Sommaire : Boiterie de l'enfant et de l'adolescent

Boiterie de l'enfant et de l'adolescent : consultation et traitement

Le médecin examine l'enfant ou l'adolescent qui boite et programme des examens si nécessaire. Selon la cause trouvée, une surveillance est envisagée ou un traitement adapté est prescrit.

La consultation en cas de boiterie

Un examen minutieux

Le médecin vous pose des questions sur les symptômes et leur évolution.

  • Votre enfant ou votre adolescent a-t-il de la fièvre ?
  • Comment la boiterie a-t-elle commencé ? La boiterie est-elle récente ou ancienne ?
  • À quel moment est-elle présente : le matin au réveil ou plutôt après un effort dans la journée ou est-elle permanente ?
  • Votre enfant se plaint-il de douleur ? A-t-il mal au repos ? A-t-il mal quand il marche ?
  • S’est-il fait mal en tombant, en sautant, en jouant ?
  • Votre enfant a-t-il eu une infection virale récemment ou une maladie ?
  • Des membres de votre famille sont-ils atteints d'une maladie des muscles ?

Le médecin examine l’enfant ou l’adolescent dévêtu et pieds nus.

Il le pèse et le mesure. Il recherche un surpoids.
Il demande à l'enfant de marcher et de réaliser des tests comme marcher sur les orteils et les talons, se tenir sur une jambe, s'accroupir et se relever.

Il recherche une inégalité de longueur des membres inférieurs. Il faut au moins 3 cm d’inégalité pour que celle-ci puisse entraîner une boiterie.

Il étudie les différents mouvements des articulations : hanche, genou, rachis, cheville, avant-pied et il recherche une douleur à la palpation des os, des muscles ou des articulations.

Il recherche une anomalie au niveau de la peau des pieds (ecchymose, plaie, corps étranger au niveau de la plante des pieds, ongle incarné), une douleur à la palpation des masses musculaires, des muscles de taille insuffisante, une inflammation d'une articulation…

Quelle décision après l’examen du médecin ?

Si aucun signe inquiétant ne ressort de son examen, le médecin peut vous demander de surveiller votre enfant. Il ne prescrit alors que du repos et un simple médicament contre la douleur comme du paracétamol. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens pour une courte période permettent diminuer les signes d’inflammation.

Le médecin réexamine votre enfant si les problèmes s'aggravent ou persistent (persistance de la douleur et de la boiterie) pendant plus d'une semaine ou immédiatement si une fièvre apparaît.

Si le médecin soupçonne un problème au niveau d'une articulation (hanche, genou, cheville ou orteils) ou d’un os, il prescrit des examens complémentaires :

  • un bilan sanguin (recherche d’une infection, d’un syndrome inflammatoire) ;
  • une radiographie du bassin, du membre inférieur et si besoin de la colonne vertébrale ;
  • une échographie de la hanche, du genou ou de la cheville s’il soupçonne une réaction inflammatoire ou une atteinte d’une partie de l’articulation. Cet examen lui permet de constater la présence de liquide dans l'articulation ;
  • et éventuellement un scanner des os.

En cas de suspicion d’infection, le bilan est complété par divers examens, selon chaque cas :

  • IRM ;
  • scintigraphie osseuse ;
  • d’une articulation pour rechercher une infection du liquide articulaire (analyse bactériologique du liquide prélevé avec ).

Boiterie de l'enfant et de l'adolescent : quel traitement ?

Traitement des petits maux responsables d'une boiterie

Une plaie, un ongle incarné, un corps étranger sous la peau, une ampoule, qui n'ont pas été soignés à la maison peuvent  nécessiter des soins médicaux ou de pédicurie.

Boiterie et traumatismes

Lorsque la boiterie est due à une entorse de la cheville ou de genou, à des lésions des ménisques du genou, à un claquage musculaire, le traitement de la cause supprime la boiterie.

La fracture sous périostée du tibia (fin trait de fracture n'atteignant pas la couche superficielle et très solide de l'os), souvent observée avant l'âge de 3 ans nécessite une immobilisation de la jambe par un plâtre pendant 3 à 4 semaines. Cette immobilisation a un rôle antalgique(elle diminue les douleurs).

Synovite ou rhume de hanche : traitement des douleurs

Le traitement de la synovite est symptomatique. Il associe des antalgiques et/ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Ostéochondrite primitive de hanche (maladie de Legg Calvé Perthes) : minimiser les déformations de la tête du fémur

Cette maladie a la particularité de guérir toute seule. Après quelques mois de destruction de la tête du fémur, le sang va revenir irriguer la tête fémorale et celle-ci va se reconstruire progressivement.

Le traitement a pour but de conserver une tête fémorale bien ronde et donc de minimiser ses déformations et la survenue d’une arthrose de hanche à un jeune âge.

Il existe plusieurs traitements selon l’évolution du problème :

  • simple surveillance associée si besoin à de la kinésithérapie ;
  • suppression de l’appui de la jambe. L'enfant n’est pas autorisé à marcher pendant plusieurs mois et dans ce cas il se déplacera en fauteuil roulant ;
  • traitement orthopédique. Lorsque la hanche est très raide, il est parfois nécessaire de mettre temporairement l'enfant en traction (on tire doucement sur les jambes par l'intermédiaire de poids suspendus à des bandes qui entourent les jambes) ;
  • lorsque la tête fémorale a tendance à sortir du (zone d’articulation avec le bassin), une intervention chirurgicale au niveau du bassin et/ou du fémur est proposée pour repositionner la tête fémorale dans le .

Épiphysiolyse fémorale : éviter une aggravation

Dès qu’une épiphysiolyse fémorale est suspectée, le membre inférieur est mis en décharge (pas d’appui possible sur le pied) afin d’éviter une aggravation.

Le traitement consiste à empêcher la poursuite du glissement progressif et à prévenir la survenue brutale d'un glissement à grand déplacement dont le risque majeur est la nécrose de la tête fémorale.

Le traitement le plus souvent utilisé est la mise en place par voie percutanée, sans correction du déplacement, d'une vis cervicocéphalique (vis qui traverse le col du fémur et la tête du fémur).

Une ostéosynthèse préventive du côté controlatéral sain peut être proposée.

Traitement antibiotique d'une infection bactérienne de l’articulation ou de l’os

Le traitement nécessite :

  • des antibiotiques dont le choix est guidé par les prélèvements bactériologiques lors d’une  ;
  • ainsi qu’un lavage de l’articulation infectée ou le drainage chirurgical d’un abcès sous anesthésie générale.

Boiterie et traitement de causes rares

Des soins spécifiques sont nécessaires pour traiter une tumeur, une inégalité de longueur des membres, une maladie des muscles…

  • The Hospital for Sick Children. Boiter (claudication) Site internet : AboutKidsHealth. Toronto (Canada) ; 2010 [consulté le 19 avril 2022]
  • Guedj. R,  Aroulandom J, Lecarpentier T, de Suremain N . Boiterie de l’enfant. Site internet : Pas à Pas en pédiatrie. Paris ; 2019 [consulté le 19 avril 2022]
  • Collège national des pédiatres universitaires. Collège national hospitalier et universitaire de chirurgie pédiatrique. Boiteries et infections ostéo-articulaires. ECN 2021. 8eme édition Elsevier Masson
  • Haute Autorité de santé. Que reste-t-il de la radio standard du bassin chez l’enfant ? Bon usage des technologies médicales. Site internet : HAS . Saint-Denis La Plaine (France) ; 2008 [consulté le 19 avril 2022]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire