Asthme chronique

11 mars 2017
L’asthme est une maladie chronique, caractérisée par une inflammation permanente des bronches. Le maintien d’un contrôle durable par un suivi et un traitement régulier permet d’éviter les complications.

Qu’est-ce qu’un asthme chronique ?

L’asthme est une maladie respiratoire chronique due à une inflammation permanente des bronches. Cette inflammation rend les bronches très sensibles à certains facteurs, pouvant déclencher une crise d’asthme. L’asthme se manifeste par des épisodes de gêne respiratoire (essoufflement), de respiration sifflante, de toux sèche ou de sensation d’oppression dans la poitrine.

L’objectif du traitement et du suivi régulier est de maintenir le contrôle de l’asthme, c’est-à-dire :

  • de supprimer ou de réduire les symptômes au maximum ;
  • d’éviter la survenue des exacerbations ;
  • de maintenir une respiration normale.

Selon les personnes, l’asthme peut se manifester :

  • Seulement à certaines périodes (asthme intermittent) : les symptômes de l’asthme sont rares, déclenchés lors d’une exposition brève à un facteur favorisant (pollens saisonniers ou un virus par exemple).
  • Toute l’année (asthme persistant). Chez ces malades, il est alors indispensable de prendre un traitement de fond tous les jours et sur le long terme, en plus du traitement de secours pris au moment des crises. Le permet de soigner l’inflammation des bronches pour contrôler son asthme et ainsi ne présenter aucune gêne dans ses activités.

Le niveau de sévérité de l’asthme est défini par l’importance du (nombre de médicaments et doses) nécessaire pour contrôler son asthme.

Le est régulièrement adapté par le médecin en fonction de l’évolution de l’asthme et de la réponse aux médicaments pris auparavant.

Qu’est-ce qu’un asthme sévère ?

L’asthme sévère concerne environ 6 % des personnes asthmatiques.

Il se définit par un mauvais contrôle permanent de l’asthme malgré un traitement optimal associant plusieurs médicaments depuis au moins 6 mois à un an.

Il se manifeste par l’association de :

  • des symptômes quotidiens, le jour et la nuit ;
  • une limitation importante des activités en lien avec l’asthme ;
  • la survenue d’exacerbations répétées ;
  • une obstruction bronchique lors de la mesure du souffle).

La prise en charge de l’asthme sévère

L’asthme sévère nécessite une prise en charge spécialisée par un pneumologue.

Elle comporte 3 étapes.

Dans un premier temps, le médecin recherche des facteurs aggravants sur lesquels on peut agir :

  • Il recherche s’il existe des difficultés à prendre régulièrement les médicaments ou à utiliser les inhalateurs.
  • En cas d’asthme allergique, il recherche le ou les (s) en cause et donne des conseils pour éviter leur contact.
  • En cas de tabagisme, il vous aide à arrêter complètement de fumer. En effet, le tabagique permet d’augmenter l’efficacité du traitement par corticoïdes inhalés et de diminuer la fréquence ainsi que la gravité des crises.

Ensuite, il recherche et traite une maladie associée qui contribue au mauvais contrôle de l’asthme comme :

  • Le gastro-œsophagien, qui est une remontée acide de l’estomac vers l’œsophage : il aggrave l’asthme en cas d’inhalation de liquide acide dans les bronches.
  • Les maladies du nez et des sinus (rhinites, sinusites, polypes nasaux) qui aggravent l’inflammation des bronches.
  • Le surpoids ou l’obésité, qui augmentent la gêne respiratoire et accentuent l’inflammation des bronches.

Enfin, il renforce le en ajoutant selon les cas un médicament anticholinergique de longue durée d’action inhalé (tiotropium) ou un ( ) en comprimés ou des anti- E (omalizumab) en injections sous-cutanées en cas d’asthme sévère allergique.

Un suivi rapproché tous les 3 mois par le médecin traitant et le pneumologue est indispensable en cas d’asthme sévère pour faire le point sur la maladie, adapter le traitement et vérifier l’absence d’effets indésirables des médicaments.

Les soins pour l’asthme sévère peuvent être pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie

Votre médecin traitant, en lien avec votre pneumologue, peut demander la reconnaissance de votre maladie au titre d'une affection de longue durée (ALD).

L’évolution de l’asthme

L’asthme a une évolution fluctuante, pour laquelle il est important de suivre régulièrement le contrôle des symptômes et la mesure du souffle, pour adapter si besoin le traitement.

L’absence de contrôle de l’asthme altère la qualité de vie des asthmatiques en limitant les activités et favorise la survenue de complications.

Ces complications sont de deux types :

  • Des aggravations rapides des symptômes, associées à une forte diminution de la fonction respiratoire qui nécessite une prise en charge en urgence : ce sont les exacerbations.
  • Un déclin progressif de la fonction respiratoire, d’abord réversible avec un traitement adapté puis pouvant, dans certains cas sévères, devenir irréversible. En effet, l’inflammation intense et permanente des bronches modifie la paroi bronchique (remodelage) et entraîne une obstruction bronchique qui devient définitive. Cette évolution sévère de la maladie peut aboutir à une insuffisance respiratoire chronique : l'appareil respiratoire devient incapable d'assurer sa fonction et le patient est mis sous oxygène.

Le contrôle durable de l’asthme par une prise en charge régulière et adaptée à son état permet d’éviter ces complications et de maintenir une qualité de vie satisfaisante.

Sources
  • Global intiative for asthma (GINA). Global Strategy for Asthma Management and Prevention. (2016 update). Site internet : Ginasthma. Bethesda (Etats-Unis), Genève (Suisse) ; 2016 [consulté le 8 septembre 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). La prise en charge de votre maladie, l'asthme - Vivre avec un asthme - Guide Affection longue durée. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 8 septembre 2016]
  • Recommandations SPLF (2015) : Mise à jour des recommandations pour la prise en charge et le suivi des patients asthmatiques adultes et adolescents (12 ans et plus)
  • Collège des enseignants en pneumologie : l’asthme de l’adulte (2015)
  • IRDES. L’asthme en France en 2006 : prévalence, contrôle et déterminants (2011)