Les exacerbations de l’asthme pendant la grossesse : témoignage et explications

02 mars 2020

Enceinte de 5 mois, Sandra vit une grossesse difficile à cause de son asthme. « Mon fils aîné souffrait d’une bronchite depuis quelques temps et j’ai à mon tour été malade. J’ai consulté un médecin  Mais, une semaine plus tard, mon état avait empiré. Lors d’une seconde consultation, le médecin a diagnostiqué une  exacerbation et j’ai reçu une prescription d’antibiotiques et de corticoïdes en comprimés. Malgré ce traitement,  j’ai continué à tousser. J’ai passé des nuits blanches, je ne pouvais pas m’allonger pour dormir. Je suis retournée aux urgences et j’ai été hospitalisée pendant plus d’une semaine et soignée avec des aérosols.

Aujourd’hui, j’ai à nouveau un et je souhaite mettre toutes les chances de mon côté pour vivre une fin de grossesse sereine et mieux vivre avec mon asthme par la suite.»

La grossesse peut avoir un impact sur le contrôle de l’asthme. Toutefois, il est possible de limiter les risques.

Asthmatique : comment préparer sa grossesse

Pour vivre une grossesse sereine lorsqu’on est asthmatique, le mieux, si cela est possible, est de s’y préparer.

  • Si vous êtes fumeuse, il est important de vous sevrer du tabac.

« Avant d’être enceinte, je fumais beaucoup, près d’un paquet par jour. En étant enceinte, j’ai commencé par diminuer ma consommation. Avec ce qui vient de m’arriver, j’ai complétement arrêté. C’est dur, mais je pense à ma santé, celle de mon bébé. Je consulte une tabacologue depuis quelques mois, explique Sandra.»

Habituellement, asthme et tabac ne font pas bon ménage : fumer est un facteur aggravant de la maladie. Avec la grossesse, cela augmente encore le risque de subir des exacerbations. Et si comme Sandra, l’arrivée prochaine d’un bébé vous motivait pour arrêter de fumer ? Depuis l’année dernière, l’Assurance maladie vous accompagne dans l’arrêt du tabac en prenant en charge, sur prescription, les traitements par substituts nicotiniques. N’hésitez pas à en parler  avec votre médecin traitant.

  • Consulter un pneumologue pour :
    •  faire le point sur le contrôle de votre asthme
    • passer une Exploration Fonctionnelle Respiratoire (EFR) afin de mesurer votre souffle et d’adapter le traitement, si besoin
    • avoir un plan d’action personnalisé écrit pour bien gérer les crises

Asthmatique et enceinte : quelles sont les bonnes pratiques pour limiter le risque d’exacerbations ?

Les conseils pour limiter les risques d’exacerbations de l’asthme pendant la grossesse sont les mêmes que pour tous les asthmatiques : se protéger des facteurs favorisants, se faire vacciner contre la grippe, consulter son médecin traitant et son pneumologue et surtout prendre régulièrement son traitement.

  • Continuer à prendre son

« Avant d’être enceinte, je prenais un tous les jours, matin et soir. Grâce à cela j’étais moins souvent malade. Mais quand je suis tombée enceinte, comme toute maman inquiète et peu informée, j’ai arrêté le traitement car je pensais que ce n’était pas bon pour le bébé… Je n’en ai pas parlé avec mon médecin traitant, car comme j’ai déménagé, je n’en avais plus ! », nous dit Sandra.

Il est important de continuer à prendre son comme prescrit par votre médecin lorsque vous êtes enceinte. En cas de doute, il est préférable de consulter votre médecin afin d’échanger sur le sujet et de ne pas arrêter de prendre vos médicaments. Dès le début de votre grossesse, nous vous conseillons d’informer votre pneumologue et de parler de votre asthme avec votre obstétricien.

  • Essayer de ne pas prendre trop de poids

Une prise de poids excessive peut entrainer des difficultés respiratoires.