ventre,
    • elle mange beaucoup en l'absence de sensation de faim,
    • elle mange seule car elle est gênée par son comportement,
    • elle se sent déprimée et coupable après avoir mangé ;
  • la personne est en souffrance face à cet état dont elle a conscience ;
  • elle n'a pas de comportements compensatoires comme dans la boulimie.

La gravité dde l'hyperphagie boulimique est déterminée par la fréquence hebdomadaire des épisodes.

Le médecin recherche des troubles associés à l'hyperphagie boulimique :

Calculer votre IMC - Indice de masse corporelle

cm
kg

Votre IMC : -
Corpulence normale (18.5 < IMC < 25)
Poids compris entre

Boulimie et hyperphagie boulimique : quelle évolution ?

La guérison de la boulimie et de l'hyperphagie boulimique

Il est possible de guérir des troubles du comportement alimentaire même si l'évolution est souvent longue et fluctuante.

Cette guérison est favorisée par une prise en charge précoce. En effet, elle permet de réduire les souffrances physiques et psychologiques du malade et de ses proches. Cette prise en charge précoce prévient également l'évolution vers une forme chronique (les symptômes persistent plus de cinq ans) ainsi que les rechutes ou la survenue de complications.

Les complications de la boulimie et de l'hyperphagie boulimique

Complications affectant le corps

En ayant recours aux vomissements, aux laxatifs et aux , les personnes boulimiques ou souffrant d'une hyperphagie boulimique ont un risque accru de développer des complications :

  • altération de l'émail des dents, développement de caries, lésions des gencives dues à l'acidité des sécrétions provenant de l'estomac lors des vomissements ;
  • lésions digestives, en particulier de l'œsophage, dues à l'acidité des vomissements ;
  • perturbations métaboliques (perte de potassium), responsables de troubles cardiaques ou rénaux ;
  • dénutrition ou malnutrion ;
  • obésité et ses conséquences ;
  • règles irrégulières (dysménorrhée) et baisse de la fertilité.

Complications sur le plan psychique et retentissement social

La dénutrition et la perception déformée de soi-même peuvent participer à une aggravation du manque d'estime de soi. Peuvent apparaître une hyperémotivité, une impulsivité, une anxiété, des pensées obsessionnelles, une dépression et des idées suicidaires.

Le manque d'estime de soi et les obsessions alimentaires induisent un isolement social, un repli sur soi et, parfois, une interruption des études et de l'activité professionnelle.

Fil santé jeunes, une écoute anonyme

Le site Fil santé jeunes vous informe sur les troubles du comportement alimentaire.

L’équipe de Fil santé jeunes est joignable au 0800 235 236 tous les jours (7js sur 7) de 9 h à 23 h. Ce numéro est gratuit et anonyme.

Ce service permet de parler, de façon anonyme, avec une personne compétente apportant des réponses à tout besoin d'écoute, d'informations, de conseil et d'orientation. Il est d'abord ouvert aux jeunes, mais aussi à toute autre personne, qu'elle soit parent ou non.

  • Ministère des Solidarités et de la santé. Prévention des troubles du comportement alimentaire chez les jeunes. Site internet : Ministère des Solidarités et de la santé. Paris ; 2017 [consulté le 28 mars 2019]
  • Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse. Des troubles alimentaires ? Site internet : Jeunes.gouv.fr. Paris ; 2015 [consulté le 28 mars 2019]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Boulimie et hyperphagie boulimique Repérage et éléments généraux de prise en charge : HAS. Saint-Denis La Plaine ; 2015 [consulté le 28 mars 2019]
  • Collège national universitaire des enseignants d'addictologie. Troubles des conduites alimentaires chez l'adolescent et l'adulte. Site internet : Cunea. CHU Nancy. Vandoeuvre lès Nancy (France) ; 2019 [consulté le 28 mars 2019]