Vivre avec un asthme de l’enfant

30 mai 2017
Le suivi médical de l'enfant asthmatique est capital. Lorsque l'asthme est bien contrôlé, il est compatible avec la vie de tous les jours, les activités physiques et sportives.

Le suivi médical de l’enfant asthmatique de plus de 3 ans

Le suivi médical permet au médecin (pédiatre, médecin traitant, pneumologue) d’adapter le traitement de votre enfant à l’évolution de son asthme.

Voici quelques conseils pour une prise en charge optimale de sa maladie :

  • Respectez le rythme des consultations et faites passer à votre enfant les examens demandés par le médecin.
  • Identifiez les facteurs qui déclenchent les crises d’asthme de votre enfant (allergie, pollution, stress, froid, etc.) et faites-en sorte qu’il les évite.
  • Apprenez à identifier les signes d’aggravation.
  • Apprenez aussi à évaluer avec votre enfant le niveau de contrôle des symptômes et apportez ce résultat lors de la consultation. Votre médecin peut vous conseiller sur l’utilisation d’auto-questionnaires permettant le suivi du contrôle de l’asthme de votre l’enfant.
  • Vérifiez que votre enfant prend régulièrement son traitement même s’il se sent très bien. Assurez-vous aussi qu’il maîtrise bien les techniques d'inhalation.
  • En cas d'effets indésirables dus aux médicaments, parlez-en à son médecin.
  • Informez les autres professionnels de santé du suivi par votre enfant.
  • Pensez à la vaccination antigrippale ; toute infection étant un facteur déclenchant.
  • Par précaution, vous (ou votre enfant) devez garder un inhalateur de bronchodilatateurs (traitement de secours) à portée de main. Au cas où une crise se déclenche, ce médicament prescrit par le médecin permet de dilater les bronches.
    Se tenir informé

    Afin de rester informé sur les traitements et techniques d’inhalation, savoir comment agir en cas de crise :

    • le médecin est à votre écoute, posez-lui toutes vos questions. Pensez à les noter entre chaque consultation ;
    • vous et votre enfant pouvez bénéficier de séances dites « d’éducation thérapeutique ». Elles sont généralement proposées en service hospitalier. Parlez-en avec le médecin ;
    • il existe des consultations et des écoles de l’asthme.

La vie au quotidien

Afin que votre enfant vive avec son asthme sans anxiété, il est indispensable de trouver les mots pour le rassurer. Pour ce faire :

  • encouragez-le à mener une vie aussi normale que possible (avoir une activité sportive, faire du vélo, le préparer à des événements spéciaux comme une sortie scolaire, etc.) ;
  • évitez de le maintenir dans la peur d’avoir une crise ;
  • expliquez-lui le traitement. Celui-ci doit être intégré dans sa routine quotidienne, comme s’il s’agissait de gestes normaux, au même titre que le brossage des dents. Faites en sorte que votre enfant ne le vive pas comme une corvée ;
  • gardez votre calme lorsqu’il présente des symptômes de crise et tenez-vous-en à la prescription médicale ou au plan d’action écrit. Prenez le temps de lui expliquer ce qui se passe et rappelez-lui ce qu’il doit faire pour se sentir mieux.
    Ne pas exposer son enfant asthmatique au tabagisme passif

    L’exposition à la fumée du tabac est un facteur aggravant de l’asthme. Si vous (ou votre conjoint) êtes fumeur, il existe plusieurs façons d’arrêter le tabac.

    Le service Tabac Info Service peut vous accompagner dans cette démarche :

    • sur le site, vous trouverez des astuces pour vous aider lors de votre sevrage tabagique ;
    • vous pouvez poser des questions à un tabacologue par téléphone, au 3989, de 8 h à 20 h du lundi au samedi (appel non surtaxé).

La pratique d’une activité sportive

L’exercice physique, sous forme de jeux ou d’activités définies et programmées, est un besoin essentiel de l’enfant asthmatique, comme pour tout enfant. Il est donc important de l’encourager à les pratiquer.

Pour en ressentir les bénéfices, l’enfant devrait avoir 1 heure d’activité physique par jour. En effet, l’activité physique régulière augmente la tolérance à l’exercice car elle :

  • diminue l’essoufflement d’effort ;
  • augmente la capacité respiratoire ;
  • améliore le contrôle de l’asthme en diminuant l’intensité des crises.

L’activité physique a également des bienfaits psychologiques pour votre enfant : elle augmente sa confiance en lui, lui permet de mieux gérer sa maladie, etc. Elle évite aussi qu’il ne s’isole.

Afin d’aider votre enfant à être actif au quotidien :

  • incitez-le à marcher, faire du vélo pour aller à l’école, jouer dans le jardin, etc. ;
  • proposez-lui des activités qu’il aime ;
  • faites des activités en famille.

Que l’enfant présente un asthme bien contrôlé, et en l’absence d’une exacerbation récente, tous les sports sont autorisés. Et l’enfant asthmatique n’est pas exclu des activités sportives scolaires.

L’équitation est parfois déconseillée en cas d’allergie au cheval ou à la paille. Concernant les activités en piscine, il importe de privilégier les bassins désinfectés avec peu de chlore ; les émanations chlorées étant un facteur irritant pour les bronches.

Certains sports moins « asthmogènes » sont plus conseillés que d’autres.

L’asthmogénicité des principaux sports
Activités faiblement asthmogènes Activités fortement asthmogènes
Niveau ventilatoire bas Niveau ventilatoire élevé
Marche Basketball
Handball, baseball Rugby
Gymnastique Cyclisme
Sprint Course de fond
Karaté, boxe Football
Ski de piste  
Golf  
Conditions d'humidité et de chaleur Conditions de sécheresse et de froid
Natation, plongeon, aquagym Hockey sur glace
Waterpolo Patinage sur glace
  Ski de fond

 

Afin que votre enfant puisse prévenir la survenue d’une crise d’asthme lorsqu’il fait un effort, il doit :

  • se préparer à l’effort. Le début et la fin de l’activité doivent être progressifs. L’échauffement est capital pour la maîtrise du souffle. Si votre enfant pratique une activité de plein air en hiver, encouragez-le à porter une écharpe protégeant la bouche et le nez ;
  • réguler son effort. Les efforts brefs, entrecoupés de pauses, sont recommandés. Les exercices prolongés sont possibles mais doivent être peu intenses. Par exemple, l’enfant peut courir longtemps sans dépasser la vitesse qui lui permet de ne pas être essoufflé ;
  • adapter son traitement. Sur prescription médicale, l’enfant peut prendre un à durée d’action brève avant l’effort. Assurez-vous que votre enfant a son dispositif d’inhalation sur lui lorsqu’il pratique une activité physique. Certains enfants bénéficient d’un adapté à l’asthme d’effort.

La scolarité de l’enfant asthmatique

Même s’il présente un asthme, votre enfant est accueilli à l’école. Dans la plupart des cas, il sera indispensable d’établir avec la structure en question un projet d’accueil personnalisé (PAI). Il s’agit d’une convention écrite qui facilite la scolarité de votre enfant en précisant les adaptations à apporter pendant son temps de présence dans l'établissement.

Le PAI indique notamment :

  • les régimes alimentaires à appliquer si nécessaire ;
  • les aménagements d'horaires ;
  • les dispenses d’activités incompatibles avec la santé de l'enfant, et les activités de substitution proposées ;
  • l’utilisation des médicaments et les gestes en cas d’urgence.

Ce document est élaboré à la demande de la famille, lors d’une réunion de concertation réunissant :

  • les parents ;
  • le directeur de la structure ;
  • le médecin scolaire. Celui-ci rencontre l'élève (et / ou sa famille) afin de cerner ses difficultés. Il prend en compte les recommandations médicales du médecin qui suit l’enfant.

Le PAI est donc rédigé à partir des données transmises par le médecin qui soigne l’enfant, en collaboration avec l’équipe éducative. Il ne dégage pas les parents de leurs responsabilités.

Les associations de patients

Plusieurs associations peuvent vous guider dans la prise en charge, le suivi et la vie au quotidien de votre enfant :

Sources
  • National health service (NHS). Living with asthma. Site internet: NHS. Londres; 2016 [consulté le 16 mars 2017]
  • De Blic J. Asthme de l'enfant et du jeune enfant. EMC - Pédiatrie - Maladies infectieuses 2015;11(1):1-15
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM). Asthme. Site internet : INSERM. Paris ; 2015 [consulté le 8 mars 2017]
  • Marguet C. Prise en charge de la crise d’asthme de l’enfant (nourrisson inclus) - Recommandations pour la pratique clinique. Rev Mal Respir 2007;24 :427-439
  • Société de pneumologie de langue française (SPLF). Recommandations de la SPLR sur asthme et allergie. Rev Mal Respir 2007;24 :221-32
  • Campus de Pédiatrie - Collège National des Pédiatres Universitaires (CNPU). Asthme chez l’enfant. Site internet : Université Médicale Virtuelle Francophone. Nantes (France) ; 2010-2011 [consulté le 8 mars 2017]
  • Central Manchester University Hospital - National health service (CMFT-NHS). Asthma - Information for parents and careers. Site internet : CMFT-NHS. Manchester (Royaume-Uni) ; 2012 [consulté le 16 mars 2017]
  • Hôpital de Montréal pour enfants. L’asthme chez l’enfant. Site internet : Hôpital de Montréal pour enfants. Montréal (Canada) ; 2006 [consulté le 16 mars 2017]
  • Intégrascol. L’enfant asthmatique et le sport. Site internet : Tous à l’école. Suresne (France) ; [consulté le 16 mars 2017]
  • Labarde S. Asthme et sport, une association bénéfique. Actualités Pharmaceutiques 2016;557