Pour limiter les crises : connaître les facteurs favorisants

12 avril 2018
Les facteurs favorisants de l’asthme, ça vous dit quelque chose ? Ce sont les facteurs qui contribuent à la survenue de crises. Parce qu’il y a autant d’asthmes que d’asthmatiques, ces facteurs varient d’une personne à l’autre. Il est important d’identifier ceux qui, chez vous, sont susceptibles de déclencher des crises.

Lors des crises d’asthme, il est utile de noter les circonstances dans lesquelles elles se déclenchent (activités, lieux, conditions météo…) pour vous aider à identifier les facteurs favorisants. Voici les principaux facteurs qui peuvent, isolément ou associés, déclencher des crises.

Les allergènes : en intérieur comme en extérieur.

En cas d’asthme allergique, une substance étrangère normalement bien tolérée (l’allergène) peut déclencher une réaction de défense excessive de l’organisme. Les allergènes les plus courants en intérieur sont les acariens (animaux microscopiques présents dans la poussière, la literie, la moquette…), les animaux, les cafards ou encore les moisissures. La recommandation de base est d’aérer chaque pièce tous les jours.

En extérieur, les allergènes sont surtout présents à la saison des pollens. Ceux-ci peuvent provenir des arbres (noisetiers, bouleaux, frênes, cyprès, platanes…), des (foin, avoine, seigle…) ou encore de certaines herbes (ambroisie, oseille, plantain…). Vous pouvez connaître l’activité des pollens près de chez vous auprès du Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA).

Les facteurs irritants : tabac, pollution, produits chimiques.

Le tabac est particulièrement nocif pour les voies respiratoires. Il aggrave l’asthme et le risque de crise sévère. Si vous souhaitez arrêter de fumer, pensez au service d’aide à l’arrêt du tabac « Tabac info service ».

La pollution atmosphérique irrite également les bronches. Si vous comptez sortir par temps très chaud ou pratiquer une activité physique en extérieur, renseignez-vous au préalable sur la qualité de l’air auprès du laboratoire français de la surveillance de la qualité de l’air.

Chez vous, limitez les produits d’entretien au strict nécessaire et pensez à aérer après avoir nettoyé une pièce. Il est préférable d’éviter les sprays, bougies et parfums d’intérieur ou encens.

Attention aux infections et aux virus

Les infections respiratoires conduisent à une inflammation des voies respiratoires (un rhume, une sinusite ou une bronchite) qui favorise les crises d’asthme. Ces infections sont le plus souvent dues à un virus, notamment la grippe. Vous vacciner contre la grippe est ainsi une précaution indispensable pour limiter les risques d’aggravation de votre asthme.

Dans tous les cas, le médecin généraliste ou le pneumologue peut mettre en place un pour traiter un asthme insuffisamment contrôlé. Il doit être pris chaque jour. Le dialogue avec les professionnels de santé est ainsi essentiel pour identifier les facteurs favorisants qui vous touchent plus particulièrement et mettre en place les solutions adaptées.

  • Le surpoids : une perte de poids, même modeste, contribue à réduire les symptômes et limiter le risque de crise.
  • Le stress : la relaxation, une activité physique régulière ou des moments de détente en famille ou entre amis par exemple permet de réduire le niveau de stress.
  • Les conditions climatiques : un temps très froid et/ou une importante humidité dans l’air favorisent la survenue de crises.
  • Les hormones sexuelles féminines : une aggravation de l’asthme peut survenir juste avant les règles.
  • Et en cas d’asthme insuffisamment contrôlé, un effort physique peut déclencher une crise.