« Grâce au sport, j’ai moins de symptômes »

29 décembre 2020

« J’ai grandi au Sénégal. C’est là que j’ai eu ma première crise d’asthme, à 16 ans. À l’époque, les médecins m’ont prescrit un traitement de crise. Lorsque je suis arrivé en France à 18 ans, ce traitement me suffisait. J’étais étudiant, je faisais beaucoup de sport, je jouais notamment au football 2 à 3 heures par jour. Je n’utilisais que très rarement mes médicaments contre les crises et je n’avais pas de », raconte Xavier.

Cependant, l’hiver était une période difficile. En effet, les virus respiratoires (responsables de rhumes, rhinopharyngites, grippes saisonnières) prolifèrent en cette saison et peuvent être des facteurs déclenchants de crise d’asthme. « J’étais systématiquement malade, j’avais des rhumes, des angines blanches…Bien souvent, ces maladies entrainaient des crises d’asthme. Malgré mon traitement de crise, je respirais mal et seule la prise de corticoïdes en comprimés ( ) me soulageait. Pendant 8 ans, tous les hivers, j’ai été soigné de cette façon. »

« Lorsque j’ai rencontré mon épouse, j’ai déménagé. Mon nouveau docteur m’a expliqué que le traitement de crise n’était pas suffisant pour traiter mon asthme. Il m’a prescrit un . » Ce traitement sert à soigner l’inflammation présente en permanence au niveau des bronches des asthmatiques « Cela m’a soulagé : il m’arrivait encore d’avoir des crises en hiver, mais ce n’était plus systématique et elles étaient moins graves. »

Durant toute cette période, Xavier continue à faire du sport régulièrement. « Mais quand j’ai commencé à travailler, j’ai eu moins de temps à consacrer aux activités physiques. Très vite, j’ai à nouveau été gêné par mon asthme. »

Aujourd’hui, Xavier a 40 ans et il a repris les activités sportives. « Je suis inscrit dans une salle de sport où je fais de la musculation, du cardio. J’y vais environ 2 fois par semaine, un peu plus pendant les vacances. L’été, je fais aussi du basket en plein air. Je n’ai pas besoin de traitement contre l’asthme d’effort. »

Pour prévenir l’asthme d’effort, l’idéal est de respecter un temps d’échauffement, si possible à l’intérieur, d’augmenter progressivement l’intensité de votre activité et de ne pas arrêter brutalement.

« Pendant mes séances, je ne ressens aucune gêne au niveau de ma cage thoracique. Je prends du plaisir et je suis content d’aller faire du sport. Je vais vraiment bien : je prends mon et je fais du sport ; il peut m’arriver de ne pas utiliser mon traitement de crise pendant des mois. »

Services en Ligne: 
Service sophia
Connaissez-vous sophia, le service d'accompagnement pour mieux vivre avec de l'asthme ? Informations sur la maladie, conseils pratiques, soutien personnalisé par des infirmiers...