Rappel du suivi de l’asthme

Lorsque que l’on est atteint d’asthme, un suivi régulier est nécessaire afin que celui-ci soit contrôlé et pour éviter les aggravations.

Consulter son médecin traitant ou son pneumologue une fois par an est nécessaire pour faire le point sur son asthme, adapter son traitement, et réaliser si besoin les vaccinations nécessaires et adaptées à chacun ainsi que les examens complémentaires.

Pour la surveillance de l’asthme, il est recommandé de réaliser des explorations fonctionnelles (EFR) régulièrement selon les conseils de son médecin surtout si l’asthme s’est aggravé (un contrôle annuel est alors indiqué). Les EFR permettent aussi de détecter tout signe d’aggravation et d’évaluer l’effet du traitement médical.

Le médecin pourra également accompagner son patient pour l’impliquer dans sa maladie : rappeler l’intérêt de prendre son traitement, les techniques d’inhalation puis les mesures hygiéno-diététiques nécessaires au bon contrôle de l’asthme. Il peut également lui conseiller de mesurer son souffle grâce au débit mètre de pointe entre deux consultations ou bien pour adapter son traitement.

En cas d’aggravation récente de l’asthme, il est important de revoir son médecin 2 à 7 jours après la crise pour faire le point et d’établir à l’avance un plan d’action personnalisé écrit.
Ce plan permet de reconnaitre et autogérer une aggravation
 : comment prendre les médicaments de la crise en fonction des symptômes et de leur évolution ? Enfin, il précise aussi dans quelles situations il faut appeler les services d’urgence.

En cas d’asthme sévère avec un traitement spécifique, être suivi régulièrement par un spécialiste pour savoir si l’asthme est contrôlé et adapter son traitement en fonction est fondamental.

Le contrôle des facteurs favorisants l’asthme est également indispensable dans le suivi : cela peut être des facteurs extérieurs (pollens, pollutions extérieures), des facteurs intérieurs ou bien encore lors d’une exposition durant son travail. Le stress, les hormones chez la femme et les efforts physiques (lorsque l’on souffre d’un asthme d’effort) sont à prendre en compte également. Enfin, les facteurs irritants sont à surveiller également comme la pollution, le tabagisme actif et passif.

Le contrôle des maladies associées à l’asthme et leur prise en charge participe aussi au bon contrôle de la maladie :  les rhinites, les sinusites, le gastroœsophagien (RGO), le surpoids ou l’obésité, l’anxiété, la dépression.

N’hésitez pas à évoquer tous ces sujets régulièrement avec votre médecin !

Si vous souhaitez savoir si votre asthme est contrôlé, il vous suffit de répondre aux 4 questions suivantes établies par l’organisation GINA (Global Initiative for Asthma) : cette évaluation pourra permettre à votre médecin d’adapter votre traitement si besoin.

  • Ces quatre dernières semaines : avez-vous ressenti des symptômes diurnes plus de 2 fois par semaine ?  Oui – non
  • Ces quatre dernières semaines : avez-vous été réveillé(e) la nuit par votre asthme au moins une fois par semaine ? Oui – non
  • Ces quatre dernières semaines : avez-vous eu besoin de votre traitement de secours plus de deux fois par semaine ? Oui – non
  • Ces quatre dernières semaines : avez-vous été limité(e) par votre asthme pour faire de l’activité physique ? Oui - non

    Si aucun item : votre asthme est bien contrôlé
    Si 1-2 items : votre asthme est partiellement contrôlé
    Si 3-4 items : votre asthme est non contrôlé

 

Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
Le champ avec astérisque (*) est obligatoire.