Vivre avec son asthme au quotidien

Baptiste, jeune homme de 22 ans a découvert son asthme il y a 10 ans à la suite de sévères bronchites. Sensible au froid, les périodes hivernales peuvent lui déclencher crises et exacerbations. Il nous raconte comment il a appris à vivre avec son asthme sans pour autant que cela soit une contrainte.

Comment avez-vous découvert votre asthme ?

À la suite d’une bronchite asthmatiforme en 2012, j’avais effectué des analyses sanguines qui n’avaient rien révélé d’« anormal ». Puis, en fin d’année 2013, j’ai fait une crise d’asthme ce qui m’a poussé à aller consulter un pneumologue, décelant ainsi la présence d’un asthme.
Son origine semble liée au froid : je suis davantage sensible en période hivernale, notamment à cause de l’air refroidi et plus sec, ce qui peut aggraver mon asthme et me provoquer des crises.

Avez-vous ressenti des changements dans votre vie quotidienne ?

Oui, par exemple, je sens que je suis plus vite essoufflé notamment à la suite d’un effort physique. Lorsque je suis enrhumé, mon asthme peut s’aggraver et je ressens plus de difficultés à respirer normalement. Cela m’a d’ailleurs déjà provoqué deux bronchites dont la première était assez violente. Afin d’éviter ce genre de situation je prends bien mon chaque jour.

Votre asthme est-il lié à des allergies ?

Au départ, non pas du tout. Puis, en début d’année 2022 j’ai effectué des tests avec un allergologue. Nous avons découvert que j’avais une sensibilité aux poils de chat, de chien et de cheval. Je ne me suis pas fait désensibiliser, toutefois, je prends des pour prévenir de possibles gênes. La pollution ainsi que le pollen peuvent également avoir un impact et aggraver mes allergies. 

Qu’avez-vous mis en place pour apprendre à contrôler votre asthme ?

Tout d’abord je prends mon quotidiennement depuis maintenant 5 ans : deux bouffées matin et soir d’un inhalé. Même si cela est contraignant, il est très important de le prendre rigoureusement. En cas de crise, je suis équipé aussi d’un . Pour ne pas oublier mon traitement, personnellement, je le pose sur le bureau de ma chambre afin qu’il soit visible, même si cela m’est déjà arrivé de le manquer. Mais la plupart du temps, c’est un réflexe naturel ! Je n’ai pas rencontré de difficultés particulières pour l’utiliser car mon pneumologue m’a montré une première fois comment bien le prendre, ensuite c’était facile. Par ailleurs, je consulte mon pneumologue une fois par an afin de réaliser un bilan et un examen de la fonction respiratoire (EFR). Un suivi régulier avec un professionnel de santé est primordial pour un bon contrôle de son asthme. Grâce à tout cela, mes crises d’asthme se sont raréfiées et je n’ai jamais eu besoin d’être hospitalisé.
Pour entretenir mon souffle, je pratique aussi un peu d’activité physique : de la marche à pied tous les jours et lorsque j’ai du temps, je fais de la course ou du vélo. S’il y a un conseil que je peux donner, c’est de s’abstenir de fumer ou de se tenir loin des personnes qui fument afin d’éviter le tabagisme passif. Et bien sûr, on ne le répète jamais assez : prendre sérieusement son traitement.

Le service d’accompagnement sophia vous aide-t-il dans la gestion de votre asthme ?

Je suis devenu adhérent au service dès que je l’ai pu, c’est-à-dire depuis mes 18 ans, il y a 4 ans maintenant. Je suis contacté tous les trois mois par un ou une infirmier(ère)-conseiller(ère) en santé afin de faire le bilan sur mon état de santé, les derniers examens médicaux réalisés, les résultats…
Cela me permet de poser des questions complémentaires : dernièrement, j’avais par exemple des interrogations sur les effets secondaires de mon traitement et l’on m’a conseillé de consulter mon médecin traitant. J’apprécie également recevoir les brochures qui portent sur différentes thématiques :  l’activité physique, le tabac, le traitement…

Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire