L’asthme et le sommeil

La coexistence de l’asthme et du syndrome d’apnées hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) est assez fréquente et souvent associée à d’autres pathologies.
Selon certaines études, le SAHOS serait un facteur de mauvais contrôle de l’asthme et vice versa.

Le syndrome d’apnées hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS)

L’apnée du sommeil ou le SAHOS est une maladie chronique fréquente qui touche environ 5% des personnes en France. Elle concerne plutôt les personnes de plus de 40 ans et les hommes sont deux fois plus concernés que les femmes

Il  se caractérise par une réduction ou une interruption de la ventilation pendant le sommeil. Il  se définit par un arrêt de la respiration au cours du sommeil d’au moins 10 secondes, répété au moins cinq fois par heure et une centaine de fois par nuit. Il provoque des micro-éveils incessants, dont la personne n’a pas conscience.

L’origine est  un relâchement des muscles du et le blocage total ou partiel de la provoquant des interruptions (apnées) ou des réductions (hypopnées) de la respiration, souvent liées à des ronflements. L’oxygène contenu dans l’air inspiré ne peut alors pas rejoindre les poumons.
Le sang est donc moins oxygéné. D’où un sommeil de mauvaise qualité.

Quels sont les signes révélateurs ?

Ce trouble se manifeste principalement par deux symptômes : la somnolence diurne et les ronflements nocturnes.

Certains symptômes sont parfois associés : une sensation d’étouffement pendant le sommeil, le besoin d’uriner plusieurs fois par nuit, des céphalées matinales, des difficultés de concentration, ou une  irritabilité. Le diagnostic est d’abord évoqué par l’interrogatoire du médecin et par un examen clinique.

Si votre médecin suspecte des apnées du sommeil, il vous orientera vers un spécialiste pour la réalisation d’un enregistrement ambulatoire du sommeil afin de confirmer le diagnostic : la polysomnographie est l’examen de référence et comprend une nuit à l’hôpital ou en clinique.

Quelles sont les maladies associées ?

Le SAHOS peut être lié ou même révéler voire aggraver certaines maladies : 

  • un gastro œsophagien
  • une hypertension artérielle
  • un  diabète, une obésité
  • une cardiopathie (trouble du rythme, insuffisance cardiaque)
  • une rhinite allergique

Quel est le traitement ?

Si le diagnostic est confirmé le traitement de l’apnée du sommeil s’effectue grâce à un dispositif médical. En cas de SAHOS non sévère le traitement repose  sur une orthèse d’avancée mandibulaire (OAM). Si le SAHOS est  plus sévère, sur l’utilisation durant le sommeil d’un appareil de pression positive continue (PPC).

Le risque du SAHOS non traité entraîne des symptômes tels que fatigue et somnolence diurne pouvant provoquer des accidents de la route. Un syndrome dépressif et des troubles de la mémoire peuvent être associés.

Et l’asthme ?

Comme toute pathologie, l’asthme peut altérer la qualité du sommeil. En effet, les crises survenant le soir ou la nuit (souvent déclenchées par l’exposition aux acariens présents dans la literie, pour les patients y étant allergiques), provoquent inévitablement des difficultés à dormir ou des réveils forcés.

L’asthme et le SAHOS peuvent coexister parfois chez les mêmes patients. Le lien entre ces deux maladies est indépendant. Le SAHOS serait plus fréquemment associé à l’asthme non éosinophilique et à l’asthme non contrôlé.

La coexistence d’une l’obésité, d’un gastro-œsophagien et de rhinite pourraient favoriser cette association. Ces patients asthmatiques sévères atteints de SAHOS sont plus souvent des hommes, ont un  moindre niveau d’activité physique et présentent aussi d’autres pathologies telles que : HTA et diabète.

Selon les études, le traitement du  SAHOS serait favorable pour améliorer le contrôle de l’asthme et la qualité de vie des patients.

Cependant il est  souhaitable de traiter  indépendamment les  deux maladies lorsqu’elles sont associées et d’être particulièrement attentif sur le traitement des comorbidités associées. Par exemple, lorsqu’elle est indiquée, la chirurgie de l’obésité a un impact majeur sur les deux maladies.

L'essentiel

  • Les deux pathologies asthme et SAHOS  peuvent coexister surtout par leurs comorbidités associées  mais sont indépendantes et doivent être traitées séparément
  • La présence d’un syndrome de chevauchement Asthme /SAHOS est corrélé  à l’âge avancé, le sexe masculin et le gastro-œsophagien.
  • Il est conseillé de dépister un SAHOS chez les asthmatiques mal contrôlés malgré le traitement et en cas d’asthme et d’obésité.
  • En cas de symptômes évocateurs de SAHOS rapprocher vous de médecin traitant pour en parler !

Revue des Maladies Respiratoires Volume 38, Issue 5, May 2021, Pages 506-513
Médecine du Sommeil
Volume 19, Issue 1, March 2022, Pages 10-11
Étude comparative d’un syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS) chez les patients ayant un asthme léger et chez les patients ayant un asthme moyen

Médecine du Sommeil Volume 17, Issue 1, March 2020, Page 25
Syndrome d’apnées et hypopnées obstructives du sommeil et asthme sévère : données de l’étude FASE-CPHG

Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire