Comprendre l’autosurveillance de la glycémie

12 mars 2017
L’autosurveillance consiste à mesurer soi-même sa glycémie. Elle est réalisée à partir d’une goutte de sang le plus souvent prélevée à l’extrémité d’un doigt. Systématique en cas de diabète de type 1 et de traitement par insuline, elle est parfois proposée en cas de diabète de type 2 non traité par insuline.

Qu’est-ce que l’autosurveillance de la glycémie ?

En l’absence de diabète, la glycémie varie naturellement au cours de la journée autour de 1 g/L, en fonction des repas ou de l’activité physique. Elle est d’environ 0,8 g/L avant les repas ou après une activité physique. Elle augmente avec la prise de nourriture, puis diminue progressivement ensuite.

L’autosurveillance de la glycémie consiste à mesurer soi-même sa glycémie à un moment donné de la journée. Elle donne un résultat immédiat. Elle est réalisée à partir d’une goutte de sang prélevée grâce à un autopiqueur, et le plus souvent à l’extrémité d’un doigt. Elle peut être réalisée à domicile, sur son lieu de travail, en voyage, dans un établissement sportif, etc.

Exemple de modèle d’autopiqueur

Photo : personne pratiquant un auto-test de glycémie

Pourquoi réaliser une autosurveillance de la glycémie ?

L’autosurveillance de la glycémie permet de suivre l’équilibre du diabète et d’adapter le traitement si nécessaire, en cas de variation de la glycémie : trop élevée, on parle d’ et trop basse, on parle d’ .

L’autosurveillance est systématique en cas de diabète de type 1. C’est un élément clé pour le suivi du traitement par .

L’insuline est une hormone fabriquée par le . Elle est présente en permanence dans le sang. Elle agit sur la glycémie en favorisant l’utilisation du sucre par les cellules de l’organisme, selon leur besoin.

En cas de diabète de type 1, le ne fabrique plus suffisamment voire plus du tout d’insuline.

Le traitement repose sur l’apport de cette hormone. Comme la glycémie varie au cours de la journée (soit naturellement, soit suite à l’apport de glucides) la dose d’insuline doit être adaptée à ces variations. Pour cela, plusieurs injections d’insuline sont en général nécessaires.

Dans le cadre de l’autosurveillance du diabète de type 1, votre médecin définit avec vous la fréquence à laquelle vous devez réaliser vos mesures glycémiques. Il vous explique ce que vous pouvez faire en fonction des résultats et comment adapter votre traitement si nécessaire.

L’autosurveillance de la glycémie est proposée par votre médecin dans certaines situations en cas de diabète de type 2. Elle intervient en complément du dosage de l’hémoglobine glyquée, qui reste l’élément central pour apprécier l’équilibre du diabète.

L’autosurveillance de la glycémie permet de :

  • mieux comprendre l’influence de l’alimentation, d’une activité physique, du stress, des maladies ou d’un nouveau médicament sur votre glycémie ;
  • confirmer un épisode d’hypoglycémie, pour agir rapidement en fonction de la conduite à tenir définie avec le médecin ;
  • repérer des épisodes répétés d’hypoglycémie et d’hyperglycémie.

Si un traitement par est envisagé, l’autosurveillance permet de se préparer et de se familiariser avec cette pratique.

La fréquence des mesures à réaliser ainsi que la durée de l’autosurveillance sont définies avec votre médecin lors de la prescription.

Matériel d’auto surveillance : les modalités de remboursement

Chez l'adulte, 1 est remboursé tous les 4 ans et 1 autopiqueur tous les ans.

Chez l'enfant et l'adolescent de moins de 18 ans, 2 lecteurs sont pris en charge tous les 4 ans et 2 autopiqueurs tous les ans, pour en avoir 1 au domicile et 1 à l'école.

Les lecteurs pris en charge sont garantis 4 ans au minimum ; il est important de conserver tous les documents relatifs à cette garantie afin d'obtenir le remplacement de l'appareil par le fabricant, en cas de panne (une nouvelle prescription par le médecin est alors inutile).

Les étapes de mesure de la glycémie

Pour mesurer votre glycémie, Il est nécessaire de procéder par étape et d’avoir à votre disposition :

  • un autopiqueur équipé d’une lancette ;
  • une bandelette de test ou une électrode ;
  • votre lecteur de glycémie ;
  • votre carnet de surveillance ;
  • un collecteur (boîte jaune).

Suivez ensuite les étapes suivantes :

  1. Piquez-vous l’extrémité du doigt à l’aide de l’autopiqueur.
  2. Une goutte de sang se forme. Déposez-la sur la bandelette de test ou sur une électrode.
  3. Insérez la bandelette ou électrode dans le .
  4. Patientez quelques secondes et le résultat de la mesure apparaît sur l’écran du lecteur.
  5. Notez le résultat, l’heure et les conditions dans lesquelles vous avez effectué cette mesure, dans le carnet d’autosurveillance. (exemples : après une activité physique, un repas, mais aussi des conditions inhabituelles comme une forte chaleur, un rhume, fièvre, stress, etc.)
  6. Glissez votre lancette usagée dans le collecteur.

Il est aussi important de prêter une attention particulière aux recommandations suivantes :

  • suivez les instructions du , elles peuvent être différentes selon les modèles ;
  • la tenue de votre carnet de surveillance est primordiale. Vos annotations sont utiles à votre médecin ; il pourra alors faire le point sur l’équilibre de votre diabète, discuter avec vous d’une éventuelle adaptation de votre mode de vie, voire adapter votre traitement ;
  • vous devez faire contrôler votre 1 fois par an dans un laboratoire d’analyses médicales. Effectuez une mesure de la glycémie avec votre lecteur, en même temps que la prise de sang. Vous pourrez ainsi comparer les 2 résultats et en parler avec votre médecin.

Il est aussi bon de savoir que l’entretien de votre est réalisé en fonction des instructions du fabricant.

Enfin, voici quelques conseils pour ménager vos doigts :

  • lavez et rincez vos mains à l’eau chaude, cela favorise le recueil d’une goutte de sang suffisante ;
  • pour éviter que l’extrémité d’un doigt devienne douloureuse à la longue, vous pouvez piquer sur le côté plutôt que sur la pulpe et changer de doigt à chaque mesure.

Gouttelette de sang avant dépose sur une bandelette

Schéma : autosurveillance de la glycémie

Les facteurs faussant la mesure de la glycémie

Certains produits présents sur les doigts au moment de la piqûre peuvent fausser le résultat de la glycémie.

Pour y remédier, il suffit de se laver les mains avant la mesure, avec de l’eau chaude savonneuse, de bien les rincer et de les sécher avec une serviette propre. Attention aux gels désinfectants, qui pourraient fausser le résultat.

D’autres facteurs peuvent influencer la mesure de la glycémie :

  • une bandelette ou électrode mouillée ou périmée (la date de validité est notée sur l’emballage) ;
  • une goutte de sang trop petite ou trop grosse ;
  • une pression excessive sur le doigt pour faire apparaître une goutte de sang.
Que faire des lancettes usagées ?

Les lancettes sont des « déchets d'activités de soins à risques infectieux » (DASRI) et ne doivent pas être mélangées aux déchets ménagers. Vous pouvez vous procurer une « boîte jaune » (collecteur) en pharmacie pour les stocker. Cette boîte est délivrée gratuitement avec une prescription de lancettes. Il est recommandé de ne pas la conserver trop longtemps et de l’échanger avant qu’elle soit pleine. Pour savoir où la rapporter, vous pouvez vous adresser à votre pharmacien ou à votre laboratoire d’analyses médicales.

Pensez aussi à consulter le site de la Fédération française des diabétiques.

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide - Affection de longue durée - Diabète de type 1 de l’adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 24 octobre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l’adulte – Vivre avec un diabète de type 1. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 24 octobre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 – Vivre avec un diabète de type 2. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 24 octobre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Recommandation de bonne pratique - Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2013 [consulté le 24 octobre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Bon usage des technologies de santé - L'autosurveillance glycémique dans le diabète de type 2 : une utilisation très ciblée. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2011. [consulté le 28 octobre 2016]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et de produits de santé (ANSM). Points importants à prendre en compte pour une bonne utilisation des lecteurs de glycémie. Site internet : ANSM Saint-Denis (France) [consulté le 24 octobre 2016]